Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Malestroit. Plantes invasives, anguille… les pêcheurs face à leurs défis

Publié le 30 janvier 2016

Malestroit. Plantes invasives, anguille… les pêcheurs face à leurs défis

DSC_1028 DSC_1025

L’assemblée générale de l’association des pêcheurs malestroyens s’est déroulée vendredi soir à la maison de la pêche sous la présidence de Pierre Jan et en présence de Paul Molac, le député et d’André Piquet, maire de Bohal, mais aussi président du syndicat mixte du Grand bassin de l’Oust.

Cette réunion est l’occasion de balayer plusieurs thèmes concernant certes l’exercice de la pêche mais aussi d’une manière générale, l’environnement, les pêcheurs étant un peu « les gardiens de l’eau ». Et il y a dans ce domaine des sujets très préoccupants.

La Jussie. La Jussie, c’est une plante invasive qui prolifère dans les zones d’eau calme. Elle envahit notamment les frayères, ces zones où les poissons, les brochets notamment peuvent venir se reproduire dans de bonnes conditions et ainsi assurer un repeuplement de qualité des cours d’eau. « Dans un premier temps, cette plante est un atout formidable pour la reproduction. Mais au bout d’un certain temps, la Jussie se dégrade et tombe au fond de l’eau où elle se transforme en une vase noirâtre sur laquelle les poissons ne vont plus… », explique Pierre Jan. Celui avait une nouvelle fois tiré le signal d’alarme en marge d’une opération d’arrachage de la Jussie sur la frayère Pérué à Saint-Abraham (voir notre reportage en cliquant ici).

Il a de nouveau exprimé l’inquiétude des pêcheurs face à ce fléau. « Nous commençons à être inquiet par rapport aux plantes envahissantes notamment la Jussie. Cette plante envahie de plus en plus nos cours d’eau. Cela va être un vrai problème pour intervenir pour la détruire dans la mesure où nous n’avons pas le droit de circuler sur le chemin de halage; pour arracher cette plante indésirable, il faut avoir une autorisation; nous n’avons pas le droit de la déposer en décharge. Enfin et j’oubliai le principal, c’est que pour arracher cette plante, l’homme doit travailler avec des gants et se protéger avec de multiples autres moyens ou alors se faire vacciner contre la leptospirose (maladie transmise par les rats). Vous voyez rien n’est simple ! », a-t-il lancé notamment à l’adresse de Paul Molac, député, mais aussi conseiller régional. Ce dernier a demandé aux pêcheurs de lui adresser un rapport sur le sujet. André Piquet a souligné que le Grand Bassin de l’Oust est aussi mobilisé par rapport à ces plantes invasives et tente de trouver une parade. Par exemple, la Jussie ne s’installe pas dans les zones où il y a du courant. Les travaux d’aménagement des cours d’eau réalisés par le GBO consiste notamment à redonner de la vivacité au courant en créant des chicanes. Mais ce problème est un véritable défi écologique qui a semble-t-il du mal à susciter l’intérêt des pouvoirs publics.

L’anguille. Ce poisson est étroitement associé à l’histoire de nos régions. C’est sans doute vrai dans beaucoup de zones rurales française, mais ça l’est particulièrement en Bretagne, région côtière. « Dans le temps », comme on dit la pêche de l’anguille avait une fonction nourricière non négligeable. Depuis quelques années, les anguilles se raréfient et sont en danger de disparition. « La pêche de l’anguille est aujourd’hui très réglementée », souligne Pierre Jan qui rappelle qu’il faut obtenir un carnet de capture auprès de la DDTM (direction départementale des territoires de la mer). « Vous pouvez à tout moment être contrôlé », prévient-il avant de lancer un « coup de gueule » contre les civeliers (les pêcheurs professionnels de civelle, l’alevin de l’anguille). « Les civeliers pillent la ressource à Arzal. L’an dernier pas une seule civelle n’a remonté le barrage… », tonne-t-il dénonçant la passivité des pouvoirs publics face à cette pêche destructrice. Les civelles se vendent à prix d’or à l’étranger où elles sont très appréciées : espagne, mexique, pays asiatiques. L’une des solutions pourraient être l’interdiction de pêche de ces alevins pendant une journée ou quelques demies-journées. L’hypothèse de l’organisation d’une manifestation des pêcheurs contre ces excès a été évoquée.

Les projets pour 2016.

L’ouverture de la pêche en 1ère catégorie est fixée au samedi 12 mars 2016 à 8h00 jusqu’au dimanche 18 septembre 2016. La règlementation impose à chaque pêcheur un maximum de 10 pièces prises par jour, la taille minimum est de 20 cm.
La pêche avec 2 lignes est autorisée dans les étangs de Saint Nicolas du Tertre et de Sérent.
Petit rappel : La rivière La Claie est classée en 2ème catégorie en aval du déversoir de Bellée à Saint Congard.

Comme chaque année, des réempoissonnement vont avoir lieu :

1er alevinage en 1ère catégorie : dimanche 06 mars 2016 – 250 kgs de truites Fario, 50kgs de Saumons de Fontaine

2ème alevinage en 1ère catégorie : début avril 2016 – 250 kgs de truites Fario, 50kgs de Saumons de Fontaine

Dimanche 1er mai 2016 : ouverture de la pêche en 2ème catégorie (carnassiers) et ouverture au public de la Maison de l’Eau et de la Pêche. Un concours de pêche réservé aux sociétaires de l’A.A.P.P.M.A. sur les secteurs de l’écluse au pont Briand, sur le parcours de pêche de la Vieille Rivière, bief de l’écluse de Malestroit à l’écluse de la Née est prévue. Un déversement de 10 grosses truites « Fario » sera réalisé le dimanche 06 mars 2016 dans la Vieille Rivière. Casse-croute offert aux participants de 9h30 à 10h00, remise des prix du concours à 11h30. Les élus de secteur seront invités à participer à cet évènement.
Jeudi 14 juillet 2016 : fête sur la «  Digue » à Malestroit. Organisation d’un concours de pêche en « no-kill » par équipes (1 adulte / 1 enfant) sur la Vieille Rivière.

La maison de l’eau et de la pêche. En 2015, la maison de l’eau et de la pêche a reçu 9708 visiteurs pour 134 jours d’ouverture au public, soit une moyenne de 72 visiteurs par jour. Depuis 2005, elle a accueilli 101 499 visiteurs. Elle s’autofinance avec une subvention de la municipalité de Malestroit et de la C.N.A.S.E.A. pour les compléments de salaires pour les 2 personnes assurant l’accueil des visiteurs.

Les plus gros poissons de l’année

DSC_1031Voici les lauréats du concours du plus gros poisson de l’année 2015 – en partenariat avec le magasin « POINT AIR » – Bruno DUBOIS – Place du Bouffay – 56140 Malestroit :

Catégorie « brochet » :

1er prix : Mr Gaëtan COUE – 1 Rue des Terres du Bourg – 56140 MISSIRIAC
Taille : 1 m 04 Poids : 8 kg 200 Pris à Beaumond – Saint Laurent sur Oust – le 13 août 2015

2ème prix : Mr Philippe HOUZE – 23 Bis Rue Sainte Anne – 56230 MOLAC
Taille : 1 m 02 Poids : 6 kg 600 Pris à l’écluse de Beaumond – Saint Congard – le 21 juillet 2015

3ème prix : Mr Pascal ROBIC – Rue de la Morlaye – 56140 MALESTROIT
Taille : 1 m 00 Poids : 8 kg 600 Pris dans la Vieille Rivière le 14 novembre 2015

Catégorie « sandre » :

1er prix : Mr Alexandre DANIEL – 39 Faubourg Sainte Anne – 56140 MALESTROIT
Taille : 95 cm Poids : 6 kg 490 Pris à La Née – Saint Marcel le 13 décembre 2015

2ème prix : Mr Jean Yves LE BRETON – Le Lesnot – 56460 LA CHAPELLE CARO
Taille : 92 cm Poids : 6 kg 000 Pris à La Ville aux Figlins le 23 novembre 2015

3ème prix : Mr Fabrice LE BRETON – Le Lesnot – 56460 LA CHAPELLE CARO
Taille : 90 cm Poids : 6 kg 500 Pris à La Ville aux Figlins le 25 décembre 2015

Catégorie « truite » :

1er prix : Mr Kaelig GEFFRAY – 70 Faubourg La Madeleine – 56140 MALESTROIT
Taille : 58 cm Poids : 2 kg 000 Prise dans la Vieille Rivière le 27 juin 2015

Rappel du règlement  du concours :
La période du concours est comprise entre le 1er janvier et le 31 décembre.
Le pêcheur doit être adhérent à l’A.P.P.M.A. « Les Pêcheurs Malestroyens ».
Le poisson doit être pris sur la zone d’influence de l’A.A.P.P.M.A. « Les Pêcheurs Malestroyens ».
Ce concours est doté de 12 prix pour 5 catégories de poissons.
3 pêcheurs seront récompensés pour chaque catégorie.
Les poissons doivent être mesurés, pesés et photographiés chez Bruno DUBOIS (Point Air) à Malestroit.
Les prises seront enregistrées comme suit :
Brochet et Sandre – longueur minimum : 80 cm.
Black Bass – longueur minimum : 50 cm.
Carpe – longueur minimum : 80 cm.
Perche et Truite – longueur minimum : 30 cm.
Les prix par catégorie en bon d’achat :
1er prix : 40 € 2ème prix : 25 € 3ème prix : 15 €

Prix des cartes de pêche – année 2016:

Carte personne majeure : 75,00 €
Carte personne majeure + vignette EHGO : 95,00 €
Carte promotionnelle femme : 32,00 €
Carte personne mineure : 20,00 €
Carte découverte (enfant de moins de 12 ans) : 6,00 €
Carte hebdomadaire : 32,00 €
Carte journalière : 10,00 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires