Accueil / Thématiques / Loisirs-culture / Guer. La programmation du festival Zef et Mer

Loisirs-culture

Publié le 18 janvier 2022

Guer. La programmation du festival Zef et Mer

Pour la 6è année consécutive, le festival Zef et Mer pose ses valises à Guer le week-end ce samedi. Une nouvelle fois, une trentaine d’artistes viennent présenter sur scène des extraits de leurs spectacles en création. Des propositions qui s’adressent d’abord aux professionnels du spectacle en quête de nouveauté mais qui sont aussi ouvertes au public.

La scène bretonne continue ainsi de montrer sa diversité et son dynamisme. Ces rencontres ont pour objectif de créer une tribune, un tremplin, une caisse de résonance pour les groupes de la scène bretonne qui innovent et prennent des risques, font des paris créatifs. Les artistes invités sont souvent jeunes, pétris de tradition mais aussi résolument ouverts à d’autres influences, d’autres styles musicaux. Le propos musical est innovant, surprenant, coloré. Il a aussi la particularité d’être très varié, et cette année encore, on y rencontrera des univers musicaux très différents les uns des autres, et pourtant étonnamment complémentaires. Chaque groupe dispose de 20 minutes pour faire entendre des extraits de son nouveau répertoire.

Un test grandeur nature dont le but est aussi de convaincre les professionnels du spectacle de se saisir de ces nouveautés afin de les relayer dans leur festival ou centre culturel pour le plus grand nombre de spectateurs.

Le public qui a aussi accès à cette prestation est donc le témoin privilégié de la qualité de cette production régionale.

Après une année 2021 difficile en raison de l’épidémie, le festival Zef et Mer est passe par Plérin, Plédran, Guer, la Ville de Rennes. De nouveaux lieux l’accueillent. Ce devait être le cas de la salle Artémizia de La Gacilly les deux dimanches prochain, mais ces rendez-vous sont annulés en raison de la crise sanitaire.

Au programme de cette édition, une quinzaine d’extraits de nouveaux spectacles, un festnoz, des animations pour le jeune public, des exposition.

A noter qu’à Guer, des animations sont prévues au Lycée Brocéliande ce vendredi au self, pendant l’heure du déjeuner. Il est possible que dans le prolongement de cette expérience, des ateliers soient organisés au cours de l’année au lycée.

Le programme à Guer:

Samedi 22 janvier 2022
Guer, 10h30 – 12h
Séances jeune public à la Médiathèque
Avec :
Le Cavalier des Vagues – conte musical – Clément et Jean Marie Le Goff –  à partir de 4 ans
Le Taureau Bleu – conte – Noémie Truffaut – à partir de 4 ans
Ar Vor da vor, bugale – Marthe Vassallo et Nolùen Le Buhé  – à partir de 5 ans
Libre participation

L’après-midi, salle de la Gare de 14 à 18 h 30

Avec :
Baleer Bro – chant, flûte, violon
Bèle Louize – chant, violon, accordéon
Ebel Elektrik – guitare, basse, batterie, chant
Erwan Hamon et Yousef Zayed – flûte/oud
Kanour Noz – harpe, contrebasse, chant
Ramajes – trio de chanteuses
Et le baz valan de l’année : Simon Cojean
Tarif unique : 5 €

Jeune public:

Comme en 2020, la médiathèque de Guer -comme celles de Plérin et Plédran, proposent des animations pour le jeune public.

Le cavalier des vagues
C’est l’histoire d’Erwan, jeune mousse du port de Lorient, qui quitte pour la première fois le golfe du Morbihan.
Il s’embarque sur le   Cavalier des Vagues   pour une longue route qui le conduira des côtes bretonnes, sur les côtes de Guinée.
Son voyage sera chargé de rencontres, plus fabuleuses les unes que les autres.
Un spectacle engagé, tout public, qui ouvre le regard sur la diversité culturelle et la diversité linguistique.
Porté par les artistes Clément et Yves-Marie Le Goff, ce spectacle a pour base les nombreux voyages de leur grand-père sur le bateau « Le Cavalier des Vagues » pour les campagnes de grande pêche au thon entre Lorient et Abidjan. C’est un conte musical qui retrace de manière poétique et fantastique cette aventure.
A partir de 4 ans
Distribution :
Clément Le Goff
Yves-Marie Le Goff

Le taureau bleu
« Si tu entends siffler sur les collines, Petit Pierre, surtout rentre chez toi.
Ce spectacle m le le chant, la po sie du corps et celle de la voix,   travers des contes, certains doux, d’autres effrayants.
Il vous emmène dans les méandres des collines bretonnes, cachant taureau bleu, bergers de la nuit et autres bêtes étranges.
« Aller à la rencontre de vieilles légendes, tapies dans l’ombre, prêtes à surgir.
Se les réapproprier, y découvrir ce qu’elles disent de nous aujourd’hui.
Les partager, vibrantes et atemporelles. C’est la mission que se sont donnée nos artistes. »
Distribution :
No mie Truffaut : écriture et interprétation
Mise en scéne :  Elisabeth André
Public familial à partir de 4 ans

Ar Vor da vor, bugale – Marthe Vassallo et Nolùen Le Buhé
Nolùen Le Buhé et Marthe Vassallo sont deux des voix les plus réputées du chant traditionnel breton. La premiére a une grande expérience du jeune public, notamment à  travers son spectacle « Klew »  (avec la danseuse en Langue des Signes Française Thumette Léon) ; la seconde est rompue à l’exercice de faire découvrir la musique bretonne aux auditeurs les plus divers. Leurs voix, comme leurs répertoires, sont aussi différentes que complémentaires, donnant à entendre la grande diversité de formes du chant traditionnel. Les enfants ne manqueront pas de percevoir aussi qu’ils ont face à eux deux grandes amies !
Une complicité qui contribue au climat chaleureux du concert, et à sa profondeur: derriére chaque chanson, il y a trente ans d’une conversation toujours en cours… Le rire n’est jamais loin, alternant avec la puissance impressionnante des voix qui font soudain apparaître des châteaux, des champs, des fermes, des mers, et toute l’humanité des personnages des histoires et de ceux qui les ont chantées.
Distribution :
Nolùen Le Buhé  : chant
Marthe Vassallo : chant
A partir de 5 ans

Les Ephémères:

Des  éphémères de 20 minutes

Chaque groupe ou formation présentera son spectacle à travers 3 ou 4 morceaux, le tout sur une vingtaine de minutes pour que le public ait un réel aperçu du propos artistique et du contenu du spectacle.

Une  équipe technique de professionnels, soutenue en particulier par Excel Audio (Plérin), donnera à ces concerts et « show cases » des airs de concerts à l’acoustique et aux lumières indiscutables.

Simon Cojean, sera le Baz-Valan, assurant la transition entre les concerts

Baleer Bro

Ce trio s’est constitué à l’occasion du bi-centenaire de la naissance François-Marie Luzel à Plouaret.

Il travaille sur une lecture contemporaine des collectes de Luzel en Trégor.

Distribution :

Korentin Le Davay : Chant

Gab Faure : Violon, Mandole

Jean-Luc Thomas : Flûtes traversières

Bèle Louize

Bèle Louize nous parle de la rencontre de l’autre. En puisant dans le répertoire oral de Haute-Bretagne (chants et contes en gallo, en français), le trio présente des histoires humaines, à coeur ouvert. Sur un ton tantôt grave, tantôt humoristique, il sera question de m fiance, d’attirance, de rejet de l’autre.

Bèle Louize est un concert avec une thématique : l’altérité. A l’aide de textes écrits pour l’occasion, de chants traditionnels, David Guichard s’interroge sur notre société, sur nos rapports à l’autre : celui que l’on haït, celle que l’on désire, ceux que l’on accepte, ceux que l’on méprise…

Cyril Couchoux et Gaël Runigo enveloppent ces histoires d’une musique originale, variée, taillée sur mesure. Qu’elle soit mélancolique ou joyeuse, qu’elle exprime la douceur ou la rage, leur musique sonne juste, souligne le propos avec efficacité.

Distribution :

David Guichard : chant, conte, violon

Gaël Runigo : accordéon diatonique

Cyril Couchoux : banjo, alto

Arwan Hamon et Yousef Zayed:
Avec cette alliance flûte-oud ou flûte-percussions, le duo développe une approche monodique, touchant à l’essence même des mélodies à  l’instar de chanteurs a capella. Le répertoire, majoritairement des compositions d’Erwan et Yousef, joue sur les aller-retours entre influences de musiques arabes palestiniennes et musiques populaires bretonnes, alternant ambiance intimiste et pièces très rythmiques.
Avec un son naturel et dépouillé, le duo joue sur les timbres et les couleurs, la finesse du oud, les harmoniques de la flûte, la dynamique du riq et sur les modes (tempéré et non tempéré).
Distribution :
Erwan Hamon, flûtes
Yousef Zayed : oud

Ebel Elektrik

Une énergie débordante, un son brut et puissant : comme son nom l’indique, Ebel Elektrik est un power trio à haut voltage dont les textes sont en breton. Lors des concerts, le trio déchaîne un rock explosif et organique dans lequel l’improvisation est reine. La langue bretonne, poétique, devient un véritable matériau sonore : certains y entendent du kobaïen, d’autres des incantations chamaniques. Bec’h de’i !

Distribution :

Florian Ebel : chant et guitare électrique

Axel Roudaut : basse

Basile Tuauden : batterie

Kanour Noz-Elodie Jaffré

« Kanour Noz », « chanteur de nuit » en breton, était le surnom que les habitants de Kerroc’h, petit village près de Ploemeur, avaient donné à un pêcheur qui avait l’habitude de chanter la nuit, tout au long de ses sorties en mer. Cet homme du nom de Louis Le Hirez (1907-1983), connaissait un important répertoire de traditionnels bretons. Il s’est avéré qu’il  était un grand oncle de la chanteuse Elodie Jaffré. Elle l’a découvert lorsqu’elle a commencé ses recherches sur Kerroc’h.
L’artiste a souhait  créer un spectacle autour de ce personnage « Kanour Noz », de sa vie et de son expression. Elle imagine une sortie de nuit et développe un univers autour de lui, seul sur son bateau au milieu de l’océan, avec sa voix.
Une création musicale contemporaine qu’elle a composée avec le contrebassiste Yann Le Bozec et la harpiste Awena Lucas autour des airs et chants traditionnels vannetais qu’interprêtait Louis Le Hirez.
Distribution :
Elodie Jaffr  : chant
Awena Lucas : harpe
Yann Le Bozec : contrebasse

Ramajes
Emmanuelle Bouthillier, Enora Moriou-Pautret et Jeanne Lemoine sont de celles qui ramassent
encore de cette allumaille de bord de chemin. Ces trois-là se baladent depuis un certain temps dans les chemins creux de la tradition orale gallésante et francophone.
Elles glanent, au croisement des versions et des territoires, et redisent les histoires chantées.
Laissez-vous prendre et reprenez   votre tour,   l’unisson,   pleins poumons, les contours mouvants des individualités collectives.
Ramajes, un unisson pluriel singulier.
Distribution :
Emmanuelle Bouthillier
Enora Moriou-Pautret
Jeanne Lemoine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires