Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Malestroit. Le musée de la Résistance s’invite encore au conseil municipal

Publié le 9 juin 2015

Malestroit. Le musée de la Résistance s’invite encore au conseil municipal

DSC_3064

Le dossier du musée de la Résistance bretonne de Saint-Marcel s’est une nouvelle fois invité au conseil municipal de Malestroit qui se tenait ce mardi soir.

Le maire Bruno Gicquello a rendu compte de la dernière réunion de la CCVOL au cours de laquelle a été annulée la délibération fixant les conditions du transfert de compétences et qui fixait à 20 000 euros par an et sans limite de durée la contribution des communes de Saint-Marcel et Malestroit. Une nouvelle CLECT doit donc se réunir pour recalculer le montant de cette participation qui pourrait, selon l’équipe dirigeante de la CCVOL atteindre 40, voire 48 000 euros par an pour les deux communes de Saint-Marcel et Malestroit. Bruno Gicquello, le maire, a rappelé les 6 questions qu’il a posées à la CCVOL, sans réponse.

Le débat s’est porté sur les promesses de financement des travaux de réhabilitation du musée. Bruno Gicquello a rappelé que sur 2,5 millions d’euros promis, 1 million provenait de la DRAC et du ministère de la défense. Le reste se décompose ainsi : 500 000 euros du département « que celui-ci n’a jamais voté », souligne le maire; 500 000 euros de la Région « qui n’a jamais statué ni voté », insiste Bruno Gicquello et 500 000 euros de la CCVOL. « La seule chose dont est certain, c’est le million d’euros promis par l’Etat mais qui doit être versé au début des travaux », analyse Bruno Gicquello qui élève le ton pour affirmer que « Malestroit ne freine pas le dossier du musée. On n’empêche pas la CCVOl d’avancer très vite sur le dossier, car nous avons voté pour le transfert de compétences. Les conditions de ce transfert, c’est une autre histoire », déclare-t-il.

Pour Christian Guillemot, la première délibération de la CLECT était truffée de vices de procédures et c’est la raison pour laquelle la CCVOl l’a annulée. « Une nouvelle CLECT va se réunir, il faut que les comptes soient évalués par des experts. Car la CLECT doit se prononcer sur les trois derniers exercices budgétaires clos et désormais ces trois années inclus la dernière année au cours de laquelle le SIVU (ndlr: qui gérait le musée) a enregistré d’importantes rentrées d’argent. Cela pourrait déboucher sur une participation beaucoup moins importante de Malestroit et Saint-Marcel. Mais ça c’est la justice qui le dira », prédit Christian Guillemot.

Un débat qui confirme le caractère irréconciliable des deux parties (la CCVOL et Malestroit). Ainsi, il est quasiment certain que si la nouvelle CLECT débouche sur une augmentation de la participation de Malestroit, une nouvelle procédure sera engagée par la ville qui pourrait durer jusqu’à cinq ans. Victime colatérale, Saint-Marcel se retrouve pris en otage puisqu’alors qu’elle a finalement accepté de se ranger à l’avis de la CCVOL, son sort est lié statutairement à celui de Malestroit. Mais une chose est sure, Saint-Marcel n’acceptera pas de subir les conséquences  de cette rivalité. Alors, le président de la CCVOL a promis de trouver le moyen de compenser une éventuelle pénalisation de Saint-Marcel, mais Joël Leveau, le maire de la commune a d’ores et déjà prévenu : « pour Saint-Marcel ce sera 20 000 euros et pas un sou de plus! »

Suite au prochain épisode…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires