Josselin. L’Atlas de la biodiversité sur les rails

 

Un Atlas de la biodiversité, c’est un document qui recense tous les éléments qui constitue l’environnement d’un secteur donné: sa faune, sa flore, ses types d’habitat, bref une sorte de photographie vivante de l’endroit où l’on vit. Depuis 2016, l’Etat incite à la mise en place de ces outils qui jouent aussi un rôle important dans le développement des communes, puisqu’ils ont pris en compte dans l’élaboration des documents d’urbanisme.

En Bretagne, l’association Bretagne Vivante est un des acteurs incontournables de l’élaboration de ces Atlas de la biodiversité communale (ABC) et travaille à l’élaboration d’une quinzaine d’entre eux (*). Une démarche peu répandue dans le centre Bretagne où il n’en existe aucune. La commune de Josselin a décidé de s’engager dans cette démarche. « Il faut préserver la biodiversité, mais pour la préserver, il faut la connaître », résume Joseph Séveno, le maire de Josselin qui a convoqué une réunion sur ce thème lundi soir. Une réunion à laquelle participaient des élus mais aussi des représentants des services techniques et surtout de nombreux josselinais(es) passionnés de photo, de jardinage, de nature, d’environnement ou de patrimoine. Le maire a rappelé que l’Atlas de la biodiversité communale figurait dans les projets du début du mandat de la municipalité et qu’il avait bien l’intention de l’initier.

Pour l’aider à mener à bien ce chantier qui s’inscrit dans le temps -on parle de plusieurs années d’élaboration- la commune a fait appel à Bretagne Vivante qui sera en quelque sorte la colonne vertébrale du projet qui doit suivre un long cheminement. Cette élaboration suppose en effet l’adhésion de toute la population qui doit apporter sa pierre à l’édifice en participant à diverses actions telle que le comptage des oiseaux ou autres petits habitants des jardins. Après avoir expliqué le sens de sa démarche et sa philosophie « qui met l’humain au coeur de sa réflexion », l’association a décrit les différentes étapes du processus. Un calendrier un peu trop théorique et pas assez précis, pour Joseph Séveno qui a manifesté une certaine impatience et forcé un peu les choses pour que le dossier passe en mode concret le plus vite possible.

Ce sera d’abord la définition d’un programme et d’un coût en parallèle avec la mise en place d’un comité de pilotage qui devrait donc être finalisé pour la mi-juin. La première action visible du grand public pourrait prendre la forme d’une exposition, rassemblant des éléments visuels apportés entre autre par le public dont certains passionnés de photographie.

(*)Chaque atlas de la biodiversité communale est élaboré, à l’échelle communale ou intercommunale, à partir d’un inventaire précis et cartographié des habitats, de la faune et de la flore, avec l’appui d’une équipe d’experts pluridisciplinaires. Ces atlas ont pour objectifs de :

sensibiliser et mobiliser les élus, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la biodiversité ;

mieux connaître la biodiversité sur le territoire d’une commune et identifier les enjeux spécifiques liés ;

faciliter la prise en compte de la biodiversité lors de la mise en place des politiques communales ou intercommunales.


'Josselin. L’Atlas de la biodiversité sur les rails' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.