Ruffiac. Rave-party: le ras le bol du maire

On le sait, Ruffiac est régulièrement le théâtre de raves-party qui suscitent colère, indignation de la part des riverains. Cela a été une nouvelle fois le cas ce week-end. Et cette fois l’affaire a failli mal tourner. C’est peut-être la fois de trop… Le maire de Ruffiac Thierry Gué se révolte contre cet état de fait contre lequel il se sent impuissant. Une exaspération qu’il exprime dans un communiqué qu’il nous fait parvenir et que nous publions intégralement ci-dessous:

Il y a quelques semaines déjà un rassemblement similaire à Saint-Congard avait suscité un vent de colère (lire ici)

 

« Près de 400 personnes ont encore investi un domaine privé au pied des éoliennes dans la nuit de samedi à dimanche.
Alerté samedi soir par des riverains et élus, j’ai de suite prévenu la Gendarmerie qui m’a immédiatement accompagné sur place et sommes restés en lien durant tout le week-end.
Il a été demandé aux organisateurs de quitter les lieux, mais cela leur était impossible selon leurs dires car déjà trop installés.
Nous nous sommes de nouveau rendus sur site dimanche matin et avons finalement obtenu l’extinction des enceintes, l’évènement devait se poursuivre jusqu’au dimanche soir. Les fêtards ont pris l’habitude d’occuper ce site privé. C’est la 6ème rave-party depuis le début de l’année sur la commune et la 2ème en un mois sur ce même site, sans compter celles des communes limitrophes (La Gacilly, Saint-Congard…).
Heureusement il n’y a pas eu d’incidents ni d’accidents majeurs à déplorer, mais ces va-et-vient, le bruit, les dégradations auprès des exploitations agricoles (perte d’animaux), risque d’incendie de la forêt communale, excèdent la population. Le dimanche matin nous avons en effet frôlé la catastrophe, des riverains agacés et perturbés, équipés de jerricans d’essence s’apprêtaient à mettre le feu au mur de son.
En tant que Maire je me sens impuissant, démuni face à cette situation tout comme les Gendarmes qui m’ont accompagné sur place. Ces raveurs s’installent sans autorisation, il m’est donc impossible de leur interdire l’accès. Je souhaite que cela cesse et demande du soutien auprès de l’Etat et des instances administratives.
Plusieurs ruffiacois m’ont fait part de leurs doléances après cette nuit de décibels et bruits insoutenables. Tout le monde s’énerve et cela empêche les citoyens de dormir. Je me fais le relais contre les nuisances occasionnées en déposant plainte en Gendarmerie et invite les personnes concernées à faire de même.
J’ai transmis un courrier à Monsieur le Préfet du Morbihan en lui indiquant que ce type de manifestation était récurrent, avec copies à Monsieur le Député et à la Gendarmerie de Malestroit, co-signé par mes collègues Maire de Saint-Laurent sur Oust, de Saint-Congard et de Saint-Martin sur Oust.
Je ne pouvais rester sans rien faire, c’est pour cela que j’ai rédigé cet article de presse pour que chacun comprenne que je suis conscient de la gêne occasionnée et que je mets tout en œuvre pour que cela cesse.

Le Maire,
M. Thierry GUÉ. »


'Ruffiac. Rave-party: le ras le bol du maire' a 10 commentaires

  1. 21 août 2019 @ 21 h 05 min HERVOIX Guillaume

    Bah ça a l’air propre à la fin. Monsieur le maire vous êtes un empêcheur de tourner en rond, et ça vous dessert. « théâtre de raves-party qui suscitent colère, indignation de la part des riverains. » punaise vous vous indignez de pas grand chose. Cet article est affligeant. Laissez jeunesse se faire, arrêtez de diaboliser un mouvement, qui dans d’autres époque à provoqué l’émoi, je ne parlerai que du rock. Les mentalité et les gouts changent, c’est à vous de vous adapter et proposer des endroits adaptés a ce type de manifestations… Sinon ben…. fermez là. Cordialement.

    Répondre Signaler un abus

    • 22 août 2019 @ 14 h 26 min Yann

      Monsieur Hervoix,
      Le rôle d’un Maire est de défendre ses administrés, et pas d’organiser des Raves Party ou « trouver des endroits adaptés à ce type de manifestations ». Si les habitants de Ruffiac (et communes alentours) sont excédés, il se doit de relayer leurs doléances, afin que les autorités compétentes puissent prendre les mesures appropriées. Je ne crois pas que vous ayez bien conscience de l’impact sonore de tels évènements, des conséquences pour les propriétaires de ces terrains, ni des risques d’incendie, ou d’accidents graves pour les personnes présentes.
      Mais puisque vous semblez être nostalgique du mouvement rock (qui comme le dit M. Evain n’avait pourtant rien à voir), semblez prôner la liberté de tout faire (même en dehors d’un cadre légal), et enjoignez M. le Maire à trouver un endroit adapté, pourquoi ne pas proposer à ces personnes de se rassembler dans votre jardin ? Il s’agit en effet bien d’un terrain privé, comme celui envahit ce WE. Vous aurez ainsi l’occasion de constater à quel point les émissions sonores sont anodines, et le calme et la propreté des festivaliers exemplaires !
      Pour conclure, je ne pense pas que vous ayez déjà occupé des fonctions d’élu, si cela avait été le cas, vous n’auriez pas rédigé pareil commentaire. Le jour où vous mettrez votre temps libre au service de la société, et que vous pourriez être appelé jour et nuit par vos administrés pour tous types de problèmes (y compris celui susmentionné), vous pourrez proposer vos « conseils » à nos élus . En attendant, je vais reprendre vos termes, signes d’un manque évident de maturité : Fermez-la !

      Répondre Signaler un abus

  2. 22 août 2019 @ 7 h 39 min J.EVAIN

    Bonjour Monsieur Hervoix,
    Je voudrais simplement commenter votre réaction sur le mouvement rock qui a l’époque provoquait peut être l’émoi mais ce mouvement avait lui le respect des biens d’autrui en ne se permettant pas d’investir des biens privés.
    Monsieur je ne vous souhaite pas que des individus s’invitent chez vous sans en avoir été invités, votre réaction ne sera peut-être pas la même.
    Cordialement

    Répondre Signaler un abus

  3. 22 août 2019 @ 12 h 05 min MARTIN

    Parce que les éoliennes c’est chez vous ? Elles sont cassées ?

    Il n y a pas des choses plus importantes comme trump , la faim dans le monde , la pauvreté les maladies etc qui devraient exceder les riverain , plutôt qu’une teuf ou deux dans le mois ?

    Faut arrêter la . Par contre pour aller dans des boites de nuit de merde , écouter de la musique de merde , avec une mentalité de merde et payer euro un whisky coca , la y a pas de problèmes .

    Il y a une partie de la population qui fait autrement que la majorité . Pourquoi auraient ils tort ?

    Répondre Signaler un abus

    • 22 août 2019 @ 15 h 31 min CRASSOU

      deja les gens qui vont en boite sont pour la plus part propre , ce sont pas des punk a chiens qui aime la boue

      Répondre Signaler un abus

  4. 22 août 2019 @ 15 h 26 min Justin N

    On a à faire à un maire qui défend des citoyens qui tentent de détruire du matériel en l’enflammant à l’essence, une ligne après avoir cité le risque d’incendie de la forêt communale.
    Ce sont des gens qui veulent foutre le feu parce qu’ils ont eu peur que des gens foutent le feu. Au même endroit.

    Alors, citoyens non amateurs de free parties, cette partie est pour vous :
    Ok, avoir une teuf à côté de chez soi, ça peut être chiant. Surtout quand c’est la sixième de l’année (et là faudrait que les organisateurs communiquent et réfléchissent là dessus).
    Ok, vous pouvez en avoir marre, et avoir envie que ça s’arrête.
    Vous avez le droit de signaler aux organisateurs que cet endroit est inadapté, et que vous ne souhaitez pas les y revoir (à défaut d’avoir mieux à leur proposer mais bon on va pas vous en demander trop).
    Par contre, être « agacés et perturbés » ne vous autorise pas à mettre le feu à du matériel qui ne vous appartient pas.
    L’agression physique en réponse à une perturbation de votre quotidien et de ce que vous appelez l’ordre publique est illégale, sans doute autant que l’organisation d’évènements festifs à caractère musical voire plus, et peu défendable moralement.
    En plus de ça, vous plaindre d’une atteinte indirecte à vos propriétés, et porter une atteinte directe aux biens d’autrui est carrément contradictoire, et relativise de beaucoup la validité de vos arguments.

    Répondre Signaler un abus

  5. 22 août 2019 @ 21 h 29 min C Dubourg

    Bonjour,

    Vous remarquerez que sur Ruffiac et dans les environs les lieux de Rave sont nombreux et la fréquence importante.
    Je suis à moins de 500m de l’un d’eux où, 2 à 3 fois par an, nous avons le droit à 2-3 nuits de folie… selon le temps. C’est sur une propriété privée, organisé avec l’accord du propriétaire et donc une fête de droit privé… bizarrement le tapage nocturne n’est jamais retenu et la gendarmerie se contente de contrôler les véhiculent qui repartent.
    Perso, je ne suis pas trop sensible aux basses mais mon épouse n’en dort pas et en devient dingue… N’est ce pas un peu ce que provoque un truc qui vous tape sur les nerfs ? Genre qui vous pousserait à faire des conneries… Jusqu’à foutre le feu comme évoqué plus haut. Et du coup toute notre petite famille en pâtis jusqu’à ce que Madame récupère… Sympa ces week-end à tel point que nous décidons de partir lorsque nous nous en rendons compte… Nous avons cette (seule) liberté car inviter des amis ou manger dans le jardin n’est pas pensable.
    Si j’ai été jeune, sans pour autant être réac, et si j’ai fréquenté des concerts de Hard, de Punk et autre Death Metal, j’y allais pour 3 ou 4h et je rentrai, ça avait lieu, comme les festivals d’ailleurs, dans des espaces dédiés isolé ou là où les gens autours sont prévenus et les conditions de sécurité, d’accessibilité et j’en passe respectées.
    Ce que je sous entends par là, c’est que les organisateurs connaissent assurément très bien la loi (nombre maximum de participant 500 pour ne pas tomber sous le joug d’une orga plus lourde) et qu’ils n’ont surtout pas envie de s’emmerder à déclarer leurs événements pour éviter les contraintes qui les accompagnent. Car trouver des lieux doit être de l’ordre du possible y compris sur Ruffiac… Mais se soumettre à la loi relève d’un life style très éloigné du monde des teufeurs en général.
    Je pense pour ma part que les sanctions prévues par la loi devraient être appliquées pour les contrevenants : confiscation du matériel notamment… et pour ceux qui le font chez eux en respectant le cadre légal qu’ils le fassent jusqu’au bout en évitant le tapage nocturne http://www.bruit.fr/tout-sur-les-bruits/bruits-de-voisinage/reglementation/bruits-de-voisinage-tapage-nocturne.html

    La gentillesse et la bienveillance, c’est dans les deux sens.

    Répondre Signaler un abus

  6. 23 août 2019 @ 10 h 13 min Calmos

    Soutien au maire de Ruffiac, ras le bol …/… Ils veulent faire la fête, qu’ils se trouvent des entrepôts désaffectés loin des habitations. Qu’ils fassent les choses en règles et personnes ne les dérangera, en attendant ils nous emmerdent en campagne nous gens qui travaillons la semaine et qui essaient de se reposer le week-end avec nos enfants. Il faut que TOUS les maires des communes avoisinantes prennent des arrêtés pour interdire ces rassemblements de nuisibles, les élus doivent nous protéger, nous les soutenons .
    Les habitants doivent s’organiser pour faire face. Ils ont des cracheurs de feu en pleine forêt apparemment, cinglés… Le lisier éteint le feu je crois.
    Les gens doivent porter plainte le plus possible afin que des mesures soient prises en haut lieu. Le préfet du 72 a interdit ces fêtes qu’on fasse la même chose dans le 56,29,22,35…….

    Répondre Signaler un abus

  7. 26 août 2019 @ 18 h 56 min Nimitz

    Pas besoin de 500 personnes pour emmerder le peuple. On en a un à Tréal qui fait çà tous les soirs.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.