Accueil / Questembert Communauté / Questembert. Pourquoi l’école de musique n’est pas intercommunale?

Questembert Communauté

Publié le 2 juin 2016

Questembert. Pourquoi l’école de musique n’est pas intercommunale?

DSC_1124 (1)

On le sait, la municipalité de Questembert a décidé de créer sa propre école de musique qui ouvrira dès la rentrée prochaine. « Le SIDEM (l’ancienne école unissant Questembert et Muzillac) ne correspondait plus aux aspirations ni aux méthodes d’enseignement actuelles de la musique. Nous avons donc pris la décision de créer cette école avec une nouvelle pédagogie », soulignait mercredi soir, Pascal Heude, le premier adjoint de Questembert devant une quarantaine de personnes venues assister à une réunion publique autour de ce sujet. Mais, a souligné Pascal Heude, « il ne s’agit pas d’une école au rabais, mais dont on va sortir par le haut ».

La philosophie, le fonctionnement, les tarifs de cette future école ont été présentés en détails. Mais une question de l’assemblée souligne un particularisme de cette future école. « Pourquoi est-ce qu’elle n’est pas intercommunale. J’étais usagére du SIDEM depuis 9 ans. Avec cette nouvelle structure je vais être soumise au tarif extérieur et je ne sais pas si je pourrais continuer. Pour moi, c’est une reculade », explique cette habitante de Lauzach.

« L’idée est bien à terme d’en faire une école intercommunale, mais on se heurte à une certaine inertie des élus de la communauté de communes. Si on avait attendu qu’ils se décident, on n’aurait rien fait. Nous espérons que notre initiative va contaminer les autres délégués », répond Pascal Heude.

« Mais y-a-t-il une amorce de réflexion? », insiste l’utilisatrice. « Non, mais des témoignages comme le votre peuvent permettre de relancer la question et ça nous donne des arguments pour aller voir le président de Questembert communauté. Peut-être que ça pourra faire bouger les choses », espère le premier adjoint.

La nouvelle école de musique est dimensionnée pour accueillir jusqu’à une centaine d’élèves. Mais, a reconnu Pascal Heude « si nous sommes victimes de notre succès, la priorité sera donnée aux élèves de Questembert puis à ceux qui étaient inscrits au SIDEM ».

Nous reviendrons sur les aspects pratiques du dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires