Josselin. Centre intercommunal de vaccination: 800 personnes en 3 jours

Pas de file d’attente, une impression de fluidité, de calme, voire une atmosphère détendue et jociale… Le centre éphémère de vaccination ouvert au centre culturel l’Ecusson de Josselin tourne pourtant à plein régime. “Nous avons prévu un intervalle de 8 minutes entre chaque personne, mais 6 auraient été suffisantes…”, constate Annick Cardon, adjointe au maire de Josselin. Et pourtant, jeudi, 290 personnes ont été accueillies et au total des 3 jours, 800 habitants de Josselin et des communes de l’ancien canton de Josselin âgés de plus de 75 ou 70 ans, qui auront eu accès au vaccin anti-COVID.

Collectif et solidaire

Car à Josselin, on a joué collectif en organisant une opération intercommunale de vaccination. Une opération qui a suscité un formidable élan de solidarité et une mobilisation extrême que ce soit des professionnels de santé que des agents municipaux. Annick Cardon raconte avec de l’émotion dans la voix comment tous les services se sont spontanément proposés pour participer au recensement des personnes susceptibles d’être concernées. “Ils ont travaillé d’arrache-pied, sans compter leurs heures. Certain(e)s même pendant leurs heures et jours de repos au point même de décaler leurs vacances…”, explique-t-elle. Les médecins de Josselin, les infirmières, les pharmaciens du territoire ont répondu présents et participent activement à la vaccination. Le docteur Jean-Michel Barreau, vice-président de Ploërmel communauté mais aussi médecin vaccinateur est aussi venu prêter main-forte.

Une solidarité tranquille mais intense que souligne également Nicolas Jagoudet, le maire de Josselin comblé qui , entre deux, accueille et guide, lui-aussi, les patients. Tout le monde met la main à la pâte “On a travaillé avec la volonté d’ouvrir cette opérations aux autres communes. On eu des échanges avec les maires pour l’organisation. Je tiens à remercier tous ceux qui ont apporté leur contribution à l’organisation de ces journées qui ont demandé un travail considérable. Ploërmel communauté a mis à notre disposition des moyens humains et informatiques, les bénévoles, la réserve communale, les sapeurs-pompiers sont avec nous. J’apprécie beaucoup les bonnes relations que nous entretenons avec l’hôpital de Josselin et son directeur. Il  a mis par exemple à notre disposition des lecteurs de cartes, et nous a aidé dans le retraitement des déchets. Et finalement, la meilleure récompense que l’on puisse avoir c’est de voir les gens repartir satisfaits et simplement nous dire merci…”, détaille Nicolas Jagoudet.

une opération inédite

“C’est un travail d’équipe qui demande un gros investissement à tous les niveaux de la chaîne…”, souligne Claire Muzellec-Kabouche, directrice départementale de l’Agence Régionale de Santé qui est venue ce vendredi matin en compagnie du sous-préfet de Pontivy-Ploërmel, Patrick Vautier rendre visite au centre de Josselin. Le succès de l’opération de Josselin illustre l’efficacité de ce dispositif mis en place par l’ARS avec le concours des élus locaux qui touche à sa fin et qui est inédit. Le Morbihan est le seul département à avoir déployé cette stratégie de proximité, via la mise en place d’une vingtaine de centres éphémères qui a permis de vacciner l’essentiel du public visé très rapidement. Une réussite qui se lit dans les statistiques: le département du Morbihan a un taux de vaccination supérieur de 6% à la moyenne nationale. “80% des plus de 75 ans et 66% des plus de 60 ans sont vaccinés. Hier (ndlr: jeudi) 288 000 injections étaient réalisées dans le Morbihan dont 215 000 première injections”, indique Claire Muzellec-Kabouche qui anticipe déjà le passage à de nouveaux paliers dès la fin du mois de mai avec l’arrivée de doses supplémentaires et l’ouverture à de nouvelles tranches d’âges (la vaccination doit être ouverte aux plus de 50 dès la mi-mai). Les centres de taille moyenne (dont celui de Ploërmel) tournent au maximum de leurs capacités et les “grands centres” de Kercado, Lorient, Caudan et Pontivy se préparent à monter en puissance pour faire face à l’arrivée de doses supplémentaires. En tous cas, la directrice départementale de l’ARS fait activement campagne en faveur de la vaccination. Elle a d’ailleurs distribué aux officiels présents des pin’s incitatifs…

Prêts à recommencer

Mais, à Josselin, on est prêt à renouveler l’expérience. “On a fait tout le travail préparatoire, on est opérationnel, on est prêts à continuer…”, souligne Annick Cardon. Pour l’instant, le renouvellement d’opérations éphémères ouvertes à de nouvelles catégories d’âges n’est pas à l’ordre du jour. Mais la directrice départementale de l’ARS n’a semble-t-il pas été insensible à la détermination des élus josselinais et leur enthousiasme à poursuivre leur contribution à la vaccination rapide du plus grand nombre. “On verra, on en reparlera…”, a-t-elle simplement répondu.

Alors, si tout se passe bien, il n’en reste pas moins que certains comportements laissent pantois par leur manque de civisme. C’est un phénomène qui a été constaté à Josselin, mais qui se confirme dans l’ensemble du Morbihan. Les gens prennent des rendez-vous multiples dans différents centres et choisissent le rendez-vous qui leur convient le mieux… sans décommander les autres. “Les gens ne se présentent pas. On les appelle et ils nous répondent qu’ils se sont déjà fait vacciner ailleurs. C’est un vrai problème parce qu’on se retrouve avec des trous qui désorganisent nos plannings et provoque une surcharge de travail…”, décrit Annick Cardon.

Attention au respect des gestes barrières!

C’est un véritable appel à la prudence que lance la directrice départementale de l’ARS. Car, face à une vaccination qui se développe, un relâchement des comportements et du respect des précautions sanitaires est perceptible dans la population. “Il est impératif de respecter scrupuleusement les gestes barrières car la vaccination n’empêche pas la contamination par le virus. Elle évite les cas graves efficacement, mais le virus continue de circuler… On peut toujours être contaminé par la COVID mais sans manifester de symptômes ou simplement une petite toux voire un peu de fièvre. La prudence doit rester de mise”, prévient Claire Muzellec-Kabouche. 

Le docteur Jean-Michel Barreau confirme que des clusters continuent d’apparaître dans les EHPAD, mais sous ces formes légères de la maladie. “Aucune personne vaccinée n’est décédée…”, indique-t-il.

 


'Josselin. Centre intercommunal de vaccination: 800 personnes en 3 jours' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.