Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Saint-Congard. CCVOL : le musée a encore électrisé les débats

Publié le 22 janvier 2015

Saint-Congard. CCVOL : le musée a encore électrisé les débats

image

Le conseil communautaire de la CCVOL s’est déroulé, jeudi soir, à Saint-Congard.

Le musée était à l’ordre du jour, normalement pour enclencher la phase pratique qui découle de la prise de compétences du musée par la CCVOL.
Mais, Alain Marchal, le maire de Sérent, monte au créneau avec véhémence. Il s’étonne d’avoir lu dans la presse que le budget du musée avait été positif de 100 000 euros en 2014. « Moi, je veux savoir à quoi c’est du. Je demande une expertise et pourquoi pas le contrôle de la cour des comptes sur les comptes du SIVU », tonne le maire de Sérent.

Alain Launay, le président de la CCVOL passe la parole à Bruno Gicquello le maire de Malestroit, qui rappelle que la municipalité de Malestroit a voté à l’unanimité pour le transfert de compétence mais contre le transfert des charges. « J’ai entièrement confiance dans la justice de mon pays. On verra ce que ça donnera, mais cela ne nous empêche pas de continuer à travailler pour le musée… », rétorque Bruno Gicquello, lequel passe la parole à Joël Leveau, maire de Saint-Marcel et vice-président du SIVU, chargé des comptes.

Celui-ci dénonce « un procès d’intention » fait par Alain Marchal et détaille la répartition des 150 000 euros qui sont venus gonfler le budget du SIVU. Il y a des subventions de la DRAC et du conseil général et régional pour un total de 100 000 euros somme à laquelle s’ajoute 50 000 euros provenant de la condamnation des auteurs d »un vol commis au musée il y a quelques années. « Pendant neuf mois, j’ai tout fait pour que le musée soit bien géré. Les comptes sont clairs, propres et nets. Il n’y a jamais eu une telle trésorerie au musée depuis dix ans », précise Joël Leveau.

Alain Launay appelle à ne pas refaire le débat sur le musée. Il indique qu’un cabinet spécialisé est en train de décortiquer les comptes du SIVU. « On devrait avoir les chiffres la semaine prochaine, mais il est probable que le montant des charges transférées aurait dû être du double que la somme de 20 000 euros… », prévient-il.

« Les comptes sont faits, sont arrêtés pour 2014. Nous n’avons pas de leçons à recevoir de qui que ce soit en ce qui concerne le devoir de mémoire. Sérent a toujours refusé de payer et seuls Malestroit et Saint-Marcel ont toujours supporté le musée et  nous ne le regrettons pas. Nos administrés nous on dit : ça suffit! Nous sommes d’accord pour payer 20 000 euros, mais pour 5 ans seulement, comme cela avait été décidé lors de la CLECT. Maintenant, nous devons travailler », déclare Bruno Gicquello.

Joël Leveau, le maire de Saint-Marcel qui a finalement accepté le transfert de charges de 20 000 euros sans limite de durée se tourne vers les représentants de la ville de Malestroit et leur lance « Malestroit faites l’amour pas la guerre », les invitant à suivre son exemple.

La CCVOL a ensuite adopté les modalités techniques liées à sa prise en charge du musée : lancement d’une phase d’études de 6 mois (diagnostic, scénarios de développement…) pour un coût de 50 000 euros subventionné par la DRAC à hauteur de 20 000 euros, la création d’un budget annexe et d’une régie de recettes. Par ailleurs la CCVOL a confirmé les précédentes décisions du SIVU et notamment les tarifs d’entrée. Par ailleurs, la CCVOL a intégré le personnel de l’ex-SIVU dans les effectifs communautaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires