Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. La sécurisation du marché fait salle comble

Oust à Brocéliande

Publié le 7 mars 2019

Malestroit. La sécurisation du marché fait salle comble

 

C’est l’affaire qui alimente beaucoup les conversations en ce moment à Malestroit. Confrontée à des impératifs de sécurité, la mairie envisagerait de déplacer une partie du marché, celle implantée actuellement place du Bouffay, vers un autre espace, le parking situé face à Carrefour étant souvent avancé. « Pas du tout, rien n’est arrêté, ce ne sont que des rumeurs… », affirment Bruno Gicquello le maire et son adjointe au commerce Catherine Lelièvre. Ils ont réuni ce jeudi, juste après le marché hebdomadaire, les commerçants concernés, aussi bien les non-sédentaires que les sédentaires. Pour l’occasion, la salle Jéhan était pleine à craquer. On le sait, modifier un marché, c’est une décision lourde de conséquences sur le plan économique pour tous les commerçants du centre-ville, mais aussi pour les consommateurs. C’est donc par définition un sujet à prendre avec des pincettes… La réunion s’est déroulée dans une très bonne ambiance, plutôt constructive et s’est terminée autour du verre de l’amitié.

D’emblée, le maire a tenue à poser le contexte du problème auquel il est confronté. L’an dernier, deux personnes ont été blessées par un car qui traversait la zone du marché, pourtant normalement interdite à la circulation. Du coup, dans l’urgence souligne le maire, des plots ont été installés pour interdire physiquement le passage des véhicules pendant la période estivale. Mais cette solution ne résout pas le problème de fond qui subsiste en ce qui concerne la sécurité. Et le maire invoque des obligations imposées par les services de l’Etat, la préfecture notamment et les services de secours. Il y en a surtout une, confirmée par le lieutenant Pélerin, commandant du centre de secours de Malestroit, présent à cette réunion: « pour le passage de l’échelle il faut au minimum 4 mètres! ». Or, cette distance n’est pas respectée, notamment dans la traversée de la place du Bouffay… Et le chef de centre est clair: en cas de problème, c’est le maire qui est responsable!

« Si nous avons organisé cette réunion, c’est pour échanger avec vous et pour recueillir vos avis et vos remarques », souligne Bruno Gicquello. Les participants à la réunion ont largement contribué à cet objectif. Certains s’étonnent que ce problème émerge avec tant d’acuité alors que d’autres villes -Questembert par exemple- connaissent des situations aussi complexes avec leur marché et que tout se passe bien. « Attention à ne pas tomber dans le tout sécuritaire! », prévient également Jean-François Guihard boucher-charcutier sur la place Queinnec, pour qui la mairie a bien un projet en tête. « Je pense que vous avez réfléchi à des solutions. Vous avez des projets de solutions à nous présenter aujourd’hui. Il faut nous les dire… », lance-t-il.

L’assistance n’en saura pas plus. Le maire esquive la question et s’en tient à une volonté de rassembler des éléments pour alimenter la réflexion de la municipalité. Difficile de faire une synthèse de cette discussion. Mais ce qui en ressort c’est que les commerçants ne veulent plus des plots qui interdisent la circulation pendant le marché car le constat est sans appel. Les gens ne peuvent plus stationner alors ils ne viennent plus sur le marché et le chiffre d’affaires s’en ressent: de -15 à -30% selon les avis. Que faire alors? La piste de la pose de portiques interdisant le passage des camions et des cars est avancée et semble susciter un certain intérêt. Reste toujours le problème des 4 mètres minimum de passage pompiers, place du Bouffay. Certains observent que cette distance minimale n’est pas respectée à hauteur de l’église. « Vous allez retirer le muret? », interroge quelqu’un. « C’est différent, c’est de l’aménagement urbain… », répond le lieutenant Pélerin…

En tous cas, le problème est désormais sur la table et en attendant d’avancer des solutions, le maire et le chef du centre de secours se sont engagés à réaliser des manoeuvres pour une meilleure évaluation de la situation en cas d’incendie.

 

 

2 commentaires "Malestroit. La sécurisation du marché fait salle comble"

  1. De mémoire le car avait été gêné par l’incivisme d’une personne garée en plein virage à cheval sur le trottoir et la chaussée En revenant à sa voiture il ouvre en plus la portière côté chaussée, obligeant les piétons à contourner par la route.
    Il ne faut pas empêcher de circuler mais déplacer les véhicules sur les trottoirs (mise en fourrière).
    Halte à l’incivisme .

    1. Merci pour ces précisions. Notre Maire a la fâcheuse tendance à « transformer » les faits quand ça l’arrange. Pourquoi donc changer alors que ça fonctionne bien. Le risque zéro n’existe pas !
      Sans être contre les campings caristes que je respecte, La municipalité devrait plutôt se pencher sur la dangerosité du va et vient des camping car au niveau de l’écluse. Voilà un vrai sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires