Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Ploërmel / Ploërmel. Lycée public : le Snes FSU monte au créneau

Publié le 12 juin 2015

Ploërmel. Lycée public : le Snes FSU monte au créneau

DSC_3041

Ce samedi est organisée à Guéret une manifestation géante par Convergences, un collectif qui regroupe 80 organisations syndicales, associatives politiques. Ce collectif est né il y a une dizaine d’années après un énorme rassemblement destiné à dénoncer la disparition des services publics dans les campagnes. Et le département de la Creuse était le symbole de cette désertification rurale.

Le collectif constate que non seulement rien n’a changé, mais que la disparition des services publics s’étend peu à peu aux villes moyennes et même aux grandes villes. L’objectif de la manifestation est de dénoncer cette situation.

Or, Ploërmel et son lycée public seront un des sujets mis en avant par les manifestants. C’est ce que laisse entendre le Snes FSU 56 dans un commentaire à un de nos articles : « Un lycée public à Ploërmel, sur un terrain rapidement prêt pour la construction c’est une bataille pour la défense des Services Publics; c’est pourquoi, la lutte pour que ce lycée voit rapidement le jour sera en bonne place à Guéret, samedi 13 juin, dans la manifestation nationale « Convergences ».

Par ailleurs dans le même commentaire le Snes FSU national annonce qu’il s’empare du dossier afin de le relayer « au plus haut niveau »

6 commentaires "Ploërmel. Lycée public : le Snes FSU monte au créneau"

  1. Peut-on s’interroger sur la représentativité de Mme Kervadec, membre de ce syndicat, présente sur les photos à Monterrein et probable auteure de ce commentaire au nom du Snes FSU 56?
    Je me demande si donner une visibilité supplémentaire par cet article à une dame qui se répend déjà dans beaucoup de médias régionaux et nationaux est légitime, compte tenu des scores infimes qu’elle a réalisé aux dernières élections.
    J’ai aussi cherché des articles d’opposants à ce lycée dans votre journal mais je ne les ai pas trouvés, en revanche j’ai vu beaucoup d’interventions diverses et variées en faveur de cette dépense à venir. Vous savez pourtant que lors du vote communautaire en faveur de ce choix, la majorité a été atteinte de manière étriquée. Il doit donc y avoir des élus et des citoyens qui sont opposés à ce projet. C’est à mon sens dommage que vous n’ offriez pas à vos lecteurs un certain pluralisme d’opinions sur ce sujet.
    Sachez en revanche que je vous suis fidèlement preuve que j’apprécie l’ensemble de votre travail.

    1. Bonjour,

      Je vous remercie de votre fidélité. Je pense que dans les commentaires abondants qui sont publiés à ce sujet, sur le site et qui sont très,très lus toutes les opinions sont représentées, pour et contre. Je crois me souvenir avoir écrit que le vote de la com com était étriqué et par ailleurs, je suis prêt à donner la parole aux opposants. Ce fut le cas lors de la manifestation des enseignants et personnels du privé, mais pas seulement. A l’époque certains m’avaient reproché d’en faire trop en faveur des « anti ». Comme quoi…
      Mais s’il y avait une manifestation des opposants, elle serait couverte de la même façon…
      La visibilité donné à cet article repose sur le fait qu’il me semble illustrer la stratégie future des « pros » : maintenir et accentuer la pression par le haut…
      Cordialement,
      Jacky Guyon

    2. Bonjour M. Lecteur
      En démocratie, une majorité même étriquée reste la majorité. Vox populi.
      Toutefois une fois élues, notre République étant bonne fille, ces majorités conduisent les affaires de la collectivité selon ses valeurs et principes de Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, au nom du bien commun et pas juste en faveur d’intérêts particuliers en place.
      Certains projets généreux, d’avenir et d’utilité publique devraient transcender les clivages et susciter l’adhésion plus que l’acrimonie. Hélas, nombre de nos élus peinent à comprendre le sens commun de leur engagement « politique » et qu’en dehors de leurs convictions, leur charge élective doit les conduire à endosser d’autres habits, ceux de la responsabilité collective et Républicaine. A bon entendeur…

  2. Dans cette affaire, même si le projet est généreux, d’avenir et d’utilité publique, il semble cependant que la majorité des ploërmelais n’y adhère pas . Les élus de Ploërmel sont confrontés à une décision politique régionale qui était la priorité de l’ancienne majorité. Et pourtant, cette dernière n’a pas réussi à concrétiser ce « fameux » projet durant son mandat. Y avait-il réellement une volonté ? Madame Le Marre, en se retirant de la vie politique régionale, envoie un signal fort de renoncement au projet (avait-elle le choix?). Aujourd’hui, les élus sont à l’écoute des ploërmelais. Mais il semblerait que le collectif pour le lycée public, entraîné par des personnalités ayant des activités politiques et syndicales en dehors de Ploërmel, cherche à extérioriser son combat. Si ce projet ne suscite pas l’adhésion, c’est qu’il ne convient pas aux ploërmelais. Imposer ce projet fait-il partie d’une action démocratique ?

    1. OUI, dès lors qu’il s’agit d’un service public qui ne s’adresse pas qu’aux ploërmelais mais à un bassin comptant pas moins de 50 000 habitants et dont l’avis face aux contraintes quotidiennes et iniquités territoriales a aussi une valeur, mais qui égoïstement semble vous échapper, à vous et aux tenants d’une doxa chrétienne de droite libérale. Je comprends mieux le « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires