Saint-Marcel. Le tour du monde à la voile des deux poules de l’ESAT

Faire le tour du monde à la voile… Voila une aventure qui fait rêver. Et c’est celle que vont vivre deux poules de Saint-Marcel. Deux vraies cocotte avec des plumes, venues de l’ESAT de Saint-Marcel. Les deux gallinacées ont été remises officiellement à l’un des navigateurs qui avec 3 autres compagnons va prendre la mer dans quelques jours pour deux ans à bord de l’Ekolibri. Deux années pendant lesquelles ils vont sillonner les mers du globe pour en faire le tour. Mais une aventure peut en cacher une autre. C’est ainsi que les quatre navigateurs veulent faire un tour du monde « zéro déchets » pour faire connaitre l’économie circulaire et les pratiques de réduction des déchets. Et c’est là que les poules de l’ESAT entrent en jeu. Riches des expériences de Corentin de Chatelperron (de Muzillac) et de Guirec et Monique à bord d’Yvinec, Brendan, Igor, Joaquim et Robin ont décidé d’embarquer à bord deux poules, à la fois pour réduire leurs déchets et leur fournir de beaux œufs tout chauds.

Depuis 1995, un équipage constitué de six travailleurs de St Marcel participe à « Voiles en Tête » : une semaine de régates organisée par l’Union européenne de sports en Santé mentale, aux quatre coins de l’hexagone (Le Havre, Marseille, Lorient, La Rochelle…). En effet la Voile et la Mer sont un support efficace de soins psychiques et contribuent aussi à une démarche d’inclusion sociale. Les travailleurs de l’ESAT participent à l’entretien du sinago « Jean et Jeanne » et naviguent régulièrement sur le Golfe du Morbihan. L’association « les Hardys -Béhelec » a pris depuis sept ans une orientation résolument tournée vers le Bio, en particulier en maraîchage et est très sensible à la protection de l’environnement (*). En plus, l’ESAT de Saint Marcel accueille 35 000 poules en plein air qui pondent de jolis œufs qu’on retrouve sur les marchés locaux de Ploermel et Malestroit et au magasin Bio sur le site.

On comprend donc que tous ces éléments mis côte à côte débouchaient presque naturellement sur la rencontre avec les quatre jeunes navigateurs du voilier Ekolibri. L’ESAT leur a donc offert les deux poules soigneusement choisies pour leur capacité de pondeuse et elles vont donc passer deux ans sur les flots dans un très confortable abri spécialement aménagé pour elles.

La cérémonie s’est déroulée, mercredi après-midi au pass temps dans une ambiance très décontractée et même très drôle puisque les travailleurs de l’ESAT ont équipé leurs ambassadrices de cirés adaptés à leur morphologie. Un au-revoir émouvant célébré par la lecture de deux textes

Mais l’expérience ne s’arrête pas là. A terre dans le cadre des activités de soutien un groupe de six travailleurs suivra les étapes de ce périple, sur les ordinateurs du Pass-Temps de Malestroit avec l’aide d’Amélie, une encadrante à l’ESAT. Pour l’année 2017, dans le cadre de la Semaine Européenne Zéro Déchet, un projet d’atelier artistique en vue de réaliser une exposition sur ce thème est en cours de réflexion…
Pour suivre cette aventure maritime rendez-vous sur le site d’EKOLIBRI « Sailing for change » en cliquant ici

Retrouvez le reportage vidéo sur cette cérémonie à la fois tendre et drôle sur notre Web Télé en cliquant ici

(*) les travailleurs de « l’Etablissement et Services d’Aide par le Travail » et les élèves des écoles ont planté l’an passé plusieurs centaines de pommiers pour constituer un superbe verger Bio. Dans le cadre d’un projet artistique éco-citoyen, initié par le « Pass Temps », et en partenariat avec l’association Pollen et « les Incroyables Comestibles », les travailleurs des ateliers de l’ESAT, ont réalisé six jardinières élégamment colorées et garnies de légumes et de fruits à déguster au centre ville de Malestroit.

dsc_0101 dsc_0122 dsc_0134


'Saint-Marcel. Le tour du monde à la voile des deux poules de l’ESAT' a 1 commentaire

  1. 27 octobre 2016 @ 22 h 41 min bioman

    juste par respect pour les agris certifier en AB… il est de bon ton de préciser que seul le maraichage est certifié bio au CAT !
    Ils veulent surfer sur la vague mais à ce jour leurs œufs sont loin d’être BIO et le magasin non plus. Beaucoup peuvent s’avancer presque bio mais le presque ne fait pas partie du cahier des charges AB, signe officiel de qualité reconnu et contrôlé par l’état.
    En tout cas leur volonté de certifier BIO toute leur ferme (terre et animaux) est surement là et je les y encourage… Ils sont dans une démarche de progrès, chacun à son rythme mais ne mettons pas la communication avant les boeufs.
    En tout cas belle initiative et bon vent au CAT.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.