OBC. Conseil communautaire: le mot de la fin

Voila, c’est fini. La première mandature de l’Oust à Brocéliande Communauté est terminée. Une mandature atypique puisqu’elle s’est déroulée sur un demi-mandat et  parce qu’elle a du s’adapter à une véritable révolution à savoir la fusion des trois communautés de communes de la CVOL (Malestroit), La Gacilly et Guer. Un  mariage qui n’a pas fait que des heureux. Et d’un bout à l’autre de ce vaste territoire on peut régulièrement entendre les élus regretter avec nostalgie, l’époque où chacun vivait sa vie de son côté avec ses particularités, ses habitudes…

Jeudi soir, c’est donc à Augan que s’est achevé l’an 1 de l’OBC dans une drôle d’ambiance. Dans le public on notait la présence de certains candidats aux prochaines élections, des têtes nouvelles venues voir « comment ça se passait » et s’imprégner des derniers débats. Dans quelques semaines, la physionomie de la communauté de communes sera bouleversée. Une génération d’élus a décidé de se retirer de la scène politique locale et près de 70% des conseillers communautaires vont être renouvelés au mois de mars: un véritable tsunami qui va complètement redistribuer les cartes. Et si l’actualité du moment, ce sont bien les échéances électorales des 15 et 22 mars prochain, la recomposition de la nouvelle assemblée intercommunale qui suivra promet d’être un autre moment politique majeur du territoire.

Une ambiance un peu potache donc pour ce dernier conseil communautaire au cours duquel certains ont encore fait entendre leurs voix discordantes et au cours duquel on a pu assister à une présentation budgétaire un peu désabusée de la part de Pierre Roussette qui détonnait avec sa rigueur habituelle. En toute fin de séance, Jean-Luc Bléher, le président sortant de l’OBC a tiré les leçons de cette expérience, intégrant les amertumes de certains, mais soulignant en résumé qu’il n’y avait pas d’autres choix que de suivre le fil de l’histoire en marche. Ce fut « un exercice difficile » reconnait Jean-Luc Bléher, une « expérience exaltante mais chronophage ». Mais l’OBC est, selon lui, « un acte fondateur pour l’avenir » à condition que « chacun y croit » et qu’un respect mutuel s’installe notamment entre les petites et les grandes communes, mais aussi à condition de « renforcer le sentiment d’appartenance ». Il y a donc du pain sur la planche.

D’autant que la nouvelle génération d’élues qui frappe à la porte n’a de toute évidence pas l’intention de faire de la figuration. Une nouvelle ère commence, qui sera à n’en pas douter, pleine de surprises…

Réécouter le message final du président de l’OBC dans notre vidéo (à partir de 1 h 45) mais aussi l’intégralité de cette réunion à la tonalité inhabituelle…

 


'OBC. Conseil communautaire: le mot de la fin' a 1 commentaire

  1. 28 février 2020 @ 15 h 37 min LAPINOU

    Sincères remerciements à toutes celles et ceux qui ont œuvré pour notre territoire, qu’il s’agisse des Maires, adjoint.e.s ou conseiller.e.s municipaux. Le travail et l’engagement des élu.e.s n’est que rarement mis en avant. Il est tellement plus facile de critiquer…
    Je souhaiterai rendre un hommage appuyé aux nombreux maires de l’ex territoire de la Ccvol qui mettent un terme à leur engagement public. Ils ont su créer au fil des années une vraie synergie dans le respect des opinions de chacun. Bon vent à vous et profitez bien de ces temps libres qui vont s’offrir à vous !
    Le paysage « politique » va effectivement beaucoup changer mais tant que les élus travailleront pour l’intérêt général alors tout se passera bien !

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.