Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Malestroit. Plantes invasives : le coup de gueule des pêcheurs

Publié le 2 septembre 2015

Malestroit. Plantes invasives : le coup de gueule des pêcheurs

C’est un envahisseur silencieux et quasi invisible pour le grand public. La Jussie est une de ces plantes invasives qui menacent notre environnement quotidien. Introduite à la fin du 19è siècle en Europe et donc en France, elle s’est rapidement adaptée au climat et colonise aujourd’hui de nombreux plans d’eau dans le sud et l’ouest de la France. Elle a ainsi tendance à remonter du sud-ouest vers le nord-est du pays.

La Bretagne est particulièrement impactée par le phénomène. Cette plante n’a pas de prédateur végétal ou animal et se propage à très grande vitesse. Il suffit d’un fragment de la plante pour donner naissance à un nouvel herbier qui peut s’enraciner jusqu’à plus de 4 mètres de profondeur dans le sol. L’invasion prend parfois des proportions considérables, à tel point qu’on ne distingue plus l’eau. Et cette plante provoque à terme la disparition de toute vie animale et donc des poissons dans les cours d’eau qui sont touchés.

C’est un grave problème environnemental qui semble peu intéresser les pouvoirs publics. Et pour cause, une véritable campagne d’éradication demanderait de gros moyens techniques et coûterait très cher. Et la crise économique n’arrange rien. En effet, à l’heure où les économies sont de rigueur, ces dépenses sont les premières coupes budgétaires des pouvoirs publics. Les pêcheurs, gestionnaires des cours d’eau, se retrouvent seuls face à un problème qui les dépasse. C’est le coup de gueule que pousse Pierre Jan, le président des pêcheurs malestroyens. Il y a quelques jours, il organisait une opération d’arrachage de la jussie à la limite entre Malestroit et Saint-Abraham dans l’Oust. Un combat disproportionné entre cet envahisseur discret et des hommes armés de crocs, alors qu’il faudrait des pelles mécaniques.

Alors, aujourd’hui, alors que les collectivités locales suppriment les subventions qu’elles versaient pour participer à ce combat, Pierre Jan, le président des pêcheurs Malestroyens, lance un coup de gueule (voir notre vidéo). Un véritable cri de détresse qui résonne comme un signal d’alarme. La défense de l’environnement est brandie comme un étendard par les partis politiques. On mène des opérations spectaculaires pour interdire les véhicules polluants dans les métropoles et on ne voit pas -ou ne veut pas voir- ce mal insidieux qui risque de détruire tout un écosystème qui est le nôtre. Simplement parce qu’il n’est pas médiatique…

VIDEO. Le coup de gueule de Pierre Jan


 

 

DSC_3572 DSC_3583 DSC_3585 DSC_3591 DSC_3593

 

 

1 commentaire "Malestroit. Plantes invasives : le coup de gueule des pêcheurs"

  1. Et pourtant,lors de l’assemblée générale du mois de Février le député écologiste Paul Molac,venu il est vrai en coup de vent avait promis de « voir la chose » »!!! Ah!,ces hommes politiques,que des promesses.Mais tiens bon Pierrot!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires