OBC. Budget: pas de hausse des impôts..pour l’instant

L’heure est aux économies au sein de l’Oust à Brocéliande Communauté qui traverse une situation financière délicate. « Ce n’est tout de même pas la catastrophe! », tempèrent Pierre Roussette, vice-président chargé des finances ainsi que Jean-Luc Bléher le président de l’OBC. Toutefois, ils s’accordent à reconnaître que des mesures préventives s’imposent, mais lesquelles? La marge de manoeuvre est étroite et les choix sont difficiles et limités. Ils peuvent se résumer à trois possibilités: soit on augmente les impôts, soit on a recours à l’emprunt soit ont fait des économies.

Une hausse des impôts inéluctable

L’OBC a donc décidé de ne pas augmenter la pression fiscale. Une solution qui ne fait pas l’unanimité. Jean-Yves Laly, le maire de Missiriac, par exemple, estime que c’est sur ce budget 2019 qu’il aurait fallu lever l’impôt pour ne pas laisser un cadeau empoisonné à la future équipe qui sortira des urnes en 2020. Le trésorier, David Bioret, se montre lui-aussi beaucoup moins confiant que l’exécutif sur l’avenir, estimant notamment que l’OBC a surévalué les rentrées d’argent pouvant provenir de la vente des terrains des parcs d’activités. Les 700 000 euros inscrit au budget lui semblant utopiques. Il considère en résumé que si l’OBC n’augmente pas ses impôts cette année, ce n’est que reculer pour mieux sauter et que cette hausse est inéluctable pour le budget 2020.

Coups de rabot

C’est l’option des économies qui est finalement retenue. Encore que la taxe GEMAPI a été doublée pour faire face aux besoins liés à cette compétence ce qui en double son montant.

Un audit financier a été confié à un cabinet spécialisé afin de trouver des solutions. Ce travail d’expertise va débuter dès le mois d’avril pour élaborer un document qui justement servira de passage de relais avec cette nouvelle équipe issue des urnes en 2020. Mais les recommandations de cette étude technique pourraient déboucher sur des décisions modificatives dès cette année.

Les économies envisagées sont-elles des « bouts de chandelles ». C’est un peu l’avis de certains et notamment de Noël Colineaux et André Piquet, les maires de Caro et Bohal, notamment en ce qui concerne l’aide au dernier commerce. Celle-ci passe de 30 000 euros à 20 000 euros et est limitée à un seul dossier par an. « C’est un mauvais signe envoyé aux petites communes rurales qui ne rapportera pas grand chose au budget », estiment-ils.

La subvention à la plateforme Initiative Pays de Ploërmel ou bien encore l’aide à l’installation des agriculteurs subissent aussi un coup de rabot: les 30 000 euros demandés par la plateforme sont ramenés à 17 000 euros et l’aide aux agriculteurs passe de 5000 à 3000 euros avec un nombre de dossiers limité à 8 par an.

Quand on reparle du transfert de charges

Mais on a aussi beaucoup parlé d’équité entre les communes. Et c’est un vieux sujet de polémique qui est revenu sur la table: celui des transferts de charge. Tout le monde à en mémoire l’interminable feuilleton du transfert de compétence des charges du musée de Saint-Marcel et les réticences de la commune de Malestroit. Le sujet n’est peut-être pas clos. « Dans le cadre des futurs travaux de la CLECT (comité locale d’évaluation des transferts de charges), une analyse sur les précédents transferts de charge et de produits devra être engagée pour créer de l’équité » a souligné Pierre Roussette. Les élus ont visiblement été impressionnés par une visite qu’ils ont effectuée à la communauté d’agglomération de Vitré où une autre politique est appliquée. Les élus ont évoqué l’exemple de la piscine d’Argenté du Plessis dont la charge est supportée pour 40% pour la commune puisque celle-ci en est la principale bénéficiaire. Ce n’est qu’un exemple, bien sur, mais on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec la situation de l’OBC.

On voit que derrière ce budget « prudent » de véritables bouleversements sont peut-être sous-jacents…

Revivez l’essentiel de ces débats budgétaires et stratégiques dans cette vidéo de laquelle nous avons retiré l’énumération des chiffres des budgets difficilement compréhensibles pour les non-experts.

 


'OBC. Budget: pas de hausse des impôts..pour l’instant' a 1 commentaire

  1. 31 mars 2019 @ 21 h 06 min lebreton

    de plus en plus d’improductif trop payé !!!!!!!!!

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.