Accueil / Questembert Communauté / Rochefort-en-Terre. En Tanzanie, ils veulent aider la petite école à devenir grande

Questembert Communauté

Publié le 13 février 2021

Rochefort-en-Terre. En Tanzanie, ils veulent aider la petite école à devenir grande

“J’habite à Rochefort en Terre, mais je suis actuellement en Tanzanie en tant que volontaire dans une école primaire. J’ai pensé qu’il serait peut-être possible de présenter le projet de l’école et le mien ainsi que de donner quelques explications sur l’organisation sur place, qui est bien différente de celle que nous connaissons en France”. C’est le petit message que nous a envoyé il y a quelques jours Thibaud, depuis Mafinga en Tanzanie. Belle opportunité que de relater cette expérience que le jeune homme partage avec Océane. Thibaud est originaire de Rochefort-en-Terre et a fait ses études au collège de Malansac puis au Lycée de Questembert avant de les poursuivre à Quimper dans l’enseignement. C’est là qu’il a rencontré Océane, une haute-savoyarde étudiante en tourisme et les deux jeunes gens ont élaboré ce projet ensemble. “On attend de ce projet de l’expérience dans la réussite à bâtir un projet en collaboration avec une école, et de faire en sorte qu’elle puisse se développer”, explique-t-il depuis la Tanzanie.

Leurs études terminées, Thibaud et Océane ont contacté Robart et Nitike, le couple qui les accueille en Tanzanie et qui s’occupe de l’école, via Workaway, une application permettant de faire du volontariat un peu partout dans le monde. “Robart et Nitike ont construit eux-mêmes une école dans la ville de Mafinga en Tanzanie. Ils l’ont fait de manière totalement indépendante, afin d’accueillir des enfants de 2 à 5 ans (25 élèves en ce moment). Ils font ça de manière totalement bénévole, ni le gouvernement ni aucune association ne leur est venue en aide, relate Thibaud. Ils vivent de leur plantation, des animaux qu’ils possèdent et du peu de revenus que leur amène l’école. Cela coûte par enfant 10 000 shilling tanzaniens par mois, soit environ 4 euros. Certaines familles n’ont pas la possibilité de payer mais ce n’est pas un problème, Robart et Nitike accueillent tout le monde. Les enfants y sont nourris et restent à l’école de 8h à 17h”. Dans cette maternelle, Robart et Nitike s’efforce d’initier les enfants à l’écologie. Développement durable, recyclage, récupération de l’eau de pluie, jardinage responsable sans pesticides… constituent les bases de “l’éducation informelle”, qui pour Robart est aussi importante que “l’éducation formelle” dispensée sur les bancs de l’école.

Thibaud et Océane participent à ce projet en aidant au jardin, aux taches quotidiennes, en peignant les murs de l’école et en consacrant du temps aux enfants en jouant ou en donnant des cours. Mais ils aimeraient apporter leur contribution à l’aboutissement du grand projet de Robart et Nitike. Ces derniers rêvent en effet d’acheter un terrain de 3 hectares pour construire une plus grande école afin d’accueillir plus d’élèves et ouvrir des classes de primaire. “Il faut savoir que les classes primaires publiques sont payantes et hyper surchargées. Le fils de Robart et Nitike est dans une classe où il y a plus de 100 élèves et une seule enseignante. Ils trouvent ça déconcertant et c’est pourquoi ils veulent absolument pouvoir améliorer les conditions d’enseignement pour les enfants, c’est, pour eux, urgent et indispensable”, détaille Thibaud. Pour parvenir à construire cette école, Robart et Nitike ont besoin de 3500 euros. Thibaud et Océane relayent l’initiative d’une précédente volontaire française qui a ouvert une campagne de dons qui a récoltée pour le moment environ 1900 euros  (voir ci-dessous). “En ce moment, nous partageons beaucoup avec eux nos idées afin de trouver des solutions pour se développer au maximum. Nous avons également contacté ma tutrice de stage de l’an dernier afin de monter si possible un projet d’échange, et pourquoi pas une collecte de fournitures pour l’école”, ajoute Thibaud.

Thibaud et Océane sont arrivés en Tanzanie il y a près d’un mois. Leur séjour sur place touche à sa fin, mais leur aventure n’est pas terminée. Avant de rejoindre la Bretagne, ils feront escale pour deux semaine dans la région d’Arusha, près du Kilimandjaro. Sans doute l’occasion de nouvelles rencontres, de découvrir d’autres façons de vivre et peut-être de nous envoyer de leurs nouvelles. Et ils aimeraient bien avoir apporté leur pierre à la construction de la nouvelle école de Mafinga qui restera longtemps dans leur mémoire.

Pratique:

Gofundme Mafinga ou sur le lien https://fr.gofundme.com/f/ensemble-construisons-une-cole-autosuffisante)

Robart et Nitike raconte leur projet (activez la fonction sous-titre de la vidéo):

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires