Accueil / Oust à Brocéliande / OBC. Tourisme: un bon cru, mais il faut tirer les leçons des évènements climatiques

Oust à Brocéliande

Publié le 5 octobre 2022

OBC. Tourisme: un bon cru, mais il faut tirer les leçons des évènements climatiques

Le territoire de l’OBC a retrouvé son attrait touristique d’avant COVID 19. Avec une progression d’environ 20% par rapport à l’an dernier, le territoire enregistre en 2022, une fréquentation comparable à ce qu’elle était en 2019. Si la population étrangère fait son grand retour, le phénomène remarquable est le constat que 50% des touristes recensés sur l’OBC sont… bretons.

Mais en cette fin de saison 2022, Pierrick Lelièvre, vice-président de l’OBC en charge du tourisme et de la culture s’arrête sur l’impact des évènements climatiques. « Nous n’avions pas anticipé la sécheresse et ses conséquences, alors que les axes de développement économique reposent sur la forêt de Brocéliande et le canal de Nantes à Brest », analyse-t-il. Or, ces deux piliers touristiques du territoire de l’OBC ont été frappés de plein fouet par la sécheresse et les incendies. « Les feux de forêt posent la question de la réaction des propriétaires forestiers. Quand au canal, son niveau est tombé tellement bas que les bateaux ne passaient plus à Saint-Congard… », souligne le vice-président.

Ces incidents n’ont pas pesé sur la saison touristique qualifiée de « très bonne année pour tous les acteurs concernés ». « Nous avons eu très peu d’annulations à cause des incendies. Cela sans doute en raison de la diversité et de la richesse de l’offre. Il y a énormément de choses à faire sur le secteur… », analyse David Garnier, qui a racheté au printemps le camping d’Aleth à Saint-Malo de Beignon.

Il n’empêche que ces évènements majeurs imprévisibles ont poussé les responsables politiques à entamer une réflexion de fond sur le sujet. « On a su s’adapter à la crise du COVID, on saura s’adapter à la sécheresse et aux incendies… », rassure Pierrick Lelièvre. D’ores et déjà des ateliers sont programmés « pour échanger et voir ce que l’on peut faire avec les professionnels du tourisme. Nous allons également travailler avec la région pour trouver des solutions ».

Pierrick Lelièvre et Noémie Thomas, directrice du pôle culture-tourisme de l’OBC ont fait le tour cet été des différents hébergeurs du territoire et du réseau des offices de tourisme de l’OBC qui sont au plus près des demandes des visiteurs. D’ailleurs une dizaine de saisonniers ont été recrutés pour renforcer cet accueil de proximité. Ces offices ont reçu pas moins de 35 000 visites cet été dont 21 000 pour La Gacilly et 10 000 pour Malestroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires