Malestroit. La chapelle Sainte-Anne, refuge du Tro Breizh

dsc_0005

Philippe Abjean à droite et Bruno Gicquello

Tout a commencé par une discussion entre Bruno Gicquello, le maire de Malestroit et les responsables de l’association Tro Breizh. Au cours de cette discussion, les représentants de l’association avait expliqué qu’ils étaient à la recherche de chapelles afin de les remettre en état pour qu’elles servent de lieu d’accueil aux pélerins et Bruno Gicquello avait mis Malestroit sur les rangs. Deux ans plus tard, le projet entre dans une phase concrète. Il y a quelques jours, Philippe Abjean qui a relancé le Tro Breizh a présidé une réunion à Malestroit pour créer l’association « Les ouvriers de Sainte-Anne » dont l’objectif est de rassembler des bonnes volontés prêtes à retrousser leurs manches pour restaurer la chapelle Sainte-Anne de Malestroit, ville devenue désormais étape du Tro Breizh.

L’association de type Loi 1901 « Les Chemins du Tro Breiz » oeuvre pour la renaissance du pèlerinage médiéval des Sept Saints Fondateurs de Bretagne. Elle a relancé ce pélerinage en 1994. Au Moyen-Age, le tour de Bretagne ou Tro Breiz permettait aux pélerins d’aller s’incliner sur les tombeaux des évêques fondateurs: Brieuc et Malo dans leur ville, Samson à Dol-de-Bretagne, Patern à Vannes, Corentin à Quimper, Pol Aurélien à Saint-Pol-de-Léon et Tugdual à Tréguier.
Les anciens statuts du chapitre de la cathédrale de Rennes accordaient autant d’importance à ce pèlerinage qu’à d’autres très renommés et notamment  Saint-Jacques de Compostelle. La légende dit que tout Breton qui fait le Tro Breiz est certain de gagner le Paradis.  Par contre, ceux qui ne le font pas de leur vivant devront le faire après leur mort en avançant chaque année de la longueur de leur cercueil !

A l’époque toujours, les 600 km du Tro Breiz devaient être parcourus en un mois environ. La version moderne du pélerinage prévoit que le tour complet dure…7 ans. « Le tro breizh a un patrimoine plus riche que celui de Saint-Jacques de Compostelle… », affirme Philippe Abjean. Et c’est sur cette richesse patrimoniale bretonne qu’il compte s’appuyer pour ramener les 240 000 pélerins de Saint-Jacques de Compostelle vers la Bretagne. Pour cela, le circuit du Tro Brezh descend vers l’intérieur des terres et l’association voudrait aménager une cinquantaine des chapelles qui jalonnent le territoire pour en faire des « chapelles hospitalières » dans lesquelles les pélerins pourraient trouver le repos sur leur chemin.

Le cas de la Chapelle Saint-Anne de Malestroit est d’autant plus intéressant pour l’association que Malestroit est située à la fois sur le Tro Breizh et sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Grace à cette remise en état du patrimoine religieux  Breton, le tro breizh espère faire reconnaître son parcours comme un itinéraire culturel européen.

dsc_0004

 


'Malestroit. La chapelle Sainte-Anne, refuge du Tro Breizh' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.