Malestroit. Le personnel de l’EHPAD solidaire de la grève nationale

 

Un peu partout en France, des mouvements de grève se déroulaient ce mardi dans les EHPAD (établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes) pour réclamer des moyens supplémentaires tant sur le plan salarial que des effectifs. A Malestroit, à l’appel de la CFDT, les agents de l’ex-Etablissement public de santé (EPS) devenu Etablissement social et médico-social (ESMA) ont débrayé pour exprimer leur solidarité avec ce mouvement déclenché au plan national quelques jours avant l’examen du projet de loi sur le grand âge et l’autonomie. Mais, soulignent la CFDT ce mouvement concerne aussi bien les soignants des EHPAD que les urgences.

A Malestroit, environ 130 agents travaillent à l’EHPAD dont selon les représentants syndicaux entre 35 et 40% étaient en grève ce mardi après-midi. Les manifestants ont reçu la visite de Bruno Gicquello, qui en qualité de maire devient le président de droit du conseil d’administration de l’hôpital dont la première réunion aura lieu ce jeudi. « Je suis venu pour écouter, savoir pourquoi on en est arrivé là… », indique la maire qui a également échangé avec le nouveau directeur des établissements de Malestroit et Josselin, Erwan Privat. « Il n’ya pas de problèmes spécifiques à Malestroit. On a les mêmes moyens que les autres EHPAD de taille similaire », précise ce dernier, concédant cependant un constat partagé au niveau national sur l’évolution de la société. L’âge d’entrée à l’EHPAD est de plus en plus élevé (de 86 à 88 ans en moyenne), mais ces patients demandent plus de soins en raison de leur grand âge et sont de plus en plus dépendantes. Et puis, globalement, le niveau d’exigence a augmenté en terme de qualité des soins. Et tout cela pèse sur les conditions de travail des agents. Même si les moyens sont identiques à Malestroit à ce qu’ils sont ailleurs, les représentants syndicaux soulignent que le changement de statut (le passage d’EPS à ESMS), n’est pas anodin, car il s’est traduit par la disparition de certains services.

Bruno Gicquello a affirmé qu’il a bien conscience de la situation des agents. « J’ai de très bons échos de la part des familles sur les conditions d’accueil de leurs proches, mais elles constatent bien que le personnel est débordé… », relate ce dernier. Il indique qu’un dossier sera examiné, jeudi en conseil d’administration afin d’améliorer les conditions matérielles de travail des agents. Il s’agit par exemple de la pose de systèmes facilitant le déplacement des patients, qui demande un effort physique important de la part du personnel.

 


'Malestroit. Le personnel de l’EHPAD solidaire de la grève nationale' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.