Accueil / Ploërmel Communauté / Josselin-Guégon. Chiens confisqués: la détresse de Mélissa

Ploërmel Communauté

Publié le 3 mai 2022

Josselin-Guégon. Chiens confisqués: la détresse de Mélissa

Mélissa a été déboutée par le tribunal administratif de Rennes, et par ordonnance rendue, le 8 avril 2022. Un conflit, suite à la confiscation de ses chiens, l’avait opposé à la municipalité de Guégon, quand elle était domiciliée dans la commune…

Aujourd’hui, cette affaire a fait l’objet de plusieurs articles de presse. La jeune femme n’a plus de tranquillité autour de chez elle ! Domiciliée à Josselin, les gens la montrent du doigt dans la rue, lorsqu’ils la croisent. D’autres postent de méchants commentaires sur les réseaux sociaux. “Cela devient invivable pour moi ! Tout le monde parle de moi, dans mon dos, du style : « c’est elle qui s’est fait bouffer par son chien ». Étant asthmatique de naissance, je dois me préserver, ne pas m’énerver, mais en conséquence de cette affaire, je suis toujours stressée et ce n’est pas bon pour ma santé !”, nous explique-t-elle.

Mélissa tient à rectifier beaucoup de choses qui ont été dites et écrites : “Mes chiens sont ma seule famille. Ils sont éduqués, gentils et calmes. Si je me suis fait mordre par Nicky le Bouledogue le 31 mars dernier, c’est parce que ce chien, que j’avais recueilli depuis à peine 1 mois, avait été maltraité par son ancien maître, avec pour blessures 3 fractures de la mâchoire. J’ai certainement fait un geste involontaire, qui lui a rappelé les coups ! C’était un accident !”, nous dit-elle.

Elle ajoute avoir emménagé à Josselin pour prendre un nouveau départ et raconte aussi son quotidien qui n’est fait que de l’amour pour ses compagnons de vie. Ses moyens financiers sont très limités. Elle ne fait pas de dépenses superflues, telles que le coiffeur ou les boutiques de vêtements, de mode. Sa seule priorité est le bien-être de ses chiens. Elle trouve aussi très injuste, les plaintes qui lui ont été adressées à Guégon, contre ses chiens, alors même qu’une de ses voisines possédait 23 chats, qui urinaient partout, sans qu’elle ne soit ni elle, ni son mari, interpellés, inquiétés…

Mélissa tient à expliquer à la municipalité de Guégon, que la seule chose qu’elle souhaitait c’était récupérer ses chiens, que la somme d’argent réclamée était l’idée de la justice et de son avocate. “Je n’ai jamais été éduquée à réclamer de l’argent. Ce n’est pas mon genre !”. Elle explique aussi que l’organisme de curatelle, qui gère son argent, ne s’occupe pas beaucoup d’elle !

Aujourd’hui, Mélissa a retrouvé 3 de ses chiens, sa seule consolation: Izia, une femelle Berger Hollandaise, Mokka, un mâle croisé Labrador et Looky, un mâle croisé Border collie. 

Mélissa souhaiterait trouver un autre logement, si possible dans un autre quartier à Josselin, au pire dans un rayon de 10 km, car elle ne veut pas perdre les quelques amis, qu’elle s’est fait sur Josselin…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires