Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Ploërmel / La Chapelle-Caro/Ploërmel. Crématorium : chacun avance ses pions

Publié le 16 juin 2015

La Chapelle-Caro/Ploërmel. Crématorium : chacun avance ses pions

De droite à gauche : Michel Guégan, Maxime Batard, Robert Baudet (archive), lors d'une réunion d'information sur le crématorium.
De droite à gauche : Michel Guégan, Maxime Batard, Robert Baudet (archive), lors d’une réunion d’information sur le crématorium.

C’est vraiment une course contre la montre que mène Michel Guégan pour obtenir la construction d’un crématorium sur le territoire de sa commune, avant Ploërmel. Il a mené tambour battant la constitution d’une SEM (société d’économie mixte) qui a fait le plein en un temps record.

Lundi soir, le conseil municipal a officiellement créé la structure et a du augmenter le capital de la SEM pour tenir compte des nouveaux achats d’actions enregistrés depuis quelques jours. Désormais la SEM se compose de 1591 actions contre 1200 prévues au départ et son capital a été porté à 318 000 euros au lieu de 240 000. Ni une, ni deux, une lettre a été adressée dès ce mardi matin par courrier urgent au préfet qui l’a par ailleurs reçu par mail. Michel Guégan a également joint les délibérations du conseil municipal correspondantes.

Lundi soir, le conseil municipal a décidé de lancer « la consultation pour le choix de l’organisme ou de la société, chargé de la gestion et de l’exploitation du crématorium dans le cadre d’une Délégation de Service Public ».

La lettre adressée par Michel Guégan au préfet

Ploërmel : le sujet à l’ordre du jour du conseil

Le conseil municipal de Ploërmel se réunit jeudi soir avec le crématorium à l’ordre du jour. La question est ainsi rédigée : « Construction d’un crématorium – lancement d’une consultation en vue de l’attribution d’une concession de travaux publics Création et composition d’une commission « concession de travaux publics crématorium » ». 

Alors, qui de Ploërmel ou de la Chapelle-Caro remportera la mise? On pouvait penser que le préfet aurait son mot à dire. « Pas du tout, rétorque Patrick Le Diffon, maire de de Ploërmel. Le préfet doit vérifier que les dossiers sont conformes aux normes, c’est tout. Mais ce n’est pas lui qui autorisera ou pas la construction du crématorium ». 

Le critère souvent évoqué de découpage géographique au nom duquel il y aurait une seule place pour un nouveau crématorium dans l’est du département ne relève, selon Patrick Le Diffon que de la pure logique économique. « C’est évident qu’il n’y a pas la place pour deux équipements de ce genre sur un même territoire », analyse le maire de Ploërmel. Alors qui déterminera le choix de l’emplacement? Ce sont sans doute tout simplement les entreprises consultées qui seront les mêmes dans les deux dossiers et qui choisiront ou pas de s’impliquer dans un projet plus qu’un autre. En tout cas, selon Patrick Le Diffon, les deux projets peuvent très bien être menés de front.

Ploërmel a fait réaliser une étude de faisabilité « dont les résultats sont concluants et montre la pertinence de notre projet », souligne Patrick Le Diffon. Fort des résultats de cette étude, le conseil municipal va donc être invité à délibérer pour autoriser la commune à lancer un appel d’offre.

La différence fondamentale entre les deux dossiers porte sur le mode de financement. « Dans notre projet il n’y a aucun denier public d’engagé », souligne Patrick Le Diffon, alors qu’à La Chapelle-Caro, le budget de la SEM est constitué d’apports de collectivités et de particuliers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires