Guer. La délicate descente de Louise Camille

Baptisée en 1851, elle porte le joli nom de Louise Camille et rythmait la vie quotidienne de Guer avec ses trois compagnes, du haut du clocher de l’église Saint-Gurval. Seulement voila, elle s’était enrouée. En effet, à force de battre au même endroit son battant avait creusé le corps de la cloche. Alors on lui avait fait faire un quart de tour pour qu’elle retrouve sa belle sonorité. Le temps faisant son effet, le même phénomène s’est reproduit. Mais cette fois, plus question de faire tourner la cloche, tout son pourtour étant désormais endommagé. Alors pour éviter que Louise Camille ne laisse échapper des sons désagréables, mais aussi qu’elle ne se fissure, il n’y avait qu’une seule solution: la confier à des spécialistes pour qu’elle soir restaurée. Encore fallait-il la faire descendre de son clocher. C’est l’entreprise de campanologie Macé des Côtes d’Armor quia été appelée à la rescousse. Deux de ses techniciens sont venus à Guer mercredi pour préparer la belle -qui pèse quand même le poids respectable de 730 kg- à effectuer sa descente. Une opération délicate puisque trois autres cloches sont situées à l’étage inférieur du clocher. Les professionnels ont donc d’abord décalé la cloche centrale afin de libérer le passage pour Louise Camille. Ces opérations préparatoires étant terminées, la dépose a pu avoir lieu ce jeudi matin. Une lente descente d’une vingtaine de mètres contrôlée par des palans et accompagnée par un des techniciens en rappel.

Si la descente s’est déroulée sans encombres, par contre la sortie de l’église a été un peu plus compliquée. L’intervention des services techniques de Guer et de leur tracto-pelle a permis de surmonter l’ultime obstacle et de déposer tout doucement Louise Camille dans le camion. La cloche sera ensuite transférée vers une fonderie des Pays-Bas où elle va être remise à neuf, ce qui devrait prendre un mois et demi. Ce retour au sol de la cloche a été l’occasion d’un voyage  dans le temps, puisqu’elle porte outre la date de sa pose, son nom, celui de sa marraine et de son parrain -Madame Vitton et M. de Porcaro – ainsi que du curé présent pour le baptême, le Père Danielo…

Fabrice Guého, responsable du service cadre de vie de la mairie de Guer, qui assistait aux opérations n’a désormais plus qu’une hâte, le retour de Louise Camille à Guer afin qu’elle puisse être réinstallée et faire entendre sa voix limpide pour Pâques…


'Guer. La délicate descente de Louise Camille' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.