Accueil / Oust à Brocéliande / Augan. Champ Commun: la permaculture et la géobiologie entrent au Champ Commun

Oust à Brocéliande

Publié le 27 mars 2022

Augan. Champ Commun: la permaculture et la géobiologie entrent au Champ Commun

Originaire de Frangy (74) en Haute Savoie, Sébastien Chapuis est arrivé récemment en Bretagne et c’est à Augan à la Société Coopérative d’Intérêt Collectif, le Champ Commun, qu’il a choisi de prospérer dans ses activités en lien avec l’agriculture biologique, la permaculture et même la géobiologie.

“J’ai voyagé et travaillé dans le monde entier. Mais aujourd’hui je suis tombé sous le charme de la Bretagne. Alors, j’ai choisi de m’installer ici dans le Morbihan, pour le côté nature de la région, pour le collectif de la Bretagne, pour son  ESS (Économie Sociale et Solidaire), investi notamment au Champ Commun à Augan”, explique Sébastien.

Ce samedi 26 mars il est sur le terrain de 2000 M2, propriété du Champ Commun, où un potager de 360m2 verra le jour. Une serre, faite uniquement de récupération, a déjà été mise en place par les bénévoles, notamment avec Sarah, Bernard et Didier, sur une zone de culture qui sera transformée en forêt comestible. Il y a déjà quelques arbres fruitiers : des pommiers, des poiriers et des  pruniers. Le projet a 3 objectifs: prendre soin de la terre; nourrir les hommes, et partager. “Je souhaite créer un jardin forêt en partenariat avec des demandeurs d’asile dans le but de faciliter leur intégration à leur nouvelle vie, car c’est aussi un enjeu mondial avec un objectif pédagogique. Aujourd’hui, c’est activité paillage et désherbage avec Kelvin, Asmeat et Mamadi. »

Et pourquoi pas, produire une partie des denrées pour le restaurant et l’épicerie du Champ Commun ? imagine Sébastien. Le Champ Commun à Augan est une structure qui porte des valeurs de proximité, de coopération et de vivre ensemble avec ses différentes activités : l’auberge, l’épicerie, les formations, l’accueil de demandeurs d’asile,  grâce à ses 188 associés dont 12 employés…

Avec une vingtaine de jeunes gens, âgés pour les plus jeunes de 18 ans, jusqu’à 30 ans, Sébastien a commencé ce travail. “Ces réfugiés, issus d’Afghanistan, de Guinée, d’Algérie, du Nigéria, du Bangladesh ont quitté leur pays d’origine dans la détresse. Ici, ils sont nourris et logés en cohabitation. L’important, c’est d’avoir de la terre, et avec la terre on peut tout faire”, leur enseigne Sébastien, qui suit actuellement une formation pour devenir géobiologue :

La géobiologie est la science qui étudie les rapports entre l’évolution géologique de la planète et celle des organismes vivants. Sébastien a 33 ans. Il suit actuellement les cours de Laurence Guiton, domothérapeute à Taupont, pendant 5 semaines, du lundi au vendredi, son objectif étant l’observation énergétique: “il faut toujours observer, avant d’agir !”

Le premier module enseigné, au cours des 2 premières semaines, portait sur la géobiologie : la technique qui traite de la qualité vitale d’un lieu en analysant les ondes qui influencent le développement des végétaux, des animaux et des humains. L’enseignement de cette semaine traitait de la géobiologie artificielle, les champs électromagnétiques. Les 2 semaines prochaines, il étudiera la géobiologie sacrée, qui porte sur l’histoire et remonte à la plus haute antiquité. Son but est de favoriser l’élévation spirituelle par la mise en relation de la matière et de l’esprit.

Sébastien Chapuis remercie les différents acteurs du Champ Commun qui lui offrent la possibilité de prendre ce projet en main et c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il démarre cette nouvelle aventure…

Un globe-trotter de la permaculture

Titulaire d’un BTS technico-commercial en produits alimentaires à Annecy en 2008, Sébastien Chapuis obtient une licence en Agriculture Biologique Conseils et Développement à Clermont-Ferrand (63), ce qui lui permet d’entrer dans la vie active en qualité de responsable dans une coopérative maraîchère Bio Romandie à Genève, en Suisse. Pendant 3 années, il planifie les cultures des producteurs biologiques en fruits et légumes, puis joue son rôle d’intermédiaire, en les distribuant dans les restaurations collectives et les magasins biologiques de Genève. “J’organisais aussi des animations auprès des cuisiniers pour les sensibiliser et les encourager à utiliser les produits locaux et les recettes bios. Mes autres tâches étaient liées à l’administration générale : gestion des achats et des ventes, comptabilité, gestion des stocks, élaborations des tarifs clients, démarchage de nouveaux clients…”, explique-t-il.

C’est après avoir voyagé en Afrique et participé à une aide humanitaire en Inde, que Sébastien Chapuis démissionne de ses fonctions et décide de partir en Nouvelle Zélande pendant toute une année, en 2014-2015, alors qu’il est âgé de 25 ans.

Il part faire du wwoofing dans des fermes biologiques, pour découvrir le monde agricole, sa véritable passion. Nourri, logé et blanchi, il travaille 5 heures par jour, sans toucher de salaire. Il fait des tas de découvertes : le maraîchage, l’apiculture, la sylviculture (l’entretien des forêts), et la reforestation…”Je rencontre aussi la permaculture, avec ses principes de développement durable et le respect de la biodiversité. Je passe les 2 certificats de permaculteur, le CCP (Cours Certifié de Permaculture) 2 niveaux, et je pars en Australie acquérir de l’expérience sur le terrain, dans le Sud-Ouest du pays, à Melbourne, puis en Tasmanie, etc…” , poursuit Sébastien, rappelant, que c’est l’Australien Bill Mollison (1928-2016) qui a développé le concept de la permaculture, dès 1974.

Après la Tasmanie, Sébastien Chapuis va encore voyager et vivre 4 ans en Asie du Sud, au Népal, investi à 100% dans le projet Maya Universe Academy.  Il est aussi professeur des écoles et développe les techniques permaculturelles au sein d’une des écoles, située dans les basses montagnes népalaises en face de l’Everest. La ferme, avec le maraîchage et les animaux : chèvres, cochons, canards, etc… se trouve à côté de l’école et Sébastien enseigne le cycle de la vie et la culture sans pesticides, sans produits chimiques à ces élèves, mais aussi aux villageois pour lesquels, il transmet aussi son savoir sur le reboisage. Il vend les produits cultivés aux villageois. Sébastien découvre et s’enrichit, au sein de cette communauté, sur l’écoconstruction, l’agriculture paysanne, l’éducation, le partage et sur leurs traditions…

C’est grâce ou à cause du Covid, que Sébastien regagne la France et décide de s’installer dans le Morbihan. La suite est à construire.

Deux dates à retenir :

Au Champ Commun à Augan:

-Jeudi 21 avril : Marché aux plantes de 9h à 17 h

– Samedi 14 mai : Atelier Yoga-permaculture de 10h à 13 h :

Après un premier atelier, le 11 mars dernier, sur la thématique de taille de pommiers et de greffes d’arbres avec Roger et Bernard, un second atelier sera organisé : Il portera sur le yoga des saisons et la permaculture et sera animé par Carine Bodet et par Sébastien Chapuis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires