Accueil / Oust à Brocéliande / Guer. Les lycéens initient les écoliers aux sciences

Oust à Brocéliande

Publié le 12 octobre 2021

Guer. Les lycéens initient les écoliers aux sciences

Depuis 30 ans, la fête de la science poursuit le même objectif: rapprocher la science et les citoyens. Plus globalement ce début octobre c’est le rendez-vous des amoureux de la connaissance dans tous les domaines. Au Lycée Brocéliande de Guer, la science est présente partout. Sorties au village des Sciences de Rennes, dans une station écologique, visite de Virginie Durier chercheuse au laboratoire Ethos de Rennes, élevage de blob dans le cadre d’une expérience menée en parallèle avec Thomas Pesquet, énigmes scientifiques posées aux enseignants… les animations sur ce thème foisonnent au lycée Brocéliande en ce moment.

Il y a deux ans, une expérience avait été menée associant deux professeures du lycée, Anne Heurtaux (Sciences et Vie de la Terre) et Anne-Sophie Candela (physique-chimie) et l’école Brocéliande que dirige Marie-Hélène Herry. Des écoliers avaient été accueillis par des lycéens pour suivre leurs cours. La crise sanitaire a mis cette expérience entre parenthèses. Mais cette année, les deux professeures du lycée ont proposé à la directrice de l’école élémentaire de renouveler l’expérience. Et ce lundi après-midi, des élèves de seconde et terminale sont venus accueillir les écoliers qui se sont partagés en deux groupes, l’un en physique-chimie, l’autre en SVT. L’originalité de cette action, c’est que les lycéens se transforment en… profs. C’est à eux qu’il revient d’expliquer aux écoliers le déroulement et le sens d’une expérimentation. Les terminales leur expliquent par exemple le fonctionnement d’un microscope et la préparation d’une lame d’observation. Et la pratique suit la théorie. Les écoliers prélèvent un de leurs cheveux qu’ils observent à l’oeil nu puis amplifié sous l’objectif du microscope. Il en est de même pour les cristaux de sel, un oignon, un morceau d’élodée et du papier. A l’étage, en salle de physique-chimie on se penche sur le spectre lumineux.

« C’est incontestablement mon meilleur cours de l’année… », avoue Anne Heurtaux qui loue les avantages de ce travail partagé. « Ca responsabilise les élèves qui changent de statut. Ils doivent expliquer, faire comprendre, transmettre leur savoir et ils le font avec beaucoup de rigueur et d’efficacité. Face à eux, les écoliers se montrent très réceptifs et tout cela donne un résultat vraiment extraordinaire », s’enthousiasme-t-elle.

1 commentaire "Guer. Les lycéens initient les écoliers aux sciences"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires