Accueil / Questembert Communauté / Questembert / DEPARTEMENTALES. Questembert. Débat : la réponse de Marie-Annick Martin et Gérard Gicquel

Publié le 12 mars 2015

DEPARTEMENTALES. Questembert. Débat : la réponse de Marie-Annick Martin et Gérard Gicquel

DSC_2252

Le binôme Fleury/Texier a confirmé ce jeudi après-midi l’organisation d’un débat public réunissant quatre des cinq listes candidates aux élections départementales. Dans son communiqué, le binôme soulignait « l’absence » de l’équipe de Marie-Annick Martin et Gérard Gicquel. Ce binôme livre sa réponse et précise les raisons de sa « réserve » sur cette initiative dans le communiqué suivant. On notera que Marie-Annick Martin n’écarte pas « une formule de débat entre les deux tours »…
« Dans une lettre datée du 3 mars, mais reçue (par courrier recommandé) seulement le 10 mars, un candidat aux Départementales du Canton de Questembert,suggère l’organisation d’un débat avec l’ensemble des candidats. Et en fait même un axe de sa communication dans les médias. Cette proposition nous pose cependant question pour 3 raisons majeures :
L’organisation :
Depuis l’annonce de notre candidature, nous avons mis un point d’honneur à aller à la rencontre de l’ensemble des maires et des habitants du canton. Nous organisons plus de 16 débats publics entre le 4 et le 20 mars pour connaître les attentes des habitants et leur présenter notre programme. Toutes ces rencontres sont programmées depuis longtemps et les dates publiées dans les différents médias Par respect pour nos électeurs, nous n’imaginons pas supprimer une date …
Que dire du lieu, qui bien sûr n’était pas mentionné ? Son choix même est une raison d’iniquité entre les habitants des différentes villes. M. Texier, sait très bien que les électeurs ne se déplaceront pas d’un côté à l’autre du canton pour un tel débat. Et à priori, ce débat ne fera l’objet d’aucune retransmission, … Pour favoriser la mobilisation de l’ensemble des habitants, et un accès de tous à l’information, nous avons fait le choix de sillonner le canton. Il s’agit simplement d’une question de proximité.

La démocratie ne se résume pas en 10 minutes.
Mettre 10 candidats autour de la table pour un débat signifie aussi un temps de parole très limité pour chaque candidat. 5 minutes ? 10 minutes ? Est-ce vraiment suffisant pour exposer un programme ? Nous ne le croyons pas. Chaque soir lors de notre rencontre avec les habitants du canton, nous prenons plus d’une heure pour expliquer et détailler notre plan d’action. Celui d’un binôme responsable au sein d’une majorité départementale qui a su prouver sa capacité à agir. Nous ne sommes pas dans la politique spectacle. Le format proposé laisse plus de place aux petites phrases qu’au travail de fond. Toute la politique que les Français rejettent.
Cette proposition, ressemble donc plus à un acte manqué (marqué du sceau de l’improvisation) et d’une volonté de communiquer à bon compte en privilégiant la forme au fond. D’où nos profondes réserves pour cette proposition. Nous pouvons cependant imaginer une formule de débat entre les deux tours. Cela laisserait du temps pour l’organiser.
Marie-Annick MARTIN »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires