Questembert. Les missions du conseil d’architecture et d’urbanisme départemental

Peut-être pas assez connu du grand public, le Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement (CAUE) du Morbihan  s’est réuni vendredi après-midi en  assemblée générale à l’Asphodèle de Questembert. Le CAUE 56 est une association qui réunit 75% des 254 communes morbihannaises pour être la seule structure à offrir un service mutualisé d’ingénierie territoriale en urbanisme et en architecture et ce à moindre coût. Le Président du CAUE, Ronan Loas, conseiller départemental de Ploemeur et le directeur Hervé Mocaer, ont présenté leur association lors d’une conférence de presse.

Les collectivités peuvent consulter le CAUE sur tout projet d’architecture, d’urbanisme, d’environnement ou de paysage. Cette mission de conseil se pratique en amont des études et projets et en dehors de toute maîtrise d’œuvre. L’objectif premier du CAUE 56 est de favoriser la réalisation d’aménagements de qualité. Il intervient à différentes étapes d’un projet urbanistique, du terrain à bâtir ou de la place à aménager jusqu’à l’échelon intercommunal. Le CAUE, dispense aussi ses conseils aux particuliers ayant un projet de construction, de réhabilitation ou d’extension. En 2018, 85 études ont été réalisées au profit des communes du Morbihan, 363 conseils architecturaux et avis sur dossiers et demandes ont été adressés par mails ou téléphones à des particuliers. Actuellement, Larré et La Vraie-Croix ont fait appel au CAUE, tout comme Questembert un peu plus tôt pour le futur quartier de l’Issat.

Habitat participatif de l’Ouest invité à l’AG

Afin de faire connaître le rôle de l’HPO (Habitat Participatif de l’Ouest) à ses adhérents, le CAUE a invité des membres de l’HPO à une conférence débat à l’issue de son assemblée générale. L’HPO est un réseau qui fédère des associations d’habitants, des particuliers, des professionnels évoluant dans le secteur de l’Economie sociale et solidaire (ESS) et des pôles locaux de l’ESS.

« L’habitat participatif a pour principal objectif de faire des habitants des acteurs de leur habitat, en partenariat avec tous les autres acteurs de l’habitat. Des habitants acteurs, c’est aussi des citoyens acteurs dans un territoire. La volonté de créer du lien social est l’un des fondamentaux de l’habitat participatif. Phénomène de mode, non, mais regain d’intérêt oui, pour des tranches d’âges différentes et pour des raisons aussi différentes. Il est vrai que pour les tranches d’âge supérieures, rompre l’isolement, recréer du lien social est un motif très fort pour se tourner vers l’habitat participatif. Et avec raison. Certains projets se tournent vers un habitat plus intergénérationnel, d’autres vers un habitat plus homogène sur ce point », expliquent dans un communiqué les membres de l’HPO présents au point presse.

Habitat Participatif de l’Ouest organise à ce sujet deux temps forts sur ce thème, l’un à Rennes le 22 juin et l’autre à Grand Champ le 6 juillet

 

 


'Questembert. Les missions du conseil d’architecture et d’urbanisme départemental' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.