Accueil / Pays de Ploërmel / Pays de Ploërmel. Ségur de la santé: pour Paul Molac, le compte n’y est pas

Pays de Ploërmel

Publié le 30 novembre 2021

Pays de Ploërmel. Ségur de la santé: pour Paul Molac, le compte n’y est pas

A la suite des annonces faites sur les dotations faites aux hôpitaux breton dans le cadre du Ségur de la santé (lire ici) Paul Molac, député, fait part de sa déception dans un communiqué:

« Lors de sa récente venue en Bretagne, Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé a détaillé la répartition des crédits accordés dans le cadre du plan d’investissement du Ségur de la Santé.

En Morbihan, c’est le projet de reconstruction de l’hôpital de Quimperlé, rattaché au Groupe hospitalier Bretagne Sud, dont l’hôpital support est celui du Scorff à Lorient qui, rafle la plus grosse enveloppe, soit près de 65 millions d’euros.

Si je comprends parfaitement l’intérêt de cette dotation à l’égard des habitants du pays de Lorient-Quimperlé, je regrette toutefois l’insuffisance des fonds à destination du Morbihan.

En effet, le Gouvernement laisse délibérément l’ensemble de l’est du département en souffrance. Au sein du Groupement Hospitalier Brocéliande-Atlantique (GHBA), chacun sait que les hôpitaux de Ploërmel, Auray, Saint-Avé et Vannes ont besoin d’une rénovation d’envergure et d’urgence. Si une enveloppe globale de 70 millions a certes été attribuée au Groupement hospitalier Brocéliande-Atlantique, la moitié, est en réalité destinée à combler les déficits. Il ne reste donc plus que 35 millions pour rénover ces établissements qui en ont bien besoin.

J’avais pourtant attiré l’attention du directeur de l’ARS Bretagne sur la nécessité de soutenir le projet de transformation de l’offre de soin porté par le GHBA, et en particulier sur la nécessité de rénover le centre hospitalier de Ploërmel.

Pour l’ensemble des transformations envisagées, l’investissement pour l’hôpital de Ploërmel est évalué à plus de 55 millions d’euros. Comment mener à bien ce projet de rénovation pourtant nécessaire avec une enveloppe de 35 millions d’euros qui est à partager entre quatre hôpitaux du GHBA.

La santé est notre bien le plus précieux : je serai aux côtés de la population pour la défense d’un service public de proximité et de qualité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires