Accueil / Questembert Communauté / Questembert. A quoi sert le diagnostic territorial?

Publié le 15 septembre 2014

Questembert. A quoi sert le diagnostic territorial?

Une série de prises de vue aérienne du territore de la communauté de communes de Questembert permet de mieux comprendre les particularités
Une série de prises de vue aérienne du territore de la communauté de communes de Questembert permet de mieux comprendre les particularités
Une série de prises de vue aérienne du territore de la communauté de communes de Questembert permet de mieux comprendre les particularités
Une série de prises de vue aérienne du territore de la communauté de communes de Questembert permet de mieux comprendre les particularités

Diagnostic territorial… Voila un terme qui sent bon la technocratie. Et pourtant il désigne une opération de grande ampleur qui pourrait bien bousculer notre vie quotidienne dans les prochaines années. Il faut donc prendre sur soi et se pencher sur le sujet qui a fait l’objet d’un bilan d’étape, commenté par le président de la communauté de communes de Questembert, André Fégeant, le vice-président chargé de l’urbanisme et du développement durable et les représentants du cabinet chargé de mener l’étude. On va essayer de vous le rendre le plus clair possible…

A quoi ça sert. Le temps où l’on raisonnait au niveau d’une commune s’estompe au profit d’une vision plus globale du territoire. L’objectif est de déboucher sur une meilleure disposition des équipements, une répartition plus équilibrée pour rendre le territoire plus agréable à vivre pour ses habitants, plus fonctionnel. Il s’agit aussi de mieux prendre en compte certains impératifs structurants tels que l’environnement… Mais si on parle ici des grands projets, les conséquences de cette étude pourraient bien prochainement être encore plus proches de nous en influant sur la délivrance des permis de construire par exemple…

Comment ça se passe?. Depuis près d’un an, un cabinet est chargé de mener à bien cette mission pour la communauté de communes de Questembert. L’atelier TerrAterre est composé de cinq professionnels (paysagistes, architectes, sociologues, écologues, urbanistes, juristes) et doit « dresser le portrait » du territoire. C’est un constat de ce qui existe à partir duquel les élus de la communauté de communes établiront les documents d’urbanisme : SCoT (schéma de cohérence territoriale), PLUi (plan local d’urbanisme intercommunal), PLH (plan local de l’habitat).  Un SCoT est un document qui détermine au niveau d’un ensemble de communes, les zones urbanisables, les zones agricoles, mais aussi, par exemple, l’amélioration des performances énergétiques. Le PLUi, lui, va plus loin, puisque par exemple, il va harmoniser les règles d’urbanisme prise en compte dans les permis de construire. Ainsi, d’une commune à l’autre, les conditions de construction en mitoyenneté, à 3 mètres ou 5 mètres de la limite séparative seront les mêmes…

SCoT ou PLUi? La réponse à cette question tombera le 12 octobre prochain. Les conseils municipaux de la communauté de communes de Questembert doivent dire d’ici là s’ils confient la compétence urbanisme à la communauté de communes. Si toutes les communes choisissent cette option, alors on s’orientera vers un PLUi, sinon ce sera un SCoT. « J’avoue qu’auparavant je n’étais pas favorable à un PLUi, mais aujourd’hui mon choix a évolué. Je pense que c’est vraiment la meilleure solution…. », reconnait André Fégeant, président de la communauté de communes mais aussi maire de Berric.

Et maintenant? Le cabinet terrAterre achève une première phase technique. Désormais on passe à une seconde étape qui devrait permettre d’affiner le constat, de le rapprocher de la réalité de la vie quotidienne. Le 25 septembre prochain des associations, des professionnels, des institutionnels vont participer à des tables rondes autour de 7 thèmes (urbanisme et logement; déplacements quotidiens; lien social et isolement; services de proximité; équipements, sports, loisirs, culture; ressources économiques du territoire; l’économie liée aux espaces naturels). Des ateliers rassembleront les élus dans le courant du mois d’octobre. Le diagnostic territorial devrait être achevé en janvier 2015.

A Caden exposition et balade paysagères

Les étudiants de l’école nationale supérieure des paysages de Blois ont réalisé une étude qui avait pour but de développer leur capacité d’appréhension d’un grand paysage mais aussi de partager avec les élus et partenaires locaux leurs connaissances et leurs propositions. Cette étude a une dimension pré-opérationnelle puisqu’elle permettra d’étayer la réflexion collective sur la question des paysages. Elle sera d’ailleurs intégrée dans le diagnostic et présentée au public ce week-end à l’occasion des journées du patrimoine au centre d’arts Les Digitales à Caden.

Samedi et dimanche de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures.

A partir du mois d’octobre le recueil complet des travaux des étudiants (le CRAPAUD) qui comprend le diagnostic (tome 1) et les projets d’étudiants (tome 2) sera à disposition du grand public dans les médiathèques du réseau.

La balade « lecture de paysages »

Parallèlement, Michel Collin Paysagiste ayant participé à la création de l’Atlas des paysages du Morbihan propose une balade familiale avec « lecture de paysages » d’une durée approximative d’une heure. Gratuit.  

Samedi 20 septembre 15h30 à partir de 7 ans. Inscription auprès de Rochefort-en-Terre Tourisme au 02 97 26 56 00 

Documentaire « agricultures et paysages » La projection du documentaire « Agricultures et paysages » de la Fédération des CAUE se fera en continue tout au long du week-end. Gratuit.

Samedi 20 et dimanche 21 septembre 10h-12h et 14h-18h 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires