Accueil / Oust à Brocéliande / Ruffiac. L’inauguration de la maison de santé au coeur de la désertification médicale

Oust à Brocéliande

Publié le 21 mai 2022

Ruffiac. L’inauguration de la maison de santé au coeur de la désertification médicale

Le sous-préfet, le député, une sénatrice, un sénateur, deux conseillères départementales, la présidente du Pays de Ploërmel, le président de la communauté de communes, des maires… Il y avait du beau monde ce samedi matin à Ruffiac pour couper le ruban inaugural de la maison de santé.

Le maire Thierry Gué a retracé l’historique de ce projet de grande ampleur dont la nécessité est apparue lors du mandat de 2014 à 2020 lors du départ à la retraite du médecin puis du kiné et de leurs remplacements. La réhabilitation d’une ancienne bâtisse située dans le centre du bourg a été confiée à Solilha qui oeuvre pour l’accès et l’amélioration de l’habitat avec un choix architectural fort, celui de conserver une partie de l’ancienne maison afin de mieux intégrer le bâtiment dans son environnement.

Restait le financement des 800 000 euros de ce projet. Un casse-tête pour le maire et son conseil qui sont allés frapper à toutes les portes, réunissant à rassembler 62% de subventions (505 000 euros) aupres des services de l’Etat, du département, de la Région via le pays de Ploërmel et de la communauté de communes, l’OBC. La commune finance le reste par l’intermédaire d’un prêt dont les annuités seront couvertes par les loyers versés par les professionnels de santé.

Mais, si l’exemplarité du projet mené à bien par les élus de Ruffiac a été souligné par les intervenants, un autre sujet d’actualité est venu se greffer à cette inauguration et est apparu dans tous les discours, celui de la désertification médicale. Un problème qui doit susciter « la réaction des élus auprès des autorités de tutelle pour que ça s’améliore très vite », insiste Jean-Luc Bléher, le président de l’OBC qui redoute que la désertification médicale n’entraine « la désertification de nos campagnes ».

Guillaume Quenet, le sous-préfet de Vannes a estimé que cette maison de santé était une réponse à ce problème de désertification médicale et a rendu hommage à l’engagement et à la ténacité des élus. Mais il a estimé aussi que tout le monde collectivement, devait faire preuve d’inventivité et travailler à la planification des projets, insistant que le mot de « planification » ne devait pas être pris comme « un machin » technocratique. « La planification ça part du terrain et c’est ensemble qu’on réfléchi à la façon de travailler ».

Revivez cette inauguration en intégralité:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires