Guer. Municipales: la galette militante du Rassemblement National

Le Rassemblement National du Morbihan réunissait ses militants ce samedi après-midi à Guer pour les inviter à partager une galette des rois en soutien aux candidats morbihannais du parti de Marine Le Pen  pour les municipales de mars prochain. Avant de passer à la dégustation, Yvan Chichery, le délégué départemental du Morbihan du Rassemblement National a fixé les objectifs du parti à savoir les municipales, mais aussi l’opposition aux immigrés. Avec une cible particulière: les maliens accueillis à Moréac. Le délégué départemental a d’ailleurs annoncé l’organisation le 25 janvier prochain d’une manifestation à Moréac et dans les communes alentours. En fin de réunion, ce dernier a également fait le point des candidatures aux municipales dans le Morbihan. Puis, les militants ont écouté les messages très identitaires de deux pointures du parti: Jean Messiha, membre du bureau national et spécialiste des études et argumentaires, un habitué des interventions médiatiques -il était d’ailleurs le matin même sur le plateau d’une chaîne de télévision- qualifié par Yvan Chichery de « pourfendeur de la gauche cathodique ». Celui-ci a exhorté son auditoire à s’engager pour être candidat lors des prochaines échéances électorales locales à venir. Enfin, Gilles Lebreton, le chef de la délégation RN au parlement européen a détaillé la progression de l’influence du Rassemblement National au sein de l’assemblée européenne. Agnès Richard, conseillère régionale de Bretagne participait également à cette réunion.

Revivez cette galette pré-electorale du Rassemblement National Morbihannais:


'Guer. Municipales: la galette militante du Rassemblement National' a 1 commentaire

  1. 19 janvier 2020 @ 17 h 30 min Crepenne

    Magnifique prise de parole de Jean Messiha que je ne connaissais pas et qui a brillamment développer avec d’excellent arguments l’importance de s’investir et surtout de se battre pour défendre l’identité française dont nous ne devons pas avoir honte. Au plus haut niveau de l’Etat, défendre notre identité est devenu un gros mot. Sans doute une explication aussi de la situation dans laquelle nous nous débattons depuis tant d’années et plus particulièrement depuis deux ans.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.