Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Intercommunalité. La CCVOL se tourne vers Ploërmel, Alain Marchal veut un référendum

Publié le 19 février 2016

Intercommunalité. La CCVOL se tourne vers Ploërmel, Alain Marchal veut un référendum

Alain Marchal au centre dénonce la présence, entre autre, de Bruno Gicquello à la CDCI
Alain Marchal au centre dénonce la présence, entre autre, de Bruno Gicquello à la CDCI

La CDCI (commission départementale de coopération intercommunale) est réunie ce vendredi matin en séance restreinte à Vannes. Cette commission est chargée d’alimenter en propositions le préfet du Morbihan afin qu’il fixe définitivement le schéma intercommunal du département.

Cette réforme doit déboucher sur des regroupements de communautés de communes afin de créer des structures plus importantes. Le préfet a déjà établi un plan qui semble-t-il ne suscite pas trop d’opposition, sauf… à la CCVOL. Dans son projet, le préfet prévoir de regrouper d’une part Ploërmel, Josselin, le Porhoet et Mauron d’autre part la CCVOL, Guer et La Gacilly.

Or, la CCVOL s’est déclarée -de peu- contre ce regroupement. Lors d’une précédente réunion de la CDCI, fin janvier, un groupe de travail a été mis en place pour examiner le « cas » de la CCVOL. Le préfet avait alors rappelé qu’il ne suffisait pas de dire non, mais de proposer un projet alternatif à son plan. Aujourd’hui, on connait les grandes lignes de ce projet alternatif que devrait défendre ce vendredi matin Alain Launay lors de cette commission restreinte.

Un élément important est venu brouiller les cartes, avec la décision de la commune du Val d’Oust de rejoindre la communauté de communes de Josselin et donc Ploërmel. Aujourd’hui, très clairement, plusieurs communes de la CCVOL se rapprochent de cette solution et certaines d’entres elles devraient le formaliser par un vote en conseil municipal. Alain Launay, milite ouvertement sur cette solution qui donnerait naissance à la grande intercommunalité de Ploërmel, regroupant les 7 communautés de communes concernées. Six d’entre elles (Ploërmel, le Porhoet, Josselin, Malestroit, Guer, Mauron) forment déjà le pays de Ploërmel. S’y ajouterait donc La Gacilly.

Dans une interview qu’il nous avait accordé, Patrick Le Diffon, maire de Ploërmel et président du pays, avait d’ailleurs expliqué que la création du pays était une étape préparatoire à l’évolution vers une grande communauté de communes. Grand défenseur de cette formule à 7, Patrick Le Diffon s’était finalement rangé au schéma du Préfet, considérant que les esprits n’étaient pas encore prêt pour faire le grand saut. Quelques mois plus tard, on s’aperçoit que les esprits semblent avoir évolué…

Ceci étant la formule préconisée par le préfet de fusionner La Gacilly, Guer et Malestroit est souhaitée par certaines communes de la CCVOL. Le maire de Malestroit en est un farouche défenseur, mais il n’est pas le seul.

Cette solution de la grande intercommunalité qui se substituerait au Pays de Ploërmel a des atouts qui pourraient séduire le préfet, puisqu’elle éviterait une étape intermédiaire et permettrait de supprimer effectivement deux couches du mille-feuilles administratif (le pays et les communautés de communes rattachées). Elle aurait la taille nécessaire pour constituer un EPCI qui deviendrait l’intermédiaire privilégié de la Région.

La remise en cause du plan du préfet n’est pratiquement possible que s’il le décide lui-même. La CDCI qui est pourtant présentée comme la structure décisionnaire doit adopter une modification à la majorité des deux tiers -ce qui n’est pas simple- et le préfet dispose toujours de la possibilité de prendre une décision différente. Il devra la présenter à la CDCI, mais il lui suffira d’obtenir une majorité simple pour l’imposer (revoir notre interview en vidéo du préfet).

Le maire de Sérent réclame un référendum

Alain Marchal le maire de Sérent, ville qui accueillait jeudi soir la CCVOl est monté au créneau pour dénoncer ce qu’il considère comme « une décision arbitraire qui ne tient pas compte de l’avis des élus et de la population ». Il a notamment mis en cause la représentativité a sein de cette commission. En effet celle-ci est composée d’élus locaux dont Alain Launay, Bruno Gicquello le maire de Malestroit et Michel Guégan maire du Val d’Oust. Ces deux derniers sont favorables au rapprochement avec Guer et La Gacilly. « C’est anormal. Quelqu’un qui est concerné par un projet ne devrait pas pouvoir siéger dans une structure comme celle-ci. Quand un conseil municipal se prononce sur projet qui concerne de près ou de loin un des élus, celui-ci doit quitter la salle pendant le vote. Moralement, les choses ne vont pas se dérouler démocratiquement. Mon bassin de vie, c’est d’abord Malestroit, puis Ploërmel et ensuite Vannes… », tonne Alain Marchal qui réclame l’organisation d’un référendum, quelle que soit la solution retenue afin que la population s’exprime sur ce sujet.

1 commentaire "Intercommunalité. La CCVOL se tourne vers Ploërmel, Alain Marchal veut un référendum"

  1. Un référendum! Comment cela ,les citoyens pourraient donner leur avis sans avoir les compétences d’un énarque !
    Soit on passe en force comme lors de la création des villes nouvelles en grande périphérie parisienne ou de la création du canton de Moréac mais il ne faut pas alors s’étonner des taux d’absentéisme en croissance régulière depuis quelques années ,soit on explique un projet politique et administratif et on consulte ;cela prend effectivement un peu plus de temps ,ne fait sans doute pas baisser le taux de prélèvement mais chaque électeur est devant ses responsabilités lui qui paye silencieusement taxes et impôts divers imaginés depuis des dizaines d’années par des spécialistes et autres experts pour les résultats actuels .
    Un peu de courage consultez vos électeurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires