Caro. Olympiades : comment Marie-Amélie a décroché sa médaille d’or

La farine. Voila comment Marie-Amélie Trégouët de Caro, a trouvé sa voie. « Je me souviens. C’était lors d’une journée porte ouverte du Moulin de Malestroit. Et d’un seul coup, Marie Amélie qui à l’époque était toute jeune, a pris une poignée de farine et elle a dit: c’est ça que je veux faire… », se souvient Stéphane le papa de la médaillée d’or des Olympiades des Métiers. Et depuis, rien n’a fait changer d’avis la jeune fille qui s’est lancée dans des études pour devenir boulangère par la voie de l’apprentissage. Elle a fait une année de formation en pâtisserie mais juste « pour acquérir les bases », précise-t-elle. Non, elle, sa passion c’est la boulangerie et surtout la viennoiserie.

Elle est actuellement en 1ère année de brevet professionnel au CFA de Vannes et effectue ses stages pratiques à la boulangerie Garnère de Monteneuf où ses créations attire l’oeil des clients comme ces viennoiseries bicolores. Elle a décidé de s’inscrire aux Olympiades des Métiers « surtout pour voir à quel niveau je me situe ». Elle a aussi pu découvrir une ambiance et un rythme très particulier. Un véritable entrainement digne d’un sportif de haut niveau dispensé par ses professeurs du CFA et son patron. Et puis, le grand moment, jeudi dernier à Saint-Brieuc, pour se lancer dans une véritable compétition. Marie-Amélie avoue avoir été surprise par le rythme imposé pendant ces deux jours et demi au cours desquels les épreuves s’enchainent sans temps mort, nécessitant une parfaite maitrise technique et un moral solide pour résister à la pression. Marie-Amélie, la seule fille des quatre concurrents en lice a sans doute apporté cette touche de féminité de finesse qui a peut-être fait la différence. Car à ce niveau, le podium se joue à quelques points. Et pendant deux jours et demi, les candidats enchainent diverses épreuves touchant à toutes les facettes du métier qu’ils représentent. Tout est fabriqué sur place. Entre pains et viennoiseries, Marie-Amélie a préparé les différents éléments de sa création finale : une pièce monté tout en pain sur le thème de la coupe du monde de football qui se disputera en 2018 en Russie!

« Il fallait de la hauteur, du volume mais sans que se soit massif… », souligne Marie-Amélie qui samedi s’est attaqué à la dernière phase de sa préparation: le montage de sa pièce. « Nous avions deux heures pour tout assembler.. », se souvient-elle. Peu à peu tous les éléments prennent leur place, collés au sucre. Pas de place à l’erreur. Le moindre geste mal maitrisé lors de la pose d’une fleur colorée avec des épices -tous les produits utilisés devaient être naturels- pouvait se transformer en catastrophe… Et soudain la pièce montée est apparue dans toute sa splendeur devant les yeux d’un jury conquis. Il a fallu encore de la patience pour attendre le verdict. Première, médaille d’or… Amélie entourée par ses proches a fondu en larmes. Toute la famille est rentrée à Caro en ramenant bien sur la fameuse pièce montée qui, hélas, ne survivra que quelques jours. « C’est du bonheur mais je tiens à remercier mes deux professeurs de boulangerie, Dominique Beaumanoir et Jacques Annonier, la boulangerie Garnere de Monteneuf pour la qualité de mon apprentissage mais aussi mon frère qui a déjà participé aux Olympiades il y a quelques années. Un grand merci aussi à Cécile qui m’a soutenue et encouragée pendant ces trois jours et à Jonathan qui me soutient et m’encourage », précise Marie-Amélie.

Mais déjà, Marie-Amélie se prépare psychologiquement à la suite. Car elle fera partie de l’équipe de Bretagne des médaillés d’or qui participeront à la finale nationale des Olympiades qui se déroulera à Caen en novembre prochain. Le challenge est d’envergure. « C’est trois fois plus dur. Il faudra vraiment être au top tant sur le plan technique que mental… », reconnait la jeune fille avec un petit sourire au coin des lèvres qui en dit long sur sa détermination. Elle devra d’ici là, participer à trois week-end de préparation et bien sur poursuivre sa préparation en marge de ses études Entre temps, elle accompagnera le CFA de Vannes en Espagne pour promouvoir la formation par alternance et participera à un congrès rassemblant 500 boulangers espagnols.


'Caro. Olympiades : comment Marie-Amélie a décroché sa médaille d’or' a 1 commentaire

  1. 17 février 2018 @ 19 h 29 min Evelyne GUEGUEN

    Bravo Marie Amélie! Et plein d’encouragements pour les prochaines épreuves, mais cela me semble bien parti pour vous.
    Je suis touchée que vous ayez attrapé ce virus au moulin!
    Vous avez choisi un très beau métier.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.