Malestroit. Pourquoi les gendarmes quadrillent la ville

“Les gendarmes, ils son partout. je ne sais pas ce qui se passe, mais ils sont dans tous les quartiers de la ville…”. Sans le savoir, cette passante rencontrée ce jeudi en fin d’après-midi dans les rues de Malestroit, valide l’efficacité de l’opération qui s’est déroulée au cours de cet après-midi en ville. Il est 15 heures, lorsque le lieutenant Stéphane Le Gluher, officier de permanence de la compagnie de gendarmerie de Ploërmel, rassemble les gendarmes engagés dans le dispositif à la brigade de Malestroit et organise les patrouilles. Sur te terrain, six militaires de la communauté de brigades de Guer, 4 venus du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) et trois réservistes vont quadriller la ville. “Ce sont des opérations que nous renouvelons assez régulièrement dans le cadre de nos missions de protection des populations dans les communes du territoire. Il s’agit avant tout de montrer aux habitants que nous sommes là et près d’eux. Notre objectif tient en deux mots: rassurer et dissuader…”, souligne le lieutenant Le Gluher. En ligne de mire, bien sur la lutte anti-terroriste, mais aussi les stupéfiants et bien entendu en ce moment, le respect des mesures de protection mises en place dans le cadre de la crise sanitaire contre l’épidémie de coronavirus…

Patrouilles pédestres dans le centre ville, le long du canal, contrôles routiers sur les voies d’accès à Malestroit, présence aux abords des établissements scolaires… Effectivement, il était difficile de ne pas croiser des gendarmes ce jeudi après-midi à Malestroit et dans sa périphérie. Et même si le centre ville était peu fréquenté, il n’empêche que le premier contrôle effectué par une patrouille auprès d’une passante s’est soldé par la délivrance d’une contravention pour ne pas avoir rempli une attestation dérogatoire de sortie. Pas un hasard, mais une posture assumée par la contrevenante. Et dans ce cas la sanction est implacable: 135 euros!

Un cas rarissime, reconnaissent les gendarmes qui font le constat que d’une manière générale, les gens respectent les règles en vigueur. “Ces opérations ont un autre intérêt pour nous, c’est de pouvoir dialoguer avec les citoyens, d’échanger de prendre le pouls de leurs préoccupations. C’est un aspect de nos missions auquel nous attachons beaucoup d’importance”, souligne le lieutenant Le Gluher.

Au total, ce jeudi après-midi 40 piétons ont été contrôlés, 65 véhicules et deux infractions ont été relevées, une routière et l’autre à la réglementation COVID.


'Malestroit. Pourquoi les gendarmes quadrillent la ville' a 6 commentaires

  1. 12 novembre 2020 @ 20 h 24 min Jardin

    Bravo à vous messieurs les militaires car dans cette petite bourgade il y a beaucoup de têtes de mules totalement inconscientes de la gravité de ce virus
    FAUT IL ETRE DEBILE POUR DIRE ” MOI J AI FAIT LA GUERRE ALORS………” sans parler des réunions de fin de semaine jusqu’à point d heure et d un certain nombre de participants tous au-dessus de 40 ans ……. que va être la fin d année

    Répondre Signaler un abus

    • 13 novembre 2020 @ 7 h 29 min Le gal

      Pourquoi ils ne posent pas plus de radars automatiques sur les routes départementales de campagne ? Là où il y a beaucoup de maisons aux abords. J ai l impression de risquer ma vie quand je sors de chez moi à pied ou en véhicule. Mais je pense que j en connais la raison : pas assez de rentabilité. Voilà : des postures toujours des postures. Vive la sécurité….

      Répondre Signaler un abus

    • 13 novembre 2020 @ 10 h 10 min JEAN

      Je crois que c’est facile de faire de la prévention a Malestroit quand je regarde les photos ou je vois un centre ville désert des commerces fermes des gendarmes dans la rue du G.Degaulle ou il n’y a pas un chat je crois que ces derniers seraient mieux a kERCADO ou Ménimur mais c’est beaucoup plus difficiles à contrôler.
      Quinze militaires toute une AM pour 2 personnes sans attestation c’est vraiment pas un succès la preuve que dans nos campagnes nous sommes respectueux de la réglementation.
      Continuons a nous protéger et arrêtons de critiquer son voisin

      Répondre Signaler un abus

  2. 13 novembre 2020 @ 10 h 41 min Philippe

    Dans un pays ou l’autoritarisme bourgeois prend une forme de plus en plus évidente, il est logique de montrer à la populace qu’elle est bien sous contrôle. Les petits soldats sont donc de sortie …

    Nonobstant le côté ridicule de ses attestations de sortie, que chacun se délivre à lui-même, et dont le peuple de France est le seul à pouvoir profiter en Europe, (quelle chance !!!) il convient de noter qu’avec des dirigeants aussi cons, nous ne sommes pas sortis de l’auberge …

    Le comique troupier est une spécialité bien de chez nous, continuons de cultiver cet anachronisme !

    Répondre Signaler un abus

    • 16 novembre 2020 @ 18 h 41 min Le Quéré

      Je suis tout à fait d’accord avec vous Philippe. Ça devient de plus en plus insupportable cet autoritarisme d’état. Et certains “moutons”qui en réclament plus.

      Répondre Signaler un abus

  3. 17 novembre 2020 @ 19 h 04 min MP

    Pourquoi toujours autant d’agressivité derrière cet anonymat ?
    Moi, j’ai une question : j’habite à 70 km de Malestroit et je voudrais rendre visite à un proche en ehpad Qui peut me répondre si c’est prévu de faire autant de kilomètres ( sur une journée, sur 2) ?

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.