Ruffiac-Malestroit. Un club de foot qui a du coeur

C’est une saison compliquée qui s’achève pour le club de football Ruffiac-Malestroit, réuni, vendredi soir en assemblée générale. Compliquée sur le plan sportif et émotionnel, avec le drame survenu en avril au cours duquel un des joueurs emblématique du club a trouvé la mort dans un accident de circulation. Sur le plan sportif, il faut distinguer deux types de compétitions. La coupe de Bretagne dans laquelle Ruffiac-Malestroit a effectué un sans faute jusqu’à parvenir en 1/4 de finale pour la première fois. Le championnat par contre a été plus chaotique avec une première partie de saison quasi euphorique qui a propulsé l’équipe A dans le trio de tête de son groupe. Puis, en seconde partie un gros passage à vide qui a conduit l’équipe au bord de la relégation. Et enfin une dernière partie de saison flamboyante qui l’a ramenée à la 7è place du classement. Une dernière partie au cours de laquelle l’équipe a révélé son vrai caractère, celui d’un groupe uni, « une vraie famille », pour reprendre l’expression d’un de ses dirigeants, plus que jamais soudée après le drame. Un état d’esprit qui s’applique aux joueurs et aux supporters. Et ce groupe là a montré qu’il était capable de faire tomber des montagnes…

Une ambition affirmée…

Une équipe qui laisse aussi parfois un peu trop la place au plaisir de se retrouver, au lieu de se concentrer sur les objectifs sportifs. C’est le sens du message adressé par Cyrille Martin, le coach, à ses joueurs. « Il faut avoir un minimum d’exigence et de sérieux et il faut absolument évoluer vers des séances d’entrainement qui préparent les matchs à venir. le sens de l’engagement doit être respecté… », a-t-il souligné reprenant cette citation en forme d’avertissement: « celui qui renonce à être meilleur cesse déjà d’être bon ».

Mais pour autant, cet esprit de groupe, familial, est une force pour l’équipe de Ruffiac-Malestroit et le conserver, l’entretenir fait partie des objectifs pour la saison prochaine, quasiment gravés dans le marbre: « Conserver l’état d’esprit et l’identité club…/…conserver l’état d’esprit familial et le sentiment d’appartenance au maillot vert de Ruffiac-Malestroit ». Ce n’est surement pas un hasard si depuis 4 ans, aucun joueur n’a quitté l’équipe pour un autre club.

Pour l’équipe A, le cap est fixé: il s’agira d’assurer le plus vite possible le maintien en R3, afin d’éviter le stress de fin de saison. L’équipe B fera l’objet d’une attention particulière puisqu’il lui est fixée la mission de jouer les premiers rôles dans son groupe. Quand à la C, le projet est de parvenir à en faire une équipe complète sur la durée de la saison. Des entrainements plus soutenus, une meilleure assiduité, une ambition relevée, la culture de la cohésion… tels sont les leviers que le coach compte activer pour atteindre ces objectifs. Et au-delà du championnat, Ruffiac-Malestroit compte bien s’offrir quelques parcours retentissants en coupe, domaine dans lequel elle s’est désormais taillé une belle réputation.

Le club s’est réjoui d’accueillir deux jeunes arbitres dans ses rangs, ce qui va lui permettre de se mettre en règle avec la ligue et lui ouvrir la faculté d’augmenter ses recrutements.

UN BILAN FINANCIER EXCEPTIONNEL…

 

Ruffiac-Malestroit, c’est aussi une section jeunes qui connait un vif succès puisque les dirigeants ont du limiter les recrutements par manque d’encadrants. Un appel général est d’ailleurs lancé aux parents afin qu’ils accompagnent leurs enfants le samedi. Un appel aux parents partagés par l’encadrement du Groupement Jeunes du Pays de Malestroit dont s’occupe Jean-Michel Legrand. Ce groupement rassemble environ 130 jeunes venus de Ruffiac-Malestroit, Pleucadeuc, l’USSAC, Le Roc-Saint-André, Caro-Missiriac et enregistre lui-aussi des résultats flatteurs et prometteurs. Evoquant le tournoi du 1er mai qui a connu un vif succès, Jean-Michel Legrand a lancé un appel aux bonnes volontés afin de le faire évoluer, progresser. Et Ruffiac-Malestroit, c’est encore une équipe de vétérans performante qui n’a concédé qu’une seule défaite en championnat dans sa saison et a atteint les 1/8è de finale en coupe.

Bloc joueurs-supporters soudé, esprit familial, bonne ambiance… Cette image de marque de Ruffiac-Malestroit se traduit sans doute aussi dans ses finances. La traditionnelle fête du 15 août a rapporté 4000 euros de plus que l’année précédente, certains matchs ont battu des records d’entrées et globalement, il y a toujours beaucoup de monde autour du terrain pour soutenir les joueurs, une situation enviée par d’autres clubs. Le parcours exceptionnel en coupe a également rapporté un joli pactole, ce qui permet au club de finir la saison avec un solde global positif de 8870 euros. « C’est la première fois que j’ai un budget aussi important avec un tel bénéfice a présenter », reconnaissait le trésorier, expliquant que l’évolution de la situation imposerait de plus en plus aux clubs de consolider leur situation financière. Et bien sur, il forme le voeu d’avoir un budget aussi important à présenter l’année prochaine.

En fin de réunion, le club a rendu hommage à quelques bénévoles pour leur investissement dans la vie du club.

 


'Ruffiac-Malestroit. Un club de foot qui a du coeur' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.