Accueil / Faits divers / Morbihan. Insécurité routière: les chiffres de 2021 et de janvier

Faits divers

Publié le 7 février 2022

Morbihan. Insécurité routière: les chiffres de 2021 et de janvier

Le préfet du Morbihan, Joël Mathurin a donné, il y a quelques jours, dans une conférence de presse que nous avons retransmise en direct, les chiffres de la sécurité d’une manière générale et notamment ceux de la sécurité routière. Des chiffres difficiles à interpréter en raison de la crise sanitaire et des périodes de confinements. L’année 2020 est totalement atypique et la comparer avec 2021 n’a pas grand sens. Les graphiques et tableaux ci-dessous établissent les comparaisons avec 2019.

Suivi-mensuel-déc-2021

Le nombre de blessés, de blessés hospitalisés (respectivement -3 % et -14 % par rapport à 2019) d’accidents et de tués est en baisse par rapport à 2019.

Parmi les 550 accidents (-6 % par rapport à 2019), 38 accidents mortels ont engendré 40 morts sur les routes du département, soit 25 % de moins qu’en 2019.

Concernant les accidents mortels, bien qu’en baisse, la première cause reste l’alcool et/ou les stupéfiants (presque 30 % des causes, contre 44 % en 2019).

Si la vitesse n’est une cause principale qu’à hauteur de 10 % des accidents mortels constatés (contre 17 % en 2019), elle demeure une cause corollaire des accidents où alcool et stupéfiants sont la cause.

Bien qu’elle soit en baisse, la cat gorie VL/VU concentre toujours la majorité des tués soit 46 % sur ces 3 derniéres années. En 2021, les piétons (20 % des tués), les cyclistes (17 % des tués) et les 2RM (25 % des tués) sont en augmentation. Les usagers fragiles (piétons, vélos, scooter, moto, quad) sont au nombre de 26 soit 65 % des tués.

Sur les 40 tués, 30 sont des hommes, 10 des femmes – une proportion analogue aux années passées.

Toutes les tranches d’âge sont touchées mais sur les trois dernières années, on constate une augmentation du nombre de tués chez les plus de 75 ans et chez les 25-44 ans. Le réseau des routes départementales, plus précisément hors agglomération et entre 9h et 21h, est celui où il y a le plus de tués.

Les usagers fragiles (piétons, cyclistes, deux-roues motorisés) représentent 65% des tués, une tendance constatée les années précédentes.

Les suspensions pour permis de conduire

Entre 2019 et 2021, les suspensions pour permis de conduire ont diminué de 21,2 %. En effet, alors que celles pour stupéfiants (+2%) et pour vitesse (+22%) ont augmenté, celles pour cause d’alcoolémie ont diminué (-35%).

Cependant, cette différence doit être relativisée avec les 187 éthylotests antidémarrage (EAD) comptabilisés en 2021 ; 7 de plus qu’en 2020.

Les suspensions de permis entre 2020 et 2021 ont augmenté de 11,6 %. Cette hausse demeure, toute proportion gardée au regard des mesures liées à la crise sanitaire, particulièrement prononcée pour la prise des stupéfiants (+25%, contre 6 % pour les suspensions pour cause d’alcoolémie et +3 % pour la vitesse).

Les chiffres de janvier 2022

Voici la première tendance communiquée par la préfecture de l’année 2022, avec les chiffres du mois de janvier:

Suivi mensuel janv 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires