Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / EN DIRECT. Malestroit. Musée de la Résistance : la commune engage un recours en justice

Publié le 9 décembre 2014

EN DIRECT. Malestroit. Musée de la Résistance : la commune engage un recours en justice

imageLe conseil municipal de Malestroit qui se réunit ce soir examine le délicat sujet du transfert de compétences et de charges du Musée de la Résistance à la communauté de communes (CCVOL). On sait que Malestroit s’est farouchement opposée à la décision prise par la CCVOL de faire payer Malestroit et Saint-Marcel une participation de 20 000 euros par an, sans limite dans le temps.

Bruno Gicquello, le maire prend la parole pour exposer les données du problème.

OUI au transfert de compétences. « En ce qui concerne le transfert de la compétence nous sommes tous d’accord qu’il est nécessaire de passer le relais pour assurer la pérennité de cet équipement dédié à la mémoire de nos compatriotes qui se sont battus dans la Résistance et pour certains ont donné leur vie pour que nous puissions vivre libres.
Les communes de Saint-Marcel et de Malestroit ont montré l’exemple il y a maintenant 30 ans en réalisant ce musée exceptionnel. Les années ont passé et il est temps maintenant de donner une autre dimension à ce musée.
Nous aurions souhaité naturellement que ce musée devienne départemental ou régional ou qu’il soit constitué un EPCC (Etablissement Public de Coopération Culturelle) regroupant l’ensemble des collectivités de la Région Bretagne concernée par la Résistance Bretonne.
Malheureusement cela n’a pas été possible.
Cependant, le projet de réhabilitation et renouvellement du Musée de la Résistance Bretonne est fortement soutenu par l’Etat (1 Million d’euros) avec une participation souhaitée de la Région pour 500 000 € et du Département pour 500 000 €. « Je dis bien souhaitée », insiste le maire.
L’Etat a demandé que ce soit la CCVOL qui soit porteur de ce projet ce qui a été accepté par délibération du conseil communautaire du 18 septembre dernier.
Nous devons donc soutenir et approuver unanimement cette délibération en ce qu’elle concerne le transfert de compétence. Je vous proposerai donc de voter pour ce transfert de compétence. »
NON au transfert de charges. « Par contre, la deuxième délibération qui concerne le transfert de charges suite au transfert de compétence doit être, selon moi, purement et simplement rejeté », poursuit le maire.
« Comme je l’ai déjà expliqué à plusieurs reprises à nos collègues de la CCVOL, les communes de Saint Marcel et de Malestroit ont pris l’initiative, il y a 30 ans de créer ce Musée de la Résistance en mémoire de nos aînés. C’est donc un devoir de mémoire qui ne concerne pas que les résistants de St Marcel et de Malestroit mais de l’ensemble du territoire et même du département. Sans oublier que le théâtre des combats du maquis s’est déroulé sur les communes de Sérent et Saint-Marcel. Le monument de la Nouette se trouve d’ailleurs sur le territoire de Sérent » ajoute le maire.
Les 2 communes membres du Syndicat ont, pendant 30 ans, maintenu le Musée à flot en participant financièrement au syndicat et donc par les impôts de leurs habitants.
Nous estimons maintenant que ce soutien financier doit être partagé par tous et donc par la CCVOL.
Il n’y a pas de raisons pour que nos deux communes continuent de participer ainsi financièrement « ad vitam aeternam » ou « à perpet » pour reprendre l’expression de Joël Leveau, Maire de Saint Marcel car les retombées ne sont pas limitées à nos deux communes.
La Commission Locale d’Evaluation des Charges Transférées (CLECT) à laquelle participait un représentant de chaque commune membre de la CCVOL dont notre collègue Carole, a décidé de fixer à 20.000 € par an la participation de Malestroit et St Marcel pendant une durée de 5 ans.
Or, après la réunion, la notion de durée de 5 ans a disparu du rapport de la CLECT, soi-disant pour un motif d’illégalité soulevé par le Préfet. Ce rapport a donc été tronqué comme je l’ai indiqué avec force lors du conseil communautaire du 18 septembre dernier.
Nous avons demandé à la CCVOL de revenir sur cette décision. Il a simplement été accepté qu’une révision serait envisagée dans 5 ans.
Nous avons décidé de porter cette affaire au Tribunal Administratif sur ce deuxième point. Notre action devant le juge étant ciblée nous permet de pouvoir voter différemment sur les deux délibérations. »

Après cette déclaration, le débat s »engage. Jean-Paul Lembelembé, premier adjoint rappelle qu’il s’agit d’une « mémoire collective. Demander un tel effort à deux communes, c’est inacceptable, c’est une question de loyauté et les deux communes de Malestroit et de Saint-Marcel ont toujours été loyales ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires