Rochefort-en-Terre. Baignade interdite: Questembert communauté dément

Nous publions ci-dessous les précisions que nous adresse Questembert communauté suite à l’article que nous avons publié le 3 juin dernier concernant la possibilité d’une interdiction définitive de la baignade dans l’étang du Moulin Neuf.  Précisions: Il est important de souligner que les informations que nous avons relayées ont été émises lors d’une conférence de presse donnée par le Syndicat mixte du Grand Bassin de l’Oust (SMGBO). Au cours de cette réunion, le maire de Taupont, par ailleurs vice-président de ce syndicat dont les compétences ne sont plus à démontrer, a expliqué -en substance- qu’il avait refusé d’interdire la baignade cet été dans le Lac au Duc de Ploërmel pour ne pas tomber dans le même piège que l’Etang du Moulin Neuf. Lors d’une autre conservation postérieure à cette conférence de presse, le maire de Taupont nous a confirmé que ce risque d’interdiction définitive avait été clairement évoqué lors d’une réunion des vices-présidents de Ploërmel communauté par le représentant de l’ARS. C’est à partir de ces échanges, nous a-t-il expliqué, que la décision a été prise de ne pas interdire la baignade dans le lac au Duc cet été pour préserver l’avenir du site. Si cette menace n’avait pas existée, la baignade aurait également été interdite à Ploërmel pour toute la saison.

Voici donc le communiqué de Questembert communauté:

« Contrairement à ce qui a été affirmé le 03 juin, l’interdiction de baignade décidée pour 2019 n’est pas « un acte irréversible qui condamne définitivement l’étang du Moulin Neuf ». Nous tenons à rétablir la vérité sur ce sujet en apportant des précisions émanant de l’ARS (Agence Régionale de Santé).
« L’interdiction de baignade décidée en 2019 n’empêchera pas la réouverture du site de Moulin Neuf en 2020. D’une façon générale, aucune interdiction de baignade n’est irréversible mais les motifs d’interdiction de baignade et l’organisation du contrôle sanitaire qui en découle peuvent se décliner en plusieurs cas de figure :
1) Le site de baignade est classé en qualité sanitaire insuffisante pendant 5 années consécutives (il s’agit de la qualité bactériologique exclusive car le paramètre cyanobactéries n’est pas pris en compte pour le calcul du classement). Le site doit être interdit pendant l’intégralité de la saison touristique suivante et ce, jusqu’au retour à une qualité au moins suffisante (sous-entendu, jusqu’à ce que les mesures et actions d’amélioration de la qualité de l’eau aient porté leurs effet). Le contrôle sanitaire continue à être exercé par l’ARS. A défaut d’une amélioration significative et durable de la qualité de l’eau ou de l’impossibilité technico- économique de rétablir une qualité d’eau satisfaisante, il peut être décidé par le préfet ou la collectivité d’interdire en permanence le site à la baignade. Cette interdiction permanente occasionne alors une modification de statut du site, qui est rayé de la liste nationale et européenne des sites de baignade. Dans ce cas, il est effectivement compliqué d’organiser la réouverture du site car tout le processus de déclaration de baignade, d’étude de vulnérabilité de redémarrage du contrôle sanitaire doit être repris et il est évident qu’un tel site ne pourrait être rouvert à la baignade sans avoir les garanties d’une eau compatible avec cet usage. Le site de Moulin Neuf n’entre pas dans ce cas de figure (qualité bonne).
2) Le site de baignade est affecté par des proliférations de cyanobactéries fréquentes et intenses, occasionnant des interdictions d’usage régulières (baignade en particulier). Pour ce cas de figure, c’est aux collectivités de décider de maintenir les usages concernés sur la durée (le préfet peut aussi être amené à prendre cette décision à la place de la collectivité). En effet, la réglementation sanitaire ne prévoit pas de dispositions équivalentes aux non conformités bactériologiques (cas 1). Là également, une interdiction permanente de la baignade pendant une saison touristique complète peut s’envisager, notamment lorsque des travaux sont réalisés sur le site pour enrayer les proliférations de cyanobactéries. Le site reste une baignade officielle et l’ARS continue à contrôler la qualité de l’eau. C’est typiquement le cas de figure du site Moulin Neuf.

3) Le site de baignade est/devient interdit à la baignade pour des motifs de sécurité car la baignade y est trop dangereuse. Dans ce cas, tant que les conditions de sécurité ne sont pas rétablies, le site est interdit à la baignade. Comme pour le cas de figure 1), cette situation peut donc évoluer vers une interdiction permanente de la baignade. Par exemple, dans le Morbihan, un site de baignade a été interdit de façon permanente en raison de son envahissement par des végétaux aquatiques rendant la baignade dangereuse ; ce site n’est plus une baignade officielle, il n’est plus contrôlé par l’ARS. Le site de Moulin Neuf n’entre pas dans ce cas de figure. »


'Rochefort-en-Terre. Baignade interdite: Questembert communauté dément' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.