Val d’Oust-Lizio-Sérent. Le fondateur de la brasserie Lancelot n’est plus

Pour le grand public, Bernard Lancelot, né en 1943, à Trélazé (49) , qui vient de s’éteindre dimanche à l’hôpital de Ploërmel, restera celui qui a créé la brasserie Lancelot. Cette entreprise, implantée dans la commune du Val d’Oust, est aujourd’hui l’une des brasseries les plus importantes et les plus connues de Bretagne. Jean-Charles Michel de l’association Bretagne Vivante, nous retrace la vie et les engagements de ce personnage qui tient une place particulière dans l’histoire et l’économie du territoire:
« Alors qu’il est apiculteur et producteur de chouchen (hydromel), Bernard Lancelot a l’idée de « produire quelque chose en rapport avec l’histoire et la culture de la Bretagne », sujets qui lui tiennent à coeur. Pour retrouver, auprès de moines, la recette de la cervoise, bière ancienne qui peut être aromatisée au miel, il se déplacera jusqu’en Belgique !
L’aventure commence en 1989, dans le manoir de Guermahia en Saint Servant/Oust. La microbrasserie emménage ensuite à la Ville Der au Roc Saint André. Beaucoup gardent en mémoire les emblématiques fêtes de la Samhain que Bernard Lancelot y organisait en novembre, avec la participations d’artistes de la mouvance celtique . A son départ en retraite, en 2004, il cède l’entreprise à ses anciens cadres qui en sont les dirigeants aujourd’hui.

Mais il ne faudrait pas réduire Bernard Lancelot a sa dimension de chef d’entreprise. Ancien technicien du nucléaire (centrale de Chinon), il a été un militant écologiste de la première heure s’engageant très tôt dans le combat antinucléaire notamment. Membre des Amis de L’Arche, mouvement international créé autour du philosophe Lanza del Vasto, il oeuvra pour une société non violente et plus juste. Ce qui l’amena entre autres à s’engager pour le Larzac et à participer, dans les années 70, avec quelque autres familles, à Réminiac, à une expérience communautaire de vie plus simple et plus cohérente, à l’image de ce que certains réseaux prônent aujourd’hui.

Bernard Lancelot se retrouvera très naturellement à l’impulsion d’initiatives locales comme le premier groupement d’achat de produits biologiques du secteur de Ploërmel, la coopérative Fourmenaï (blé noir en gallo) née au sein du groupe gallo breton du pays de Malestroit. Attaché au patrimoine culturel (Bretagne, celtitude) et naturel, il fût un membre actif de cette association ainsi que de Bretagne Vivante. Premier conservateur de la tourbière de Sérent dès 1982, il a été à l’origine de la création d’un sentier de découverte botanique à Lizio. Amoureux des chevaux, il contribua par ailleurs, à la mise en place de divers chemins et randonnée équestres, à Sérent notamment.
En dépit du fait qu’il était pleinement investi dans sa microbrasserie, Bernard Lancelot, membre des Verts, accepta en 1992, de représenter ce mouvement aux élections cantonales à Ploërmel, obtenant 10% des voix. Ce fût sa seule apparition publique sur le terrain politique, ses activités (puis sa santé) ne lui laissant pas la disponibilité de s’impliquer plus avant. Bernard Lancelot était marié, père de trois enfants et grand père de 7 petits enfants. »


'Val d’Oust-Lizio-Sérent. Le fondateur de la brasserie Lancelot n’est plus' a 5 commentaires

  1. 13 janvier 2020 @ 15 h 41 min Archi

    Il a été invité dans mon lycée pour rencontrer les élèves au début des années 2000 et témoignait de son parcours professionnel, son engagement militant. Une rencontre qui m’a fort marqué ! Merci à ce grand Monsieur…

    Répondre Signaler un abus

  2. 13 janvier 2020 @ 20 h 59 min Fordos

    Très bons souvenirs de Bernard lors de nos balades équestre et de m’avoir fait déguster dans sa cuisine au Manoir de Tromeur son expérimentation de sa première bière : La. Cervoise

    Répondre Signaler un abus

  3. 14 janvier 2020 @ 6 h 42 min LBC

    J’admire le côté creatif mais aucune de ces bières n’a plu à mon palais….une mention bien cependant pour la 13.

    Répondre Signaler un abus

  4. 14 janvier 2020 @ 11 h 34 min Bagad Aùel Douar

    Dans les années 2000, Bernard Lancelot proposa au Bagad Aùel Douar de collaborer avec lui pour l’organisation de la fête de la Samhain chaque 31 octobre. D’abord à la brasserie, au Roc Saint André, puis au complexe des Nouettes, à La Chapelle Caro.
    Ce furent des moments riches de rencontres et d’échanges, en toute simplicité, où Bernard prenait une place très discrète mais efficace au service de la tradition bretonne et celtique sous des formes très diverses.
    Merci à toi Bernard et repose en paix.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.