Ploërmel. Ils créent leur entreprise de propreté high tech et… écologique

La remise du chèque par Pierre Payoux, président d’IPP Ploërmel

Aujourd’hui, on ne parle plus d’entreprise de nettoyage, mais de propreté. La finalité est la même mais pour Bernard Leconge et Christophe Laurent le terme prend une valeur particulière. Car Altanet, la société qu’ils ont crée à Ploërmel il y a quelques semaines est une entreprise de propreté, vraiment… « propre ». Les deux associés mettent en oeuvre des technologies d’avant-garde et surtout qui n’utilisent aucun produit actif polluant. En fait ils utilisent la cryogénie pour effectuer leurs opérations de nettoyage, autrement dit le grand froid. Ce n’est pas révolutionnaire puisque la technique est connue et utilisée aux Etats-Unis depuis une vingtaine d’année, assez peu en France et de façon très ponctuelle. Seule deux ou trois entreprises y ont recours en Bretagne. Après toute une carrière passée dans le domaine du nettoyage les deux associés ont décidé de faire de cette technologie « occasionnelle » le coeur de leur projet professionnel. « Ces techniques permettent d’obtenir des résultats exceptionnels tout en préservant l’environnement existent. Elles correspondent à une évolution des souhaits des entreprises de soigner leur image de marque. Alors, nous avons décidé d’en faire notre référence… », expliquent-ils. Et ça marche. Crée en septembre, Altanet ont déjà suscité l’intérêt d’une vingtaine d’entreprises du Pays de Ploërmel…

Altanet utilise donc trois technologies innovantes et pour certaines surprenantes. C’est le cas de la cryogénie qui consiste à projeter à haute pression sur les zones à nettoyer des « pellets » de CO2 congelés à très basse température. Au moment de l’impact, les pellets congelés provoquent un choc thermique qui pétrifie les salissures. Elles sont instantanément « sublimées’, dissoute dans l’atmosphère en ne laissant aucune trace. L’avantage de cette technique est qu’elle n’a recours à aucun produit actif polluant qu’elle ne produit pas d’eau. Elle peut donc être mise en oeuvre, par exemple, même sur des parties électrifiées et sur tous les supports. « On fait vraiment de la haute précision. ce procédé est utilisable aussi bien dans le milieu industriel que pour des travaux de restauration du patrimoine. On peut sans problème nettoyer de la pierre ou des tissus du 12è siècle sans causer de dommages… », soulignent les deux associés.  La cryogénie pourrait trouver un marché porteur dans les opérations de nettoyage après un incendie puisqu’elle permet de faire disparaître la suie et les odeurs de fumée.

La deuxième technologie mise en oeuvre par Altanet utilise le laser qui permet le nettoyage de structures métalliques de grande dimension, toujours sans utilisation de produits nocifs.

La troisième repose sur un concept mis au point par Bernard Leconge et Christophe Laurent qui s’inspire d’un procédé utilisé dans l’agriculture avec le recours à des drones de grande dimension. En agriculture ceux-ci sont utilisés pour le traitement des cultures. Là, les deux créateurs utilisent ces drones équipés d’une rampe de pulvérisation, reliés par un tuyau à une remorque remplie d’eau pour nettoyer les pales d’éoliennes. Une opération jusqu’alors réalisée par hélicoptère et qui pourrait également s’appliquer aux panneaux photovoltaïques avec bien sur des économies très importantes à la clé. « En plus du nettoyage, cela permet de restituer à notre client un rapport sur l’état de son installation grâce à la vidéo », soulignent les deux entrepreneurs.

Les procédures d’agrément sont en cours et Altanet espère pouvoir proposer ce système dès le printemps 2020.

L’entreprise est implantée zone du Bois Vert à Ploërmel dans des bâtiments libérés par le déménagement de l’entreprise Abémo (ex-Cabrea). Un lieu choisi « en raison de l’essor économique de Ploërmel » et de sa situation géographique régionale stratégique.

Le projet de Bernard Leconge et Christophe Laurent a obtenu le soutien de la plateforme ploemelaise IPP (Initiative Pays de Ploërmel) qui lui a accordé un prêt d’honneur de 10 000 euros. Le chèque a été remis lundi aux deux associés par Pierre Payoux, président d’IPP Ploërmel et Emmanuelle Guezennec, chargée de mission, en présence de Guy Le Bolu, vice-président de Ploërmel communauté en charge de l’économie et de Jean-Yves Dubourg, patron de la société éponyme de Guégon, désigné parrain de l’entreprise. Le groupe a eu droit à une visite de l’entreprise et de ces processus qui a suscité beaucoup d’intérêt.

Contact:

Altanet, ZA du Bois Vert, 33 rue Fulgence Bienvenue, 56800 Ploërmel

Tel: 02.97.22.84.64; altanet@orange.fr

Christophe Laurent et Bernard Leconge (à gauche) présente leur matériel hight tech

les fameux pellets congelés au coeur du traitement cryogénique


'Ploërmel. Ils créent leur entreprise de propreté high tech et… écologique' a 1 commentaire

  1. 4 décembre 2019 @ 20 h 03 min Bismuth

    La cryogénie n’est pas du tout écologique !l’énergie consommée pour faire des pellets de co2 est considérable…et ce co2 est rejeté dans l’atmosphère. Un vrai produit écolo : l’huile de coude !! Pour le laser et le drone : ok

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.