La Gacilly. Le festival photo: un partenaire engagé de son territoire

Le festival photo de La Gacilly 2019 tire sa révérence en affichant 300 000 visiteurs à son compteur. Une fréquentation qui se maintient, malgré une saison capricieuse sur le plan météorologique. Le succès ne se mesure pas seulement ne visite mais aussi sur les retours qui sont globalement très positifs, constate Auguste Coudray, le président du festival à l’heure d’un premier bilan qui montre donc la réussite d’un certain nombre de nouveautés au niveau de la scénographie par exemple.

Mais un bilan, c’est aussi le moment de dresser des perspectives,, des projets pour l’avenir. Et mine de rien, cette saison qui s’achève marque peut-être l’amorce d’une nouvelle stratégie. Beaucoup d’efforts ont été faits pour intéresser un public jeune, familial avec une programmation à la connotation plus ludique. Le dossier pédagogique s’est étoffé d’ateliers pédagogiques qui concernent un public allant de 2 ans jusqu’à l’adolescence. Et puis il y a ce souhait de faciliter les rencontres entre le public et les artistes et de créer de l’événementiel comme cette première participation aux journées du patrimoine. Mais d’ores et déjà, c’est le prochain festival qui est dans toutes les têtes. Et dans ce bilan, on sent comme un besoin chez les organisateurs du festival de s’enraciner sur le territoire. Oui, bien sur, des dizaines de milliers de personnes viennent à La Gacilly découvrir le festival photo, mais les habitants de ce territoire, ses « voisins » connaissent-ils le festival photo. Pas sur.

Ne pas perdre son identité, ses racines… Voila qui devient une préoccupation majeure des organisateurs du festival qui veulent faire une priorité de mettre les habitants d’un territoire élargit notamment aux limites de la nouvelle intercommunalité au coeur de ce festival, pour qu’ils se l’approprient qu’ils en fassent « leur » festival… « Nous sommes une association et nous voulons attirer le plus grand nombre possible d’acteurs locaux. C’est aussi notre raison d’être. Ce sont bien sur les habitants pour lesquels nous allons multiplier les initiatives, telles que des visites-jeu pour qu’ils découvrent le festival sous un autre angle. Mais nous voulons aussi mobiliser les commerçants, les artisans pour qu’ils deviennent des mécènes du festival et en être finalement des ambassadeurs… », imagine Auguste Coudray.

Devenir partenaire du festival photo de La Gacilly… La perspective peut effrayer un commerçant ou un artisan. La hauteur de l’engagement financier est-il à la hauteur du prestige qui se dégage de ce nom? « Pas du tout, balaye Auguste Coudray. Il faut d’abord savoir que l’investissement dans le festival est rentable. Des études nous ont montré qu’un euro investi, c’est sept euros de retour. Et puis devenir mécène, c’est aussi l’assurance d’une réduction d’impôt de 60%. 100 euros investis ne coûte au final que 40 euros. Chacun peut donc trouver sa place et inscrire son nom dans cette histoire que nous voulons partager. Mais ce que les gens doivent savoir, c’est que l’argent n’est qu’un aspect de l’implication possible dans le festival. On a par exemple un commerçant qui offre le petit-déjeuner pour les bénévoles. On a aussi besoin tout simplement de bénévoles qui viennent nous aider. Bref, il y a une multitude de façons de s’impliquer dans le festival. Le message que l’on peut adresser aux habitants, est tout simple: si vous aimez le festival, venez nous voir… ».


'La Gacilly. Le festival photo: un partenaire engagé de son territoire' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.