Vous avez la parole: le couvre-feu

Tout le monde à la maison à 18 heures! C’est désormais le mot d’ordre imposé par la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. un virus qui n’en finit pas de remettre en question nos habitudes de vie quotidiennes et ce n’est sans doute pas fini. Alors, vous, comment vivez-vous ce couvre-feu à 18 heures?

Emmanuel 38 ans Saint-Marcel

Le vétérinaire explique ne pas être impacté par le couvre-feu à 18 h “La porte de la clinique ferme maintenant à 18 h au lieu de 19 h. Il s’agit surtout d’éviter les allers-venus des clients sans rendez-vous. D’ailleurs les soins et consultations à caractère non urgents, tels que les vaccins sont à éviter en fin de journée. Nous conservons nos horaires habituels en matinée, soit 8h -12 h 30. L’après-midi débute toujours à 14 h.” Les urgences sont assurées dès 18 h et Emmanuel possède une carte professionnelle qui lui permet de se déplacer pour délivrer les soins aux animaux, pendant le couvre-feu…

Elouann 20 ans Taupont

“Je suis carrossier-peintre de profession, mais hélas sans emploi en ce moment ! Pour moi, du coup, le couvre-feu à 18 h ne me dérange pas, même si je préfèrerai sortir jusqu’à 19 h ou 20 h. Je respecte le couvre-feu et je pense que la mesure est bonne.” Elouann espère tout de même que cela ne perdure pas trop longtemps dans les semaines à venir…

Laurence 49 ans Ploërmel

“Je travaille à Rennes Alma, au centre commercial Carrefour. Mes horaires ont changé par rapport au couvre-feu à 18 h et cela ne m’enchante pas. Au lieu d’ouvrir de 9h à 21h, le magasin ouvre de 8 h à 18 h. Le matin, c’est tôt avec la route à faire depuis Ploërmel. Le soir, je ne peux faire aucune course.” Et puis la journée d’aujourd’hui, pourtant jour de repos pour Laurence, n’en a que le nom ! Cette journée ne sert qu’à courir partout, faire les courses, sans aucun repos…

Frédéric 56 ans Guilliers

“Je ne me sens pas contrarié par le couvre-feu à 18 h dans ma vie professionnelle, car je suis artisan en plomberie, chauffage et électricité. Hormis mes rendez-vous, beaucoup de mes déplacements ont un caractère urgent (comme une panne de chauffage, ou une conduite qui lâche…). Dans ce cas, je télécharge l’application pour me déplacer pendant le couvre-feu pour une mise en sécurité, quitte à revenir sur le chantier plus tard pour la réparation.” Frédéric ajoute que le couvre-feu à 18 h le gène plus le samedi, car il est musicien et les répétitions sont à Lorient : “18 h c’est tôt pour rentrer !”…

Elodie 35 ans Ploërmel

“Je suis factrice, et le rythme de travail à la Poste a beaucoup changé cette année, et maintenant il y a le couvre-feu en plus ! Quand mes tournées finissent à 15 h, ça va bien ! mais il arrive que ce soit à 17 h 30, comme les 2 dernières semaines. C’est toujours l’inconnu, alors avec un couvre-feu à 18 h, quand on sort du travail à 17 h 30, la journée est finie ! Ce n’est pas simple. La demi-heure restante ne me permet pas de faire des courses. Je rentre chez moi.” D’ailleurs, Elodie explique privilégier maintenant  les drives…

Lucien 68 ans Ploërmel

“Le couvre-feu à 18 h ne me dérange pas du tout. Je suis retraité. Je m’occupe dans la journée en apportant une aide administrative à ma femme qui est commerçante. Cependant je n’ai  aucune contrainte d’horaires. Être rentré à la maison pour 18 h ne me pose donc aucun problème !” Lucien ajoute qu’il faut de toutes façons en finir avec ce virus et que tout le monde doit y participer…

Virginie 40 ans Taupont

Commerçante à Ploërmel, elle trouve le couvre-feu problématique pour les clients et dans sa vie personnelle : “Je ferme la boutique à 18 h au lieu de 18 h 30. Plus personne ne circule dans la rue et les clients s’agglutineront dans la ville et dans les magasins le samedi ! Chaque soir je m’autorise à circuler après 18 h pour rentrer chez moi à Taupont, en remplissant l’attestation moi-même, puisque je suis la gérante de mon affaire !” Le mardi soir, c’est pire ! Le trajet pour Virginie est encore plus long après 18 h : au départ de Ploërmel, elle dépose Maxime son fils de 9 ans chez sa Mamie à la Croix Helléan avant de regagner Taupont…

Emilie 36 ans La Croix Helléan

Coiffeuse à Ploërmel, Emilie n’est pas impactée par le couvre-feu à 18 h. “Je travaille à la demande. Je m’adapte soit sur le temps du matin en ouvrant le salon à 8 h au lieu de 9h, soit sur le temps du midi. Dans ce cas, je ferme à 13 h  au lieu de 12 h ou je commence à 13 h au lieu de 14 h. Cela dépend des jours, en fonction des rendez-vous pris avec les client(es) !” Emilie préfère largement le couvre-feu au confinement…


'Vous avez la parole: le couvre-feu' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.