Accueil / Ploërmel Communauté / Josselin. Petite ville de demain: comment assurer une meilleure qualité de vie des citoyens

Ploërmel Communauté

Publié le 1 août 2022

Josselin. Petite ville de demain: comment assurer une meilleure qualité de vie des citoyens

De gauche à droite, le lieutenant Maurin, le capitaine Steunou, Claire Liétard, la sous-préfète et Nicolas Jagoudet, maire de Josselin

Améliorer la qualité de vie des citoyens en renforçant leur sécurité au quotidien… C’est tout l’objectif de la convention qui a été signée ce lundi en début d’après-midi entre Nicolas Jagoudet, le maire de Josselin, le capitaine Stenou, commandant en second la compagnie de gendarmerie de Ploërmel, accompagné du lieutenant Maurin, commandant la communauté de brigades de Josselin et Claire Liétard, la sous-préfète de Ploërmel-Pontivy. Un objectif que relativise le maire de Josselin. « Ce qu’on nous propose de faire, on le met déjà en oeuvre depuis longtemps », constate-t-il, rappelant que la gestion des incivilités est une préoccupation prioritaire de la municipalité. « Cela avait déjà été initié lors de la précédente mandature et nous l’avons intensifié. Nous pensons que la moindre incivilité doit être traquée. Chaque fois que c’est nécessaire nous menons des investigations pour rechercher d’éventuels auteurs qui sont ensuite convoqués à la mairie. Nous déposons plainte systématiquement et nous observons les suites judiciaires qui sont données. On peut éventuellement retirer notre plainte, mais on donne une chance, pas deux… », martèle avec fermeté Nicolas Jagoudet.

L’extension de la viédo-protection

Un des axes de travail suggérés par la convention signée ce lundi porte sur le développement de la vidéo protection. Elle est déjà en place à Josselin, mais va être renforcée avec l’implantation de 4 caméras supplémentaires place Notre-Dame, rue du Canal et Place Saint-Nicolas. « Il ne faut pas tomber dans l’excès avec un nombre inconsidéré de caméra », relativise le maire. D’ailleurs la municipalité revendique une stratégie déterminée d’ouverture en direction des jeunes qu’illustre par exemple l’organisation samedi du festival de musique électro. Celui-ci a réuni près de 700 jeunes sans le moindre incident et en rassemblant un public de toutes générations.

Vers une police pluri-communale

La municipalité de Josselin a aussi décidé de renforcer les effectifs de sa police municipale en recrutant un 2è agent. « Nous réfléchissons à la création d’une police pluri-communale avec les communes de l’ancienne communauté de communes. Guillac et La Gréé Saint-Laurent ont déjà officiellement accepté ce projet », rappelle Nicolas Jagoudet. Les policiers municipaux participent activement à des opérations de terrain par l’intermédiaire de patrouilles souvent en collaboration avec les gendarmes. Un groupe local de traitement de la délinquance a été mis en place.

Pour le maire, l’amélioration de la sécurité de ses administrés passe aussi par une amélioration des conditions de travail de ceux qui en ont la charge. La municipalité avait décidé de lancer le projet de construction d’une nouvelle gendarmerie, mais le projet n’a pas été retenu dans les priorités de la gendarmerie qui s’évaluent au niveau national. « Ce projet n’a pas été retenu mais notre volonté reste intacte et nous sommes prêts à le reprendre », assure-t-il.

Les gendarmes toujours plus proches des citoyens

De son côté le capitaine Steunou confirme que la convention signée ce lundi ne fait qu’acter une étroite collaboration qui existe dans les faits entre les gendarmes et la ville de Josselin depuis longtemps et qui se traduit par exemple par des missions communes menées avec la police municipale. Il a rappelé les efforts fait par la gendarmerie pour être sans cesse au plus près des préoccupations quotidiennes des citoyens, prenant pour exemple les brigades mobiles, des permanences que tiennent régulièrement les gendarmes dans les communes afin de faciliter un contact plus direct et plus sécurisant entre la population et les gendarmes. Il a souligné l’importance qu’il attache à la prévention de la délinquance. « C’est le préambule incontournable avant le passage à l’acte. Si cet acte n’existe pas, alors on a gagné la partie », résume le capitaine.

La sécurité c’est aussi la prévention

La sous-préfète a rappelé le cadre dans lequel s’applique l’opération Petites Villes de Demain et ses objectifs. Elle a notamment permis de financer à 75% le recrutement d’une chargée de mission qui partage son temps entre 4 collectivités, Josselin, Mauron, Ploërmel et Ploërmel communauté. Un renfort précieux pour apporter aux collectivités un soutien dans la recherche de subventions et le montage de dossiers souvent techniquement très complexes. En ce qui concerne la sécurité, Claire Liétard a également soutenu le fait que celle-ci ne pouvait pas reposer uniquement sur la répression mais également prendre en compte un volet préventif. « Les incivilités même si elles ne sont pas très importantes peuvent nourrir le sentiment d’insécurité », explique-t-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires