Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Ploërmel. Intercommunalités : y-a-t-il une politisation des débats?

Oust à Brocéliande

Publié le 9 février 2017

Pays de Ploërmel. Intercommunalités : y-a-t-il une politisation des débats?

On ne peut pas dire que les premiers pas des nouvelles structures intercommunales nées de la mise en place de la réforme territoriale se font dans la douceur. Que ce soit lors de la création de Ploërmel communauté ou de Oust à Brocéliande communauté, on a pu voir des débats assez âpres s’instaurer avec comme thème central, la crainte des petites communes d’être « avalées » par les grandes. On pouvait penser que les discussions seraient plus sereines lors de la constitution du Pays de Ploërmel, une structure rassemblant les deux grandes intercommunalités.

Il n’en a rien été. Et c’est toujours autour du problème de la part réservée aux petites communes que les choses se sont envenimées. Avec cette conséquence inattendue : Jean-Luc Bléher, le maire de Guer et nouveau président de Oust à Brocéliande Communauté qui était pourtant vice-président de l’ancien Pays de Ploërmel ne fait plus partie du nouveau bureau. Quel était donc le problème? Jean-Luc Bléher avait annoncé qu’il renoncerait à son poste de vice-président, mais qu’il souhaitait être membre du bureau afin d’avoir une vue d’ensemble sur les dossiers. Petite explication : l’exécutif du Pays de Ploërmel se constitue de 12 personnes : un président, 5 vice-présidents et 6 membres. Donc, Jean-Luc Bléher glissait de la vice-présidence au poste de membre. Mais, il abandonnait son poste de vice-président au profit d’une autre déléguée de Guer, Mickaëlle Pier. Au total, Guer aurait eu deux représentants au sein de l’exécutif.

Et c’est là que ça a coincé. Gaëlle Berthevas a été la première à monter au créneau en considérant « anormal » qu’une commune ait deux représentants dans l’exécutif. « Ca n’est pas notre cas pour Ploërmel, mais je comprends Jean-Luc Bléher », commente Patrick Le Diffon reconduit à la présidence. Yves Josse, le maire de Beignon saisit la balle au rebond et apporte son soutien à Gaëlle Berthevas. C’est presque un débat interne à la nouvelle Oust à Brocéliande communauté qui s’instaure. D’un côté Jean-Luc Bléher parle de transparence et de clarté, de l’autre Yves Josse dénonce une attitude « brutale » du maire de Guer qui aurait dévoilé son plan lors d’une réunion de bureau de OBS sans en avoir parlé auparavant et sans ordre du jour.

Du coup, Gaëlle Berthevas se porte candidate face à Mickaëlle Pier. L’élue de Guer est tout de même élue au 1er tour, mais d’une voix. La polémique reprend au moment de la désignation des membres du bureau. Cette fois, coup de théatre, Jean-Luc Bléher annonce qu’il retire sa candidature évitant ainsi un doublon au profit de Guer dans l’exécutif. Il propose un poste pour le représentant d’une petite commune, avançant celle de Daniel Huet, le maire de Monteneuf. Contrairement à ce que nous avions pu écrire, Yves Josse n’a pas postulé, mais il a rassemblé sur son nom, 19 votes spontanés -sans doute eu égard au playdoyer qu’il venait de prononcer sur le travail qu’il a accompli en ce qui concerne la mobilité (voir vidéo)- qui l’ont mis à égalité avec Daniel Huet. Par contre, Yves Josse n’a pas retiré sa candidature et il a donc été élu lors du 2è tour, contre Daniel Huet.

Jean-Luc Bléher manifestait ouvertement un mécontentement assez vif sur la tournure des choses, estimant qu’il y avait une « politisation » des débats, arguant de sa bonne foi. « Politisation », ce terme est revenu plusieurs fois et on a vu les visages de certains délégués afficher une certaine inquiétude, un certain désarroi. La politique ce n’est ce qui effraie Alain Marchal, le maire de Sérent, qui a eu beau jeu de rappeler qu’il était contre cette fusion et que « aujourd’hui » on en voit les dégâts…

Politisation ou pas? faites-vous votre propre opinion. Revivez en vidéo les temps forts de cette réunion en visionnant la vidéo que nous mettons en ligne sur la Web Télé en cliquant ici.

 

1 commentaire "Pays de Ploërmel. Intercommunalités : y-a-t-il une politisation des débats?"

  1. Pas de politisation des débats mais privatisation des décisions,à leur profit, par les communes les plus importantes qui ont des édiles qui savent tout et ne vont pas s’embêter à écouter les remarques de petits élus sauf lorsqu’il s’agira d’obtenir un vote favorable en échange d’une aumône .
    Le spectacle actuel,je ne me présente pas aux législatives,tu m’obtiens un poste pour représenter les maires de France en Europe ,je ne suis pas spécialement compétent mais une vice présidence me ferait plaisir quitte à évincer un homme efficace et discret est consternant.
    Aucun des élus ,autoproclamés présidents , actuels n’aura le courage de demander aux futurs député une élection au suffrage universel direct .bref vive l’abstention ou pire .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires