Accueil / Oust à Brocéliande / Saint-Marcel. Irma: mobilisation pour aider les sinistrés marcellais

Oust à Brocéliande

Publié le 13 septembre 2017

Saint-Marcel. Irma: mobilisation pour aider les sinistrés marcellais

La maison du couple après le passage d’Irma
La maison du couple après le passage d’Irma

Le passage de l’ouragan Irma sur les Iles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy a causé des dégâts considérables sur place. Nous sommes tous touchés par la détresse des sinistrés confrontés à des difficultés incommensurables dont beaucoup ont de la famille ou des liens avec la métropole et donc la Bretagne. C’est ce qui se passe à Saint-Marcel où la commune et le comité des fêtes se mobilisent pour essayer de venir en aide à des Marcellais qui sont installés à Saint-Martin et se trouvent actuellement dans le dénuement le plus total.

Fabienne Burgalière et Bruno Lacombe se sont rencontrés à Saint-Martin, il y a près de 30 ans. Ils se sont installés là-bas pour construire leur vie professionnelle et familiale, créant une fabrique artisanale de cocktails à base de rhum qui fait le bonheur des touristes. Un peu par hasard ils ont découvert le Morbihan il y a un peu plus de 15 ans et sont tombés sous le charme de Saint-Marcel. Ils ont alors décidé d’acheter une résidence secondaire à Carouge dans laquelle ils viennent tous les ans passer deux mois de vacances. Ils ont deux filles Maeva, 22 ans qui suit des études au Québec et Louna, 17 ans. Très chaleureux, ils se sont au fil des ans liés d’amitié avec leurs voisins bretons et notamment Sylvie Thexier avec qui ils ont partagé leur angoisse à l’approche du « monstre » Irma.

Fort de leur terrible expérience du passage du cyclone Luis en 1995, Fabienne et Bruno comprennent la gravité de la situation. Luis, de niveau 4, a laissé un champs de ruine derrière lui en 1995. Irma est classé en niveau 5… Alors, ils font des réserves et partent se réfugier dans la maison en béton d’un cousin. Irma s’acharne sur l’Ile. « Il a fallu attendre trois jours pour avoir enfin des nouvelles et savoir qu’ils étaient en vie », raconte Sylvie Thexier. Peu à peu, les informations arrivent via le téléphone portable avec des messages angoissants « Ici, c’est le chaos actuellement »; « Tout est très difficile, les transports, l’hygiène, les communications l’alimentation… ». Et cette phrase glaçante « nous sommes en mode survie ».

Sylvie Thexier ne supporte plus d’être là, sans pouvoir venir en aide à ses amis d’outre-mer. Alors, elle contacte Marie-Hervé Jeffroy, maire de Saint-Marcel et lui fait part de son désarroi. « J’ai été très touché par la situation de ces marcellais et je leur ai envoyé un message de soutien de la part des élus et de toute la commune. J’ai contacté le conseil municipal, le percepteur pour voir comment ce que nous pouvions faire concrètement. En tant que collectivité nous ne pouvons pas mettre en place un soutien individuel. Alors nous avons décidé de mettre une urne à la mairie pour collecter des dons destinés à l’ensemble des sinistrés, détaille Marie-Hervé Jeffroy. Elle est ouverte à tous ceux, particuliers, collectivités, associations, entreprises qui souhaitent venir en aide aux sinistrés ». Lors d’une prochaine réunion, le conseil municipal examinera la possibilité d’une participation.

Mais Marie-Hervé Jeffroy veut venir en aide le plus directement possible à ses administrés du bout du monde. Pour abattre les obstacles administratifs, elle se rapproche du comité des fêtes. « Dès qu’on a été avertis on a dit oui tout de suite, nous nous sommes mobilisés… », témoigne Céline Gonnord, présidente du comité des fêtes qui peut, lui, mettre en oeuvre une chaine de solidarité destinée spécifiquement au couple de marcellais. Sitôt dit, sitôt fait. Ce mercredi après-midi, les trois femmes se sont retrouvées à la mairie pour coordonner les deux actions. Une deuxième urne recevra des dons qui seront envoyés à Fabienne et Bruno. « L’éloignement ne nous permet pas de vous attribuer une aide immédiate pour subvenir à vos besoins primaires. Par contre nous pouvons peut-être vous apporter une aide qui sera mise à votre disposition à Saint-Marcel : vêtements, chaussures, livres. Faites-nous le savoir », vient d’écrire Marie-Hervé Jeffroy au couple.

Les urnes sont d’ores et déjà en place.

Comment participer à cet élan de solidarité 

Vous avez donc deux possibilités d’apporter votre aide.

Pour l’ensemble des sinistrés via le fonds de soutien spécifique afin de participer à la reconstruction:

Déposez uniquement des chèques à l’ordre d’une association de votre choix : la Croix-rouge, Médecins sans frontières, Secours populaire, Fondation de France. Vous pouvez également envoyer ce chèque par voie postale à la mairie de Saint-Marcel, 1, rue des AFN. Ce don peut vous faire bénéficier d’une réduction d’impôt.

Pour la famille de Saint-Marcel :

Là, il faut utiliser l’urne du comité des fêtes qui est déposée à l’Escale de l’Oust. Là aussi, l’aide financière est la plus efficace, dans un premier temps, par chèque de préférence à l’ordre du comité des fêtes ou en espèces. Cela n’ouvre pas droit à réduction d’impôt.

1 commentaire "Saint-Marcel. Irma: mobilisation pour aider les sinistrés marcellais"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires