Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Ploërmel / Ploërmel. Accord trouvé: le travail reprend chez PEP/Cocotine

Ploërmel

Publié le 10 novembre 2021

Ploërmel. Accord trouvé: le travail reprend chez PEP/Cocotine

Après une nouvelle réunion, un accord de fin de conflit a été trouvé entre la direction de l’usine PEP/Cocotine de Ploërmel. Le travail doit reprendre dès ce mercredi après-midi à 14 heures. Depuis plus d’une semaine, les salriés de cette entreprise multipliaient les actions pour se faire entendre. En début de semaine, ils avaient manifesté sur le rond point et le pont enjambant la 4 voies. Ils réclamaient une hausse de salaire de 5%, alors que la direction ne leur en accordait que 2,2% tout de suite et 0,4 au 1er janvier. Les positions étaient tranchées et les discussions semblaient dans l’impasse.

Les positions se sont rapprochées à l’issue d’une première réunion qui s’est tenue mardi après-midi notamment en raison de l’octroi d’une prime de 300 euros. Un vote organisé à l’issue de cette réunion s’est soldé par un résultat favorable à une reprise mais à 2 voix près. Trop juste pour les représentants syndicaux qui ont participé à une nouvelle réunion ce mercredi matin avec la direction qui s’est terminée sur un accord. Celui-ci prévoit une augmentation générale de 2,2% au 1er octobre puis de 0,4% au 1er janvier 2022, une enveloppe d’augmentations individuelles de 0,4% applicable en juillet 2022, une augmentation des primes de panier jour et nuit de 3,63%. L’augmentation générale est basée sur des prévisions d’inflation. Si celle-ci atteint 1,7% entre août 2021 et août 2022, une clause de revoyure s’appliquera. Par ailleurs, en l’absence d’accord d’intéressement au tire de l’exercice 2020/2021, une prime exceptionnelle de 390 euros proportionnelle au temps de présence et de travail va être versée. La signature d’un accord d’intéressement prenant effet au 1er juillet 2021 est prévu ainsi que des dispositions concernant les conditions de travail. Le paiement des jours de grève sera lissé sur novembre et décembre.

Cet accord met un terme à un conflit inédit puisque c’est la première fois qu’une grève affecte cette entreprise ploërmelaise, mais de l’avis d’un salarié, « les choses ne seront désormais plus comme avant » dans l’entreprise. Ce mouvement a mobilisé 80 à 90% des salariés et a permis à beaucoup d’entre eux de différents services de faire connaissance. « Cela a fait naître un esprit de solidarité qui n’existait pas et qui va perdurer… », analyse un autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires