Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. La réunion publique de Christian Guillemot

Publié le 14 avril 2014

Malestroit. La réunion publique de Christian Guillemot

DSC_0231La réunion publique organisée par Christian Guillemot vient de s’ouvrir à la CCVOL de Malestroit. Nous vous proposons d’en suivre les temps forts en direct.

 

20 h 15. La salle de la  CCVOL est trop petite pour accueillir les participants. Une centaine de personnes sont présentes. On attend l’arrivée de Michel Guégan pour commencer

20 h 20. Michel Guégan arrive avec un peu de retard. Il pensait que le rendez-vous était à 20 h 30

christian guillemot20 h 21. Christian Guillemot prend la parole

20 h 22. Christian Guillemot se présente. Il rappelle qu’il est né à Malestroit et a vécu à Carentoir où ses parents étaient négociants. C’est à Carentoir qu’il fait ses débuts chez Ubisoft En 1996, il prépare l’entrée en bourse d’Ubisof. La bourse, il l’a appris sur un petit livre de la collection « Que sais-je? », intitulé « l’introduction en bourse » que lui avait offert son père. Son entreprise à lui, c’est AMA, crée en 2004. Après avoir vécu à Londres, il est revenu sur ses terres en Bretagne. Il est passionné de nouvelles technlogies, de voile e… d’art floral

20 h 28. Les entreprises sont co responsables de la situation économique actuelle, estime-t-il. « Après 30 ans passé au développement de nos entreprises familiales, je considère que c’est le moment pour moi d’apporter mon énergie, mes compétences et, même s’il n’y a pas grand mérite à le faire aujourd’hui, ma notoriété et celle de notre groupe au développement de ce territoire que j’aime. J’ai donc décidé d’y consacrer l’énergie et le temps nécessaire à la réussite de mon engagement. »

20 h 30. « Pourquoi la présidence et non la vice-présidence? Tout simplement parce que le développement économique et la création d’emploi demandent à mon sens la mobilisation de presque tous les pôles et services de la CCVOL.

L’amélioration de l’attractivité du territoire implique une politique encore plus développée des services à la population, du logement, du tourisme, des activités culturelles et associatives des connections haut débit et de la communication.

J’estime que notre territoire a un retard important à rattraper rapidement dans le domaine économique et la création d’emploi et que la CCVOL doit en faire la première de ses priorités.

Mettre un entrepreneur à la tête de la CCVOL aidé par dix vice-présidents dotés d’une grande expérience du fonctionnement des Collectivités Territoriales est pour moi la recette du succès de notre territoire pour les années à venir », souligne-t-il.

« Pour moi un bon président doit être un bon communiquant, il doit veiller à l’équite entre toutes et tous. Il doit être créatif, dynamique, créatif et prêt à défendre son territoire dans toutes les instances nationales et internationales », déclare Christian Guillemot

20 h 31. Ses propositions pour la CCVOL sont :

Transparence et interactivité avec les élus et la population, la ccvol doit améliorer son image en communiquant plus et mieux avec les habitants (twitter, facebook, lettre trimestrielle); associer les élus à des projets d’envergure. « C’est ce qui s’appelle un peu pompeusement la mise en place d’une réelle démocratie participative »

Equité envers toutes les communes « quelle que soient leurs positions géographiques ou leurs tailles ».

Efficacité. « Nous avons la chance d’avoir beaucoup de nouveaux élus communautaires, avec des compétences nouvelles. Je prendrai le temps si je suis élu de construire un exécutif solide basé sur l’expérience et la compétence pour une efficacité maximale ».

Développement économique. « Les dotations de l’Etat sont déjà gelées. Notre salut est ailleurs : mise en place d’une politique économique dynamique en augmentant l’emploi et la population de chaque commune. Plus de présence dans les médias spécialisés, les salons »

« Il faut une politique économique plus active  »

« Je compte utiliser la notoriété d’Ubi Soft, l’institut de Locarn et le club des trente (ndlr : club de chefs d’entreprises pour obtenir de nouveaux moyens pour nos communes, notamment à l’est. « . Il réclame la création d’un pole économique numérique labellisé French Tech. Nous devrons donc avoir une politique incitative à l’égard de nos jeunes souvent bien formés pour qu’ils créent leurs entreprises sur place ».

Simplification et optimisation. « Une communauté ne se gère pas comme une entreprise, mais il y a matière à optimiser le fonctionnement de la CCVOL »

20 h 42. Il rend un hommage appuyé à Michel Guégan

L’heure est venue d’ouvrir le débat.

Question de la salle : ne pourrait-on pas réduire le nombre des vices-présidents? « Au début, je pensais comme vous, mais maintenant ça ne me parait pas absurde »

Christian Guillemot donne la parole au président sortant Michel Guégan. Celui-ci souligne la qualité du débat et revient sur l’affaire de l’entreprise proche de la CCVOL

Michel Guégan souligne la très bonne qualité des relations qu’il entretient avec Christian Guillemot

Question de la salle sur la refonte des territoires. « Pour moi, c’est pas la priorité d’agrandir la communauté de communes. Pour moi l’essentiel c’est l’emploi, l’économie, c’est créer des choses pour les jeunes… »

Michel Guégan reprend la parole : « Le 1er janvier 2018, les communautés de communes devront fusionner, on n’aura pas le choix… »

Question de l’assistance. Il faudra aussi maintenir les entreprises sur place. Le maire de Missiriac évoque le problème du bassin laitier

Question de la salle; « Si vous n’êtes pas élu président, est-ce que vous donneriez-vous tout ce que vous pouvez pour le développement économique? ». « oui, répond Christian Guillemot, je m’y suis engagé pour Malestroit.

Alain Launay, maire de Pleucadeuc, également candidat à la présidence se lève. « Le développement économique c’est la priorité pour tous. N’oublions pas les autres secteurs d’activités… » indique-t-il. « Mais c’est très clair dans mon programme, il s’agit bien de soutenir toutes les entreprises. Mais aujourd’hui, on subit comme un tsunami, le fait que de plus en plus d’entreprises ont des difficultés », rétorque Christian Guillemot.

La fibre optique, ça va prendre du temps, lance un ancien délégué communautaire, spécialiste de cette question. qui dénonce le peu d’enthousiasme de la communauté sur ce thème. Il rappelle le coût du passage à la fibre optique pour tout le territoire : 4,5 millions d’euros, mais astucieusement le compare au coût de la piscine (applaudissements).

Christian Guillemot « J’estime qu’il y a moyen de faire accélérer les choses », réplique-t-il évoquant ses relations au plus haut niveau de l’Etat.

Un jeune entrepreneur ploermelais dans l’assistance. « On est dans l’informatique, ça fait dix ans qu’on attend quelqu’un qui développe le numérique. Comment est-ce qu’on peut être avec vous… ». « Il va falloir venir nous voir… », lance Christian Guillemot qui hausse le ton « J’ai prévu de mettre la honte à tous ceux qui nous mettrons des bâtons dans les roues pour le développement de la fibre optique. Je considère qu’il faut bousculer les choses. Je pense que pour cela il faut être à la tête et qu’il y ait derrière toute la communauté qui suive… »

Plusieurs questions s’enchaînent autour de l’emploi et de l’économie.

Question de l’assistance. « Vous n’avez pas beaucoup parlé de la chambre de commerce et de la chambre de métiers… ». « Mais est-ce qu’elles font de l’aide à l’économie? », réplique Christian Guillemot.

Question de l’assistance sur le musée de la résistance à Saint-Marcel. « Je considère que c’est un sujet régional, mais aussi national. Je crois qu’il faudrait négocier avec Jean-Yves Le Drian qu’il augmente son aide au musée. Le musée, c’est la guerre. Dans nos métiers, les jeux vidéos et la guerre fait partie des thèmes supers-forts. On pourrait peut-être (ndlr: ubisoft) mettre en place quelque chose avec de l’interactivité… » suggère Christian Guillemot.

Michel Guégan se lève: « Pour le musée de Saint-Marcel, il faut trouver des solutions pérennes. Il faut créer un établissement public associant le département, la communauté de communes, l’Etat, la région… Le département était contre, il est favorable aujourd’hui mais la région traine les pieds et on sait que la région c’est Jean-Yves Le Drian. Il faut que celui-ci s’investisse plus dans une structure intercommunale… »

La réunion s’achève.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires