Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Ploërmel / Ploërmel. Lycée public : la réaction de l’association L4P

Publié le 5 février 2016

Ploërmel. Lycée public : la réaction de l’association L4P

Le bureau
Le bureau

L’association pour le lycée public de Ploërmel prend à son tour la plume après les réactions de Patrick Le Diffon et Béatrice Le Marre au sujet du futur lycée public. Voici la lettre que l’association adresse au maire de Ploërmel.

« Monsieur Le Diffon, Maire de Ploërmel Président de la Communauté de Communes de Ploërmel Président du Pays de ploërmel Conseiller Régional de Bretagne,

« Suite à votre réaction, l’association L4P tient à nouveau à rappeler ses motivations quant à son lancement d’adhésion :

– suivre l’avancement du dossier de création du futur lycée public et tenir informé la population du Pays de Ploërmel. Quand l’association dit : « la Région attend son terrain », elle veut signifier que juridiquement, le 4 février 2016, le terrain n’est toujours pas constructible et la Région ne peut donc pas engager de frais d’étude et encore moins de travaux.

– Accompagner et apporter une contribution citoyenne au projet du futur lycée jusqu’à sa construction. L’association vous demande donc naturellement d’être associée au projet en ayant dans un premier temps un calendrier précis concernant l’acquisition du terrain de Réhumpol et la mise en oeuvre de la modification du PLU, car vous êtes le seul élu compétent pour cette acquisition et cette mise en oeuvre.

Nous souhaiterions également participer à la rencontre avec Mme Isabelle PELLERIN, vice-présidente du conseil régional chargée des lycées, le 25 février, afin d’installer enfin un véritable dialogue constructif. Nous vous prions de croire, M. LE DIFFON, en notre considération distinguée.

Les membres du bureau L4P. Laurent Fontenelle – Pascale Gaugain – Sylvaine Miloux »

25 commentaires "Ploërmel. Lycée public : la réaction de l’association L4P"

  1. « L’association vous demande donc naturellement(ah bon ils ont été élus?) d’être associée »(pour le style il faut effectivement reprendre ses études ) à ce projet.L a seule contribution citoyenne que je connaisse c’est le vote qui permet à la fin d’un mandat de reconduire ou non une équipe et non des associations dont les membres ne s’engagent pas dans la vie municipale ,cela prend trop de temps .

    1. Petite correction sur l’engagement de ce bureau associatif :
      il me semble qu’il y a deux membres qui se sont présentés sur des listes électorales récemment… donc ce sont des personnes engagées non seulement dans cette association mais aussi dans la vie politique et surtout économique locale…
      Renseignez-vous, lisez les propositions des candidats qui se présentent aux élections… et participez à la vie économique locale…

    1. Vous en êtes encore dans l’idée que votre mentor Mme Le Marre va vous faire un cadeau. Dans ce cas il est logique d’être associé à la conception…….
      Sauf que votre gouroue a été remerciée, les choses changent enfin. Vous allez retrouver votre place d’activistes laïcards porteurs de pancartes…
      Un lycée public existe à 20 minutes et en construire un second est une inepsie. Améliorez l’existant, ça sera bénéfique pour vos enfants et ça n’alourdira pas la dette qu’ils devront rembourser. Pensez un peu à eux.
      Il est vrai que vous en êtes toujours avec vos amis politiques à réclamer la retraite à 60 ans et à lancer des grèves pour y parvenir. L’intérêt des parents d’élèves et de vos concitoyens ne vous importe pas, votre idéologie est plus importante. Je suis comme vous d’accord avec l’idée de partir à la retraite à 60 ans ( ou avant ) mais je suis contre le fait de faire payer ce luxe par les impôts de mes concitoyens où la dette léguée à mes enfants. Pour un lycée supplémentaire à Ploërmel c’est pareil, personne ne peut être contre mais la responsabilité collective nous interdit de le construire. Les lycées public du secteur ont des places disponibles, utilisons les.
      PENSEZ UN PEU À VOS ENFANTS, 2.000.000.000.000 € de dettes ça suffit. Il est temps que nos pratiques politiques changent.

      1. C’est vraiment n’importe quoi…
        Les grèves pour la retraite à 60 ans ! Mais moi fonctionnaire de l’enseignement PUBLIC et LAIC, je serais à la retraite à 67 ans… si rien ne change.
        20minutes ! Rendez-vous place Clémenceau le lundi 22/02 à 8h45 pour aller à Guer : Lycée Public du secteur, et n’oubliez pas votre chronomètre… au fait il faut aussi 20 minutes pour aller à Ploërmel de chez moi !!
        La dette… je suppose que vous êtes économiste ! D’où vient-elle cette dette ? Que représente-t-elle ?
        Une solution : nationalisons les Lycée Privés… Mitterrand avait essayé… c’est vous qui étiez dans la rue…

        Enfin je me sens insulté par vos mots : « Votre étroitesse d’esprit », ce n’est pas Mme Le Marre qui dirige mes idées… je suis libre de mes pensées et de mes actes.

        1. Vous voulez nationaliser les établissements d’enseignement privé sous contrat, c’est votre choix. Il a le mérite d’être clair.
          Je ne suis pas certain que vous ferez beaucoup d’économies. Vous savez sans doute qu’un élève de l’enseignement public coûte beaucoup plus cher à la société que son homologue du réseau privé sous contrat.
          Il n’empêche qu’au niveau local, et j’en suis désolé pour vous, une construction d’un lycée à Ploërmel ne se justifie pas. Allez à Rennes et vous verrez le manque criant de places de lycée aujourd’hui. La nécessité est là bas. L’archaïsme des pensées de vos amis leur font donner la priorité à l’idéologie ( affaiblir le privé existant de Ploërmel) plûtot que le pragmatisme ( construire là où c’est vraiment nécessaire ). C’est insupportable.
          Je pense que votre observation sur la nationalisation est intéressante. Les lycées privés participent déjà à la mission d’éducation de l’état, leur mission est d’ailleurs controlée par l’état. Pourquoi donc opposer ces deux réseaux qui devraient plûtot être considérés comme complémentaires. Si c’était le cas on ne se poserait jamais la question de la construction à Ploërmel et on construirait évidemment à Rennes.
          Si la cité scolaire Brocéliande avait été construite à Ploërmel, on ne se poserait pas la question d’un nouveau lycée à Guer. C’est bien la preuve qu’un des deux établissements serait de trop.

  2. « Tout système qui, sous une apparence d’humanité et de bienfaisance, tendrait, dans une [société] bien ordonnée, à établir une égalité de devoirs et à détruire les distinctions nécessaires, amènerait bientôt le désordre, suite inévitable de l’égalité absolue et produirait le renversement de la société […]. Le service personnel du clergé est de remplir toutes les fonctions relatives à l’instruction, au culte religieux, […]. » Ces propos qui pourraient être du MABONSO dans le texte en 2016 émanent en fait d’une remontrance du très réactionnaire Parlement de Paris faite au roi Louis XVI le 4 mars 1776…
    Défense obstinée des privilèges quand tu nous tiens. Pauvre pays de Ploërmel qui vit encore dans une faille temporelle qui le prive des Lumières et le plonge dans l’obscurantisme.

    1. Je vois par vos propos qu’il est inutile de vous apporter des arguments. Que les entreprises, les artisans, les agriculteurs,les citoyens…….croulent sous les prélèvements ne vous importe pas. Vous êtes bien au dessus de tout celà.
      Vous auriez du vivre au temps de votre homonyme, vous auriez eu de vrais combats à mener. Aujourd’hui les rétrogrades et les inquisiteurs ont changé de camps, vous en apportez une preuve irréfutable.
      « Défense obstinée des privilèges » : vous pensez sans doute aux ouvriers de livre ou aux cheminots par exemple. Je ne pense pas que vous parliez de la technicienne de surface travaillant au lycée La Touche, qui risque de perdre son emploi. Cette dame ne vous soucie guère car elle est du mauvais côté du mur…

      1. Revenons au concret.

        Le lycée de Guer accueille très peu de’enfants du territoire de ploërmel. Une partie de la raison en est la contrainte de l’éloignement. Ils choisissent le lycée La Mennais mais aussi l’internat à Pontivy, Vannes, Rennes. Je ne reviendrai pas sur la durée des transports scolaires sauf pour signifier à Monsieur Mabonso que lorsqu’il parle de 20 mm il ne tient pas compte de ceux habitant en dehors de Ploêrmel, l’attente et j’en passe. J’ajouterai que le lycée de Guer recrute le plus gros de ses effectifs sur le département voisin dont il est limitrophe (ce qui fait qu’il est excentré par rapport au bassin de Ploërmel).

        Quant aux finances publiques. Construire un lycée n’est pas une dépense en pure perte comme vous le dites depuis de le début. Tout d’abord il répond à un besoin, que vous voulez ignorer mais cela c’est votre choix. Je répète que le principe de gratuité n’est pas respecté dans le pays de Ploërmel. Effectivement pour réduire la dépense publique il y aurait l’excellent moyen de faire participer les parents dans les frais de fonctionnement de l’enseignement. Peut-être que malheureusement nous y viendrons.

        Un petit mot sur le lycée La Touche. Le lycée prévu n’est pas un lycée public agricole. Mais là nous touchons à l’exception Plöermelaise. A savoir que depuis que l’Etat a autorisé l’ouverture de filière générale aux établissements agricoles, le lycée La Touche a ouvert des secondes avec, bien sûr un parcours spécifique pour les premières et terminales. Nous avons donc sur le territoire deux lycées privés qui se concurrencent sur la filière générale. Je connais pas mal de parents qui ont choisi le lycée La Touche car les effectifs de seconde étaient moins importants que à La Mennais. Dites moi si je me trompe mais il y aura toujours besoin de la dame de service pour nettoyer le lycée, non. Le lycée la Touche ne va pas disparaître car il est avant tout agricole.

        L’Etat sur le pays de Ploêrmel est en faute. La Région ne fait que réparer une faute originelle, voulue par la municipalité de l’époque, fortement influencé par l’enseignement catholique. Aujourd’hui encore nous savons qu’il oeuvre dans les couloirs pour empêcher cette implantation. Il récuse la liberté de choix, soit par idéologie en pensant qu’il est le meilleur défenseur de l’enseignement, soit par vision mercantile (car il faut appeler un chat un chat, les lycées privés recherchent des élèves mais aussi des clients). De toute les manières, il ne veut pas que la liberté qu’ils défendent s’applique à d’autres établissement et surtout publique car gratuit.

        Maintenant vous avez un choix de société qui ne correspond pas forcement au mien mais dire que le lycée public n’est pas utile est une forfanterie. Je ne vous traiterez pas de poujadiste car je ne vous connais pas mais il s’agit ici d’un service public cher à la tradition française répondant à souci de neutralité. Même sous convention, l’influence de l’enseignement catholique est présent ( et on ne peut lui reprocher puisque justement c’est un lycée catholique). Nous citoyens du pays de Ploërmel nous voulons juste que le choix soit un choix réel, pas un choix contraint. Que ce choix n’oblige pas les enfants à revenir après 18h30 chez eux ou qu’ils soient obligés d’intégrer un internat car leurs familles refusent l’enseignement catholique. C’est aussi simple que cela. Il y a un coût mais je vous rappellerai que je paye aussi pour que l’enseignement catholique existe.

        1. Je suis d’accord avec vous, un lycée comme tout service public est utile de fait. Le bureau de Poste, le tribunal, la perception comme l’école sont importants. Cependant a-t-on les moyens de garder tous ces services partout, c’est la question. Je réponds que la rationalisation est indispensable, vous répondez que on doit accéder au droit de l’usager quoi qu’il en coûte. Votre pensez aussi que l’on doit tous partir à la retraite à 60 ans, n’avoir aucun jour de carence, ….. Évidemment qu’à priori on est tous d’accord avec vous, qui préférerait partir à 67 ans qu’à 60 ou avoir 3 jours de carence….
          Maintenant il y a aussi la réalité des chiffres qui vient parfois contredire les souhaits utopiques. Je ne vous connait pas non plus, je ne sais si le budget de votre foyer est extensible mais le mien ne l’est pas comme le budget de l’État. Il serait intéressant d’avoir 2 voir 3 ou 4 lycées publics sur le bassin c’est vrai. Oui mais je pense que c’est hors de nos possibilités budgétaires.
          20 minutes de transports pour des ados de 15 à 18 ans n’est pas insurmontable au point de dépenser des dizaines de millions d’euros. La nécessité est à Rennes, entre autres et pas à Ploërmel.
          La cour des comptes a donné un avis sur les « petits lycées » en préconisant de rationaliser les coûts en faisant des regroupements pour atteindre des capacités de 1000 élèves. Elle est présidée par un membre du PS qui ne peut pas être taxé de conservateur . Ça prouve bien que ma position est celle du bon sens et de l’avenir. Il est encore temps pour vous de ralier le camp de ceux qui pensent aux générations futures et arrêter de se goinfrer sur la dette qu’on leur léguera.

          Concernant la dame de service dont l’avenir m’importe plus qu’à vous. Pensez vous que des lycées aussi mercantiles que vous les décrivez vont garder tous leurs employés s’ils perdent 50 % de leurs élèves ? Si ça se passe comme ça dans l’entreprise qui vous emploie, vous avez beaucoup de chance mais ne prenez pas votre cas pour une généralité.

          1. Comme toujours vous êtes dans l’excessif. Et en fait vous me faites dire des choses que je n’ai pas dites. Vous êtes satisfait de la situation de l’enseignement sur le pays de Ploërmel, pas moi. Je laisse ceux qui nous lirons se faire une opinion. J’ai tout dit précédemment. Ah si, vous ne vivez pas ce que les enfants vivent en allant à Guer, alors ne soyez pas de mauvaise foi et renseignez vous. Peut-être arrêterez-vous avec vos 20 minutes qui ne correspondent à rien.
            Je vois aussi que pour vous les lycées perdraient 50 % de leurs élèves : on est donc d’accord pour 50 % des familles, le choix est un choix contraint.
            Je vous souhaite de bonnes vacances. En tout cas je vous laisse à votre rationalisation.

        2. Monsieur
          Pourquoi ne demandez vous pas à Madame Le Marre de vous expliquer pourquoi ce lycée que nous attendons depuis des dizaines d’années n’a pas été réalisé durant son mandat alors qu’elle avait 6 ans pour finaliser ce dossier, avec de plus une region présidée par un president socialiste , un president de la république socialiste ……je suis de gauche. Je vote à gauche , mais je ne pardonne pas à Madame Le Marre de ne pas avoir tenu sa promesse concernant le lycée public alors que tout pouvait nous faire penser qu’elle était enfin la seule en capacité de le faire étant de plus vice présidente de la region…..son attitude actuelle est très surprenante vis à vis de ce dossier , en ce qui me concerne et pour en avoir discuté regulierement avec des personnes ayant la même sensibilité politique , il est clair qu’elle a une grande responsabilité dans cette affaire …

          Cordialement

          1. Bonjour Monsieur,

            Le problème n’est pas si aussi simple. J’ai participé au comité de pilotage pour la création d’un lycée public. Autour ce cette table j’ai pu mesurer la véritable pression de la part de l’enseignement catholique de ne pas avoir de lycée public à Ploërmel. Aujourd’hui nous savons que le rectorat continue de subir ce lobbying. Dois-je vous rappeler la campagne de l’enseignement privé contre l’étude faite par la Région ? Je crois que les politiques ont été frileux et Mme Le Marre n’avait hélas pas toutes les armes. Elle n’était pas non plus en charge des lycées. Les politiques savent très bien cachés le jeu des négociations et nous leur avons trop sûrement fait confiance. Cela a été une erreur de notre part, en tant que citoyens, car l’enseignement catholique a su bien retarder le projet.
            Aujourd’hui, si je vous comprends bien, le combat n’a plus lieu d’être. On n’oublie ce lycée. Je vous rappelle que la Région est à gauche et favorable à ce lycée (j’en eu la confirmation) ainsi que le Maire actuel. Mais peut-être avez-vous des informations sur la réalité de la pensée de notre Maire ? Nous on ne fait que suivre ce qui se dit dans la presse car il refuse de nous rencontrer.
            Enfin une dernière chose, sans Mme Le Marre, rien n’aurait été enclenché. Alors peut-être qu’elle a failli à un moment dans son mandat en n’étant pas assez opiniâtre avec la Région. Mais si ce lycée public ne voit pas le jour, je crois que la responsabilité en reviendra aussi à notre Maire actuel, car il affirme le vouloir et semble ne pas vraiment s’en donner les moyens rapidement, mais également à l’enseignement catholique qui aura su avec leur habileté redoutable freiné puis bloqué et, je ne l’espère pas, arrêté le projet.

            Cordialement

  3. Petit message personnel pour « M. mabonso » :
    Pourquoi tant de haine, c’est un fait, le lycée public se fera à PLOERMEL, c’est même une certitude. Alors avalez votre haine une fois pour toute.
    Pour les écoles privées de PLOERMEL, ne vous en fait pas, voilà 50 ans que les OGEC s’enrichissent, sur le dos des familles Ploermelaises, alors que l’école devrait être gratuite pour tous ! N’oublions quand même pas que le siège des OGEC du Morbihan est à Arradon, je ne me souviens plus de l’adresse….

  4. M Fontenelle, quand je dis : si il neige demain on sera mouillé ou si ils perdent 50% de leurs élèves elle sera virée ou si M Fontenelle devenait raisonnable ça serait une bonne chose; ça ne signifie pas que je pense qu’il va neiger demain ou qu’ils perdront 50% de leurs élèves ou que vous deviendrez raisonnable. (C’est évident au moins pour la dernière proposition)
    Je ne comprends pas pourquoi vous ne rassurez pas les employés des lycées privés de Ploërmel en reprenant un des arguments de Mme Le Marre:
    « Compte tenu de l’explosion démographique du pays de Ploërmel dans les années à venir » ( et passées ça aurait déjà du commencer mais TMO s’est peut-être trompé ….) « il n’y aura aucun problème. N’ayez pas peur.  » Ou peut être considérez vous que sur ce sujet comme sur d’autres elle ne dit pas la vérité?
    Vous ne répondez pas sur la cour des Comptes, ce n’est pas grave. Espérons que Mme Pellerin aura lu le rapport qui préconise de rationaliser les moyens en ne construisant plus de lycées de 500 élèves.
    Je vous salue si vous avez la chance d’être en vacances. Sachez que ce n’est pas le cas de tout le monde.
    Je persiste à dire, même si ça ne vous plait pas, qu’il est temps que nous soyons raisonnables avec notre dépense publique. Par exemple: dépenser des dizaines de millions d’euros dans votre construction alors que des places vacantes existent dans le lycée de Guer situé à 20 minutes est une inepsie.

    1. On peut tourner en rond indéfiniment. Vous ne répondez pas sur le principe de gratuité, vous continuez à asséner vos 20 minutes et si des places vacantes existent à Guer c’est que justement les familles du pays de Ploërmel savent bien que ce 20 minutes est en réalité bien plus pour leurs enfants. Avec le lycée public de Ploërmel sera redessiné une carte scolaire et Guer acceptera davantage d’enfants du 35.
      Sur les 50 %J’avais bien compris votre boutade et j’ai répondu à la votre de la même manière. Vous avez besoin de vacances.
      Vous revenez sur l’étude de TMO. C’est en fait études contre études. Et si c’était celle demandée par La Mennais qui était dans l’erreur ?
      J’écoute vos arguments, je les comprends mais je les combats car ils reflètent une obsession : que rien ne bouge sur le plan de l’enseignement. Le lycée La Mennais craque sous les effectifs, doit pousser les murs, trouver des subterfuges pour accueillir des classes. (12 classes de seconde). Il y a de la place pour un lycée public et cela s’appelle la dualité de l’enseignement.
      De plus le lycée public amènera du monde. Vous en doutez et c’est normal puisque vous semblez désirer que rien ne change.
      Vous parlez argent, moi je vous parle d’un principe que l’Etat doit faire respecter. Dans un ménage il y a toujours un équilibre à faire, des choix à effectué. Ne pas acheter une grosse voiture allemande pour avoir deux voitures par exemple, cela veut dire partager les frais. Je pense vous avoir répondu sur les finances publiques. La politique existe pour cela aussi. Faire des choix qui ne soient pas simplement un choix comptable mais aussi un investissement pour l’avenir. Sinon élisons des gestionnaires.
      Sinon pour répondre sur la taille des lycées. Normalement le lycée obligatoire dans une ville est un lycée public car il est gratuit. Alors on peut débaptiser les lycées privés de ploërme l pour qu’ils deviennent publics et gratuit ( ne vous alarmez pas c’est une boutade). Ploërmel est donc une exception et doit être traité comme telle. Croyez-moi la Région le sait et pense qu’un peu d’enseignement public ne fera pas mal sur ce territoire.
      Sur le personnel des lycées, il est certain que certains professeurs (peut-être vous ?) seront touchés mais ils ne perdront pas leur emploi (il existe une convention). Bien des gens sont obligés de bouger pour travailler. Peut-être vous devrez faire 20 minutes de transport en voiture (car en bus c’est plus long et moins souple niveau horaire, vous voyez ce que je veux dire). Bien sûr pas les titulaires mais dans l’éducation national c’est la même chose. Quand aux personnels de service, la Région, comme cela s’est déjà passé lorsque la situation s’est présentée, a engagé le personnel mis à la « porte » des lycées privés, car elle a aussi besoin de dames de service.
      Alors évidemment vous allez me répondre en me traitant de menteur, de déraisonnable, d’extrémiste ou de je ne sais quoi encore.
      Le lycée public se fera car je vous le répète le besoin est là. Ploërmel est une ville très bien située, elle a tous les atouts pour grandir et ce lycée public en fait partie. Car voyez-vous les nouveaux arrivants sont souvent stupéfaits par l’inexistence d’un lycée public et nous soutiennent pour la plupart (même ceux qui ont des enfants dans le privé). Une parente d’élève de La Mennais m’avouait qu’elle trouvait inacceptable que les lycées privés barrent la route à un lycée public. Que les gens devaient avoir le choix la dualité à été admise pour cela. Et les habitants du pays de Ploërmel le demandent et ont du mal à comprendre tous ces blocages. Monsieur Le Diffon en est conscient semble-t-il.
      Alors je crois Mr Mabonso que vous resterez sur vos arguments et on aura s’échiner à vous prouver le contraire, à démontrer votre mauvaise foi, rien n’y fera. Je fais le tour de mes réponses. Vous pouvez faire des sauts de cabri en les lisant, vous acharnez sur votre clavier, vous ne les changeraient pas.
      Je ne vous souhaite pas de bonnes vacances, d’ailleurs je ne vous souhaite plus rien au vu de vos réactions, puisqu’il semblerait que vous n’en avez pas.
      Allez quand même une bonne soirée.

      1. Vous avancez des choses que j’aimerais croire : aucun enseignant ne perdra son emploi et aucun personnel non enseignant non plus. Si le contraire devait arriver, je saurais vous le rappeler.
        Vous faites de grandes phrases sur l’enseignement privé, je pense que derrière ce terme il y a des hommes et des femmes investis qui ne méritent pas que vous les traitiez comme vous le faites. Pour un salarié de tout autre entreprise, vous seriez soucieux de la perte de son emploi, mais là ce n’est pas le cas. Ne prenez pas ceci avec autant de légèreté, ils ne le méritent pas.
        À l’heure actuelle, les lycéens de Ploërmel sont parmi les bretons les mieux formés. Vous allez trouver des explications mais les chiffres des palmarès des lycées sont implacables. Que ce soit en taux de conservation ( qui montre qu’il n’y a pas de sélection avant et pendant le lycée) ou en taux de réussite le Lycée La Mennais fait parti des meilleurs de Bretagne. Je trouve que vous devriez porter ceci au crédit des personnels que vous vilipendez.

        Pour répondre à « Habitante de Ploërmel », si les OGEC se porte si bien, c’est peut-être parce que M Fontenelle et ses amis passent beaucoup de temps à faire de l’idéologie et pas assez à s’occuper du Collège Beaumanoir? Comment expliquer une telle défiance envers ce collège gratuit? Je suppose que sur ce sujet comme sur les autres vous allez trouver que la faute est à mettre sur les colège Sacré Coeur ou la statut du Pape ou …… C’est tellement plus simple et actuel de rejeter la faute sur l’Autre. Je pense que même si c’est douloureux vous devriez plûtot observer les établissements privé du secteur, peut-être pourriez vous en tirer des enseignements utiles pour vos jeunes.

        Sur le transport vers Guer je pense que si votre association avait utilisé son marketing (affiches, ….) etc pour amêliorer les choses, on s’approcherait de mes 20 minutes. En effet il y a des solutions simples pour faire des ramassages ciblés et ainsi gagner du temps. On peut aussi s’arranger pour les élèves du bassin termine à 16h30, ça se fait à Vannes pour des populations particulières. C’est juste une histoire de volonté.
        Si j’était la région, je dépenserais mes 25 millions dans des transports vers Guer en hélicoptère. C’est aussi inutile qu’un lycée à Ploërmel mais admettez que c’est plus fun .

        Je vous salue.
        Bonnes vacances.

        1. Bon. remettons encore les choses dans l’ordre. Je ne prends pas à la légère la perte d’emplois, je dis simplement que vous exagérez sûrement, histoire de dramatiser.
          Deuxièmement, oui l »académie de bretagne se porte bien. Mais le bassin de ploermel question de formation, hélas on n’est loin d’être en tête. Oui le lycée La Mennais à de magnifiques taux de réussite, j’en conviens, mais il y a une sélection et votre taux de conservation ne prend pas en compte les désirs des élèves qui sont souvent réorientés vers des filières qu’ils ne veulent pas.
          Ensuite nous ne sommes pas comme les OGEC. Nous ne recevons aucune subvention publique. Vous si.
          Et pur le transport, c’est de la blague. Vous allez dépenser 25 millions pour le transport, mais dites quel investissement ! Rien que de l’éphémère. Bravo pour la gestion. Mais vous ne pouvez pas savoir que l’on s’est battu pour avoir plus de bus, mais voilà, puisque c’est le département qui gère le transport et qu’il n’est pas farouchement pro public…
          Je ne traite pas mal les lycées privés. Je dis tout simplement la réalité telle qu’elle est.
          Mais en vous relisant je note une contradiction. Peut-être que ce n’en est pas une remarquez. Vous prenez la défense des gens modestes mais vous acceptez qu’ils payent pour leurs études. Vous devriez vous réjouir d’un lycée gratuit. Etrange conception de l’aide. Mais pour vous peut-être qu’il n’y a que l’enseignement privé catholique qui vaille.
          Et quant à l’idéologie, pardonnez-moi ce n’est pas un gros mot lorsqu’on parle du principe. Vous en faites également.
          Bon je vois aussi que vous prenez des vacances. Tant mieux car cette discussion va prendre fin.

        2. J’ai écris un peu vite car je suis pressé d’en finir avec cette discussion. Je parlais du principe de gratuité. Quant à votre hélicoptère, nous demanderons une aide à votre OGEC.
          Il est trop facile de vendre comme volonté de mettre plus de bus, cela coûtera plus cher à la longue et bonjour le coût carbone. Vous êtes prêts à laisser les autres subir un transport pour éviter que l’école du diable vienne côtoyer l’école du bon dieu, c’est une vieille ritournelle. On veut bien de vous mais loin, le plus loin possible.
          Merci de me souhaiter de bonnes vacances.

          1. Vos émissaires espions aigris et revanchards de l’enseignement catholiques sont mal renseignés sur le lycée La Mennais: tous les parents d’élèves de 3ème savent qu’il n’y a aucune sélection à l’entrée. Vous devriez le savoir en tant que membre du conseil d’admistration du collège Beaumanoir, vous êtes sensés donner des informations fiables aux parents et aux élèves. Vous êtes soit incompétent soit de mauvaise foi et dans les deux cas ce n’est pas glorieux.
            Si vous voulez un rattrapage sur ces sujets, j’ai vu une affiche annonçant les portes ouvertes du lycée La Mennais, je vous conseille d’y faire un tour. Vous pourrez ainsi faire part d’informations fiables et objectives ( je rêve un peu mais bon….) au sein de votre établissement. L’orientation est une dimension importante dans la construction de nos jeunes. Leur esprit est malléable, toutes les dictatures de l’histoire s’en sont servis, ce n’est pas pour celà que vous devez en abuser. Je trouve dramatique d’en arriver là.

            Vous gagnerez peut-être à la fin mais à quel prix!!!
            Continuez à vomir sur les lycées existants, à colleporter vos ragots habituels ; ce n’est pas très catholique mais ça ne doit pas être pour vous déplaire.
            Les personnels enseignants et non enseignants ont été ravis d’apprendre qu’ils ne perdraient pas leur emploi, j’espère que sur ce sujet votre avis est plus fiable que sur le reste.
            Cette discussion ne m’amuse plus donc j’y mets fin.
            PS: Si un hélicoptère vous parait trop compliqué vous pouvez acheter des minibus électriques, à 25 millions d’euros vous pourrez transporter proprement tous les élèves que vous voulez pendant des décennies.

        3. Subir ou partir… Cette alternative pourrait refléter n’importe quelle situation conflictuelle de la planète.
          C’est aussi, hélas, les conclusions auxquelles il faut se résoudre à l’issue de cette avalanche d’arguments tous plus outranciers que spécieux d’un Mabonso avocat historique et zélé des toutes puissantes institutions ploërmelaises. « L’arrogance des puissants » lisais-je dans un commentaire ! Je rajouterais aussi la morgue et le cynisme. Je pense à tous ceux qui ne souhaitent pas envoyer leurs enfants dans un établissement religieux et qui forts de leurs convictions doivent subir, subir parce que des siècles de Mabonso les ont contraints à des déplacements quotidiens, réservant le confort d’une scolarité de proximité à quelques privilégiés convaincus ou hélas résignés.
          Monsieur ou Madame Mabonso vous ne faites pas honneur à la cause que vous prétendez défendre. Permettez, je ne vous salue pas !

    2. M.Mabonso, vous vous drapez en justicier fiscal garant de la dette nationale, mais à crier « ma cassette ! ma cassette ! » vous n’en dissimulez pas moins ce que vous êtes. A l’instar de nombreux élus locaux du territoire, vous n’envisagez les services publics et l’école en particulier qu’à l’aune de vos impôts et de votre porte-feuille ; Où chacun l’aura compris comment soutenir au grand jour sous des atours moraux et fiscaux ce qu’en vérité vous soutenez in petto à savoir les écoles privées. On ne change pas les mentalités du territoire, et vous en êtes de ce territoire ; de celui qui autorise le collège privé de Josselin à intituler son site « Collège-Josselin.fr » ignorant effrontément l’existence d’un collège public voisin. Vous avez l’arrogance des dominants et les équilibres locaux plaident en votre faveur… Je n’ai aucun intérêt à défendre ce lycée, ni professionnel, ni familial, sauf celui d’offrir au plus grand nombre le libre accès et le plus équitablement possible à un enseignement laïc et républicain. N’oubliez que derrière vos 20 mn parcourues dans la voiture de Jacques Mellick, d’autres points du territoire laissent des enfants et des familles modestes, rurales dans la contrainte et l’isolement.
      Des erreurs ont été commises politiquement par le passé concernant le lycée. Ne laissons pas passer une occasion de dynamiser le territoire de Ploërmel… Rennes ne semble pas souffrir d’atrophie. Quant à Guer, sa fonction est entendue, il dynamisera l’est de l’Ille-et-Vilaine.

  5. Vos insinuations à mon égard m’oblige à nouveau à vous répondre. Je le ferai sans provocation.
    Tout d’abord relisez mes propos et vous ne trouverez rien qui affirme vos accusations. A aucun moment j’écris qu’il y a une sélection à l’entrée du lycée La Mennais. Vous avez extrapolé. Je sais très bien que ce lycée accueille tous les élèves puisqu’il est le seul sur Ploërmel (il y a bien sûr la concurrence moindre de la Touche) et qu’il faut remplir les filières. La sélection ou, prendre un autre mot puisque celui-ci vous fait l’effet d’un chiffon rouge, la réorientation, se fait au sein de l’établissement. Parfois elle est voulue et parfois elle est contrainte. Cela à deux vertus : on essaye de remplir des filières en améliorant le taux de conservation et on envoie les meilleurs vers le bac S avec l’objectif d’avoir ces 100% qui illustrent l’excellence du lycée.
    Ensuite concernant votre invitation aux portes ouvertes du lycée La Mennais, je vous réponds que c’est déjà fait. J’y suis allé l’année dernière pour mon fils. J’ai rencontré quelques parents (certains regrettant l’absence d’un lycée public), des professeurs, visité les salles de classe, le nouveau bâtiment pour accueillir l’ancien lycée professionnel ST Armel. Bref une belle vitrine. J’ai par contre été choqué de voir, à la fin de la visite, des professeurs à la retraite prêts à vendre leurs service pour des futurs cours de soutien. Finalement mon fils est parti à Guer en classe européenne anglais parce qu’au lycée La Mennais, cette classe n’existe pas. On la vend sous l’appellation clinquant de classe Cambridge comme le nom du test à passer moyennant des frais d’inscription (environ 100 euros) mais ne répond pas aux critère de cet enseignement. A Guer mon fils va aussi passer le test Cambridge mais gratuitement. Ceci est un exemple parmi tant d’autres pour vous expliquez la différence entre un établissement privé et public. Le privé sait se vendre, le public malheureusement a tendance à ne pas le faire car elle considère que ce n’est pas sa vocation première. Je suis d’accord avec vous, sur ce point, il devrait prendre exemple sur le privé.
    Sans remettre en cause la qualité de l’enseignement au lycée La Mennais, le pays de Ploërmel a besoin d’un lycée public pour essayer d’offrir une orientation choisie et non subie, une orientation diversifiée, une autre façon de définir l’enseignement. La dualité à été accepté pour cette raison essentielle. Et cela n’est pas respecté ici
    En conclusion, je vous dirai que le lycée La Mennais m’importe peu, il existe mais je ne suis pas en extase devant ces taux de réussite. Je ne fais pas parti non plus de ceux qui veulent faire cesser toute subvention à ce genre d’établissement, peut-être les revoir en termes d’équité et non d’égalité (car là le public est franchement défavorisé), car je pense que l’Etat doit avoir un droit de regard et que la dualité est inscrite dans les mentalités. Cependant je trouve anormal qu’un lycée privé, qui reçoit de l’argent public, se permette, par une pression constante sur les élus ou en manipulant la population, d’empêcher l’installation d’un lycée public. Il y a là une utilisation choquante du principe de liberté et c’est contre cela aussi que l’association se bat.
    J’espère que mes propos vous auront fait réfléchir dans le bon sens (sinon tant pis) et que désormais vous serez plus prudent dans vos remarques.

  6. L’étude commandée par le lycée La Mennais était bidon! Manifestement, dans le contrat de commande, on avait commandé au prétendu bureau d’études la conclusion avant l’exorde!
    Quant aux manœuvres pratiquées par les lycées catho de Ploërmel pour empêcher la construction du lycée public, elles donnent un bien triste témoignage de paix et de charité chrétienne. Ancien élève de l’enseignement catho, j’en suis consterné. Ce n’est pas par ce témoignage qu’ils vont augmenter leurs élèves-clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires