Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / CCVOL. Musée : levée de boucliers contre le « projet privé »

Publié le 23 mai 2016

CCVOL. Musée : levée de boucliers contre le « projet privé »

Le musée de la résistance
Le musée de la résistance

Plusieurs associations patriotiques nous adressent un communique dans lequel elles dénoncent « l’intense lobbying d’une entreprise privée autour des élus décisionnaires dans le cadre de la rénovation du Musée de la Résistance Bretonne ».

Un des porte-parole de ce collectif, Bernard Miloux, président des Amis du Musée, estime que ce projet « privé » porterait « atteinte à la pérennité » du devoir de mémoire qui s’attache à ce lieu. Il souligne le fait que le choix de cette solution aurait pour conséquence de faire disparaître toutes les subventions qui sont actuellement promises. Ce communiqué résonne comme un avertissement : les associations signataires veulent faire connaître leur détermination à s’opposer à un tel projet. Ils diffusent actuellement des mails afin de sensibiliser le plus grand nombre à leur cause. Ils devraient donc être nombreux, jeudi prochain, lors de la réunion du conseil communautaire qui doit choisir le scénario de la ré,novation du musée.

Voici le texte intégral du communiqué des associations :

« A Saint-Marcel, le lundi 23 mai 2016

Objet : Les Associations s’opposent au projet Privé dans le dossier de la rénovation du Musée de la Résistance Bretonne.

L’AFPSAS (Association des Familles des Parachutistes SAS de la France Libre), QUI OSE GAGNE (Association des vétérans du 1er RPIMa, régiment héritier des SAS), LBMG 56 (Association Liberty Breizh Memory Group), Ceux de RAWA-RUSKA et leurs descendants (Association des déportés de ce camp et leurs descendants), L’association des Amis du CORBEAU DES MERS, L’association Conney-Parties, L’association des Amis du Musée de la Résistance Bretonne.

Nos Associations se sont réunies et parlent d’une même voix. En effet, nous avons été alertés par l’existence d’un intense lobbying, émanant des soutiens d’une entreprise privée, dans le cadre du projet portant sur la rénovation du Musée de la Résistance Bretonne et des Parachutistes SAS de la France Libre.

Nous dénonçons haut et fort ce lobbying, l’activité de cette entreprise n’étant autre que la gestion de « structures de loisirs », purement ludiques et mercantiles et soulignons la dangerosité d’un tel projet pour les collections et le Musée lui-même. Il est établi que les collections, propriétés de l’Etat, sont imprescriptibles et inaliénables. Un projet privé ne répondant pas aux critères scientifiques de la Direction des Affaires Culturelles (DRAC) entraînera la perte du label « Musée de France » de l’établissement, et la dispersion de collections inestimables.

L’histoire du maquis de Saint-Marcel expliquée au grand public par le biais d’une structure culturelle digne de ce nom et contrôlée scientifiquement ne peut et ne doit être accolée sous aucun prétexte à une quelconque notion de loisirs ou de parc à thèmes.

Enfants, petits-enfants ou encore parents de résistants, civils ou Français Libres ayant versé leur sang pour la libération de la Bretagne et de la Patrie, ainsi que sympathisants et vétérans militaires, soit chacun des milliers de nos membres s’unissent pour dénoncer ce projet mercantile. Cependant, nous ne nous opposons pas à une éventuelle participation de fonds privés afin de soutenir le fonctionnement du futur Musée.

Nous attachons une importance primordiale à ce que la tutelle institutionnelle publique perdure pour garantir la véracité historique, et la pérennité des collections.

Notre soutien est acquis à l’actuel projet porté depuis de longs mois par la présidence de la Communauté du Val d’Oust et de Lanvaux et soutenu par le ministère de la Défense, la région Bretagne et le département du Morbihan, et nous le renouvelons officiellement au travers de ce communiqué.

Nos associations représentent des milliers de membres, répartis à travers la France et tous unanimement attachés à la sauvegarde de la mémoire. Nous sommes extrêmement soucieux du devenir de ce Musée unique en France, appartenant à notre patrimoine, qui expose les combats de ces hommes et femmes, résistants et parachutistes SAS qui se battirent au prix de leur vie contre le fanatisme et l’obscurantisme.

Communiqué signé de :

 « AFPSAS », Président : Monsieur Franck PAPAZOW « QUI OSE GAGNE », Président : Général Etienne LECLERE « LBMG 56 », Président : Monsieur François CAILLOCE « Les Amis du Musée de la Résistance Bretonne », Président : Monsieur Bernard MILOUX « Les Amis du Corbeau des Mers », Présidente : Madame Michelle GELLÉ « Cooney-Parties », Président : Monsieur Jean-François LADÈVE « Ceux de RAWA-RUSKA et leurs descendants », Présidente : Madame Viviane KERVINIO.

Pour rappel : Le Musée de la Résistance Bretonne et des parachutistes SAS est construit sur les lieux du principal maquis mobilisateur de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tant en terme d’effectifs, que de matériels. Il fut l’objet de nombreuses premières, étant le seul Maquis en France où toutes les composantes des actions combinées contre l’ennemi furent engagées : populations civiles, résistants, forces spéciales SAS (Special Air Service), commandos interalliés JEDBURGHS (Français, Britanniques, Américains), services secrets SOE (services secrets britanniques), OSS (services secrets américains) et BCRA (services secrets français) notamment. Première mondiale : des véhicules de combat y furent même parachutés… « 

8 commentaires "CCVOL. Musée : levée de boucliers contre le « projet privé »"

  1. ATTENTION DANGER!
    Ce projet privé n’a pour objectif que le profit financier. L’histoire du maquis de Saint Marcel, ils n’en ont rien à faire.
    Certains de nos élus, décideurs de l’avenir du musée ne voient que leurs intérêts personnels et pécuniaires .
    Ce musée appartient à la mémoire de nos » MORTS pour LA FRANCE » et notre LIBERTE en luttant contre le fascisme, l’intolérance la haine et la dictature imposés par un fou prêt à tout pour faire un monde peuplé de grands blonds aux yeux bleu. Il ne faut pas laisser cet outil pédagogique partir dans les poches de gens sans scrupule, car tout va finir par disparaitre. Nous nous battrons s’il le faut.
    N’oubliez pas la cérémonie du souvenir vendredi 27 mai au monument de la RESISTANCE BRETONNE!

    1. Tout à fait d’accord avec le commentaire précédent! Mais allons un peu plus loin dans la réflexion. Ce projet a déjà été retoqué en réunion préfectorale en 2014. Il n’a pas le soutien des institutions. Et pourtant, mémoire et tourisme ludique pourraient bien cohabiter! Mais uniquement sous gouvernance institutionnelle publique. Pourquoi? D’une part parce que les collections sont propriétés de l’état, et inaliénables. Un projet privé signifierait la perte du label « Musée de France », et la dispersion des collections contrôlées par la DRAC vers d’autres Musées, donc la fin de la matérialisation de la mémoire à St Marcel.
      Ensuite, un projet, quelqu’il soit, en ces lieux synonymes de résistance, de souffrance, et d’engagement patriotique, sur les lieux d’une commune martyre, doit rester contrôlé par les autorités scientifiques et étatiques, pour en assurer la véracité historique. S’adresser à un large publique en cinéma « 4D » est tout à fait possible, au contraire, mais sous contrôle.
      Enfin, un Musée (et non un parc d’attraction en ces lieux de mémoire) doit respecter une certaine solennité. Le Musée n’est pas le Puys du Fou, ou « Ker », mais un lien avec la mémoire, l’Histoire, le monde universitaire et même le monde militaire. Le Musée recèle un fond d’archive inédit, et des réserves uniques. De nombreux partenariats sont possibles pour le faire fonctionner même hors saison.
      Alors, me répondrez vous, pourquoi ce fameux projet « Diorren » ne peut il pas s’inscrire dans ce cadre, au lieu d’exercer un intense lobbying pour un projet en propre?
      Et bien nous pourrions imaginer deux réponses à cela.
      La première: Il est certain qu’il faut un courage électoral, en tant qu’élu, pour voter un projet de prime abord onéreux, lorsque l’entreprise privée annonce « ne payez plus! J’investis pour vous! » et non  » Je participe au projet institutionnel, car je crois en ses valeurs et son potentiel, loin d’être exploités »..
      La deuxième, plus génante, celle-ci, pour un procureur de la république: à qui profiterait directement ce projet? Un coup d’œil sur les statuts et actionnaires de l’entreprise, tant du côté de Saint-Marcel que de celui de Malestroit sera édifiant. Et nous comprendrons ainsi l’origine de certains bloquages, notamment sur cette tristement célèbre « CLECT ». Intérêt, quand tu nous tient… Ah! Pardon, j’avais oublié que je suis un ELU, et que Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement, est puni de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l’infraction….

    2. DAGN je ne suis pas d’accord avec vos propos le musée cela incombe a tout le monde (c’est un devoir de memoires) et s’il vous plaît arrêté de dire que nos elus ne pensent qu’ a eux et a leurs interets
      chacun voit midi a sa porte,selon le côté ou l’on se trouve

      1. Bonjour PLAT, pour l’instant il n’y a pas de pétition. Les associations qui ont signé ce communiqué seront présentes ensemble jeudi soir à la réunion de la CCVOL afin de montrer notre soutien au projet communautaire et réaffirmer aux élus décisionnaires notre position.

    1. pour ma part il ne faut pas confondre :vitesse et précipitation
      Laissons la CCVOL faire son « boulot ». On sait très bien que sur terre il y à d’eternels insatisfaits
      Et ce « quoi que vous fassiez »

      1. Bonjour DAN56,
        Oui, bien sûr, il faut laisser les élus de la CCVOL faire leurs travail. Cela a d’ailleurs toujours été le cas, il ne saurait en être autrement. Sauf que… Lorsque ces mêmes élus font pour certains, ou subissent, pour d’autres des pressions inadmissibles.. Il devient nécessaire d’afficher un soutien solidaire du projet de rénovation institutionnel. Même les communes de Guer et de La Gacilly y répondront favorablement, sans nul doute, dans un futur proche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires