Val d’Oust. 8 mai : la médaille militaire pour Jean Emeraud

Florence Prunet, maire de Val d’Oust et maire déléguée de Le Roc-Saint-André était accompagnée d’Evelyne Blanchon, maire déléguée de Quily et de Philippe Mahé, maire délégué de la Chapelle-Caro. Ensemble, ils ont déposé une gerbe aux monuments aux morts de ces 2 communes historiques pour commémorer l’armistice du 8 mai 1945 : d’abord à Quily, ensuite à la chapelle-Caro, où les membres de l’UNC les avaient rejoints.

La délégation des 3 maires, cette fois en présence des anciens combattants de la FNACA, s’est ensuite rendue au monument aux morts de la commune historique du Roc-Saint-André. Après la célébration et le dépôt de gerbe, en présence du député Paul Molac, l’assemblée a assisté à une remise de médaille.

Le récipiendaire Jean Emeraud a reçu le diplôme et la médaille militaire : 2ème décoration française (après la légion d’honneur), remise par un ancien officier, venu de Sourdeval, une commune de Normandie : le colonel Gérard Chesnel.

Jean Emeraud est né le 14 mai 1939 et réside dans le bourg du Roc-Saint-André, commune du Val d’Oust.

Il est appelé du contingent en 1959, fait ses classes pendant 2 mois à Saumur dans le département de Maine et Loire. Il y reste 14 mois au total.

Il est ensuite affecté au 29ème Régiment de Dragons et mobilisé en Algérie pendant 14 mois, d’abord à la frontière tunisienne à Wilaya d’El Tarf, puis au nord de Constantine à Condé-Smendou. D’abord brigadier, il devient maréchal des Logis puis chef de peloton avec 25 hommes sous ses ordres.

Le 6 mars 1961, il accomplit une mission héroïque : À pieds et en compagnie de 2 gars de son peloton, il récupère courageusement des mines antichars, pour permettre le passage de ses collègues en blindés. “Cette action me vaut une citation, donnée par le général Charles Ailleret, le même général qui signera, un an plus tard le 19 mars 1962, le cessez-le-feu en Algérie ! Dans la vie civile, Jean a exercé la profession de mécanicien Poids-Lourds, avant d’avoir son propre garage PL à la Chapelle-Caro, puis au Roc-Saint-André.

L’émotion était palpable pour Jean Emeraud ce 8 mai 2021, pour lequel les souvenirs de guerre sont encore bien présents. Il était chaleureusement entouré de son épouse Christiane et de ses proches, notamment de son frère Marcel, le président de la FNACA du Val d’Oust.


'Val d’Oust. 8 mai : la médaille militaire pour Jean Emeraud' a 1 commentaire

  1. 9 mai 2021 @ 11 h 28 min Olivia Gosseye

    Bravo Jean

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.