Accueil / Oust à Brocéliande / Guer. Aidés par la plateforme IPP, Mélanie et David ouvrent « Pensée Locale »

Oust à Brocéliande

Publié le 4 octobre 2022

Guer. Aidés par la plateforme IPP, Mélanie et David ouvrent « Pensée Locale »

Encore un jeune couple qui a décidé de tourner la page de la vie trépidante de la région parisienne pour venir s’installer en Bretagne à la recherche d’une vie plus équilibrée et sereine. Mélanie et David sont originaires de la Sarthe mais étaient installés dans les Yvelines depuis 8 ans. Elle gestionnaire de paye, lui directeur technique dans l’immobilier. De beaux profils de carrière. Oui, mais voila, il y a la carrière professionnelle et la vie tout court. Et celle là ne leur plaisait pas. « C’était le ras-le-bol. Et puis, il y a eu le bébé. Et là, on s’est dit qu’il fallait vraiment changer de vie pour pouvoir en profiter, le voir grandir… », expliquent les jeunes gens. La décision était prise, restait à la concrétiser. Direction le site de SOS Villages avec l’ouest de la France en ligne de mire et notamment la région de Rennes où ils avaient vécu deux ans. La Bretagne était resté ancrée dans leur mémoire. Et dans les annonces publiées sur SOS Villages, ils en ont repéré une à Guer. Elle n’était pas très bien mise en valeur, mais pourtant ils ont eu envie d’aller voir sur place. Et là, ce fut le coup de foudre. C’est en poussant la porte de l’ancien restaurant de la rue à Bellevue qu’ils en ont découvert l’immense potentiel: un étage où deux duplex pouvaient être aménagés, une cuisine toute neuve et tout ça sur 400 m2… Leur décision a été vite prise et soutenue par leur banquier, qui connaissait bien Guer également.

Mélanie et David ont trouvé là l’opportunité de construire un projet qui collait parfaitement à leur philosophie de vie. Une épicerie fine, alimentée par des producteurs locaux avec de la charcuterie de la viande de qualité, des alcools et du jus de fruit bretons ou en tous cas français, du thé et du café en vrac… Et des idées qui fusent à 100 à l’heure, poussées par un sens évident du commerce. Inspirés par les suggestions de leur clientèle, ils ouvrent en septembre un salon de thé qui fait tout de suite un carton. Grâce à leur cuisine, ils proposent des plats préparés. De même ils deviennent dépositaires de colis qui attirent chez eux de nouveaux clients venus de Carentoir ou La Gacilly. Et déjà de nouveaux projets se profilent: en attendant d’aménager les dupleix de l’étage, ils envisagent de développer une terrasse… Mais l’urgence du moment, c’est de préparer les fêtes de Noël pour lesquelles ils envisagent de proposer des colis festifs frappés du sceau du local et de l’authenticité. Bref, le succès est au rendez-vous.

Cette nouvelle page qu’ils ouvrent avec bonheur, ils veulent l’écrire en respectant un mode vie éco-responsable en phase avec leur philosophie. Des réfrigérateurs plus modernes et économes ont été installés. Quand ils quittent le magasin, toutes les lumières sont éteintes et lors des périodes de moindre fréquentation, leur intensité est réduite. Le samedi après-midi, ils sont aussi dépôt de pain. Et les invendus sont distribués dans le voisinage pour nourrir les poules. « Il n’y a pas de gaspillage… », résume Mélanie.

Ce lundi matin, le couple a reçu un chèque de 15 000 euros d’un prêt d’honneur remis par Jean-François Guézo, le président de la plateforme IPP, accompagné de Franck Morand gérant des agences Tonic tourisme de La Gacilly et Ploërmel, élu de la CCI qui sera le parrain des nouveaux commerçants et de Mickaëlle Piel, adjointe au maire de Guer. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, le jeune couple vient de trouver une maison pour s’installer à 200 mètres de leur magasin. Bref, une nouvelle vie qui commence bien…

Pratique: « Pensée locale, 3, rue de Brocéliande Bellevue-Coëtquidan à Guer, ouvert du mardi au samedi de 9 heures à 13 h 30 et de 14 h 30 à 20 heures.

1 commentaire "Guer. Aidés par la plateforme IPP, Mélanie et David ouvrent « Pensée Locale »"

  1. Curieux reportage !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Ce couple n’ouvre pas un nouveau magasin, il le réouvre, je crois même qu’il n’a pas fermé.
    « Il ne créé pas une épicerie fine alimentée par des producteurs locaux », tu parle d’une idée de génie, elle existait déjà.
    « C’est en poussant la porte de l’ancien restaurant de la rue à Bellevue  » !!!!!!!!!!!!!! Alors là, ils ont fait fort c’est peu valorisant pour l’ancienne propriétaire (Françoise G) et ancienne membre de l’union des commerçants de GUER qui à aménagé elle même son ancien restaurant en ce qu’il est devenu aujourd’hui.
    Madame l’adjointe au maire de Guer qui était présente aurait peut être pu en parler au journaliste de ce reportage.

    Tu vois ma chère Françoise, la considération n’est plus de mise dans le monde d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires