Guer. Pour les entrepreneurs du Cedre, l’union fait la force

S’unir pour être plus fort sans pour autant perdre son identité, ses racines. C’est la voie sur laquelle s’engagent les entrepreneurs d’un territoire de plus en plus étendu. Et cette tendance correspond à vrai besoin du monde économique morbihannais. C’est ce qui ressort de l’assemblée générale du CEDRE (club des entreprises du pays de Guer) qui s’est déroulée, vendredi dans les locaux de l’entreprise FenétréA à Beignon et c’est un sujet récurrent dans les réunions des divers clubs d’entrepreneurs de la région. Cette volonté d’union s’est exprimée très concrètement avec le rapprochement du CEDRE et du CEPAC, le club de Beignon qui s’étend au tout nouveau club La Clé, créé il y a quelques mois seulement sur le secteur de Carentoir-La Gacilly. « Nous partageons tous les mêmes problématiques et c’est important que nous puissions échanger. On a des idées qui peuvent être utiles aux uns et aux autres… », souligne Eric Vaucelle, représentant La Clé. En fait, les entrepreneurs cherchent à mettre en place un véritable maillage de leurs structures et cet exemple du rapprochement en cours autour de Guer s’étend aussi à d’autres clubs tel que Brézéo sur le Pays de Ploërmel. Et tout cela sans perdre leur âme, conscient que la proximité est aussi une raison d’être essentielle de leur dynamisme. « Tout cela peut paraître hétérogène, mais c’est aussi une force. Nous partageons de plus en plus d’évènements. Un véritable élan se met en place à condition de respecter les particularités de chacun. L’envie est là, l’esprit est là, reste à trouver la forme que peut prendre ce maillage… », insiste Vincent Denis, co-président du CEDRE qui note l’intérêt des synergies qui se créent avec la communauté de communes.

Car cette stratégie associant regroupement et proximité, répond aussi au souhait des collectivités locales. Aujourd’hui ce sont les communautés de communes qui ont la compétence économique. Les fusions opérées ces derniers mois ont donné à ces structures intercommunales une taille qui s’apparente à du gigantisme. Elles ont donc parallèlement besoin d’avoir des interlocuteurs identifiés et représentatifs de ce monde économique qui porte le développement de tout le territoire pour mener à bien la mission de facilitateur que les responsables politiques considèrent comme leur rôle premier dans le développement économique.

Le président de l’OBC, Jean-Luc Bléher le répète à l’envi et Yves Josse, maire de Beignon et vice-président de l’OBC qui participait à l’assemblée générale du CEDRE confirme ce souhait. « C’est important pour nous qu’il y ait des regroupements des clubs d’entrepreneurs. Et vous pouvez être assurés que l’OBC sera là pour vous aider… », a-t-il déclaré. Et pour illustrer cette volonté, Yves Josse donne l’exemple de la prise en compte par la collectivité des difficultés de recrutement auxquelles se heurtent les entreprises du territoire. Une des façons de répondre à ce défi pour les collectivités, en jouant ce rôle de facilitateur, consiste à mettre en oeuvre des actions pour faciliter l’installation de salariés venus d’autres régions. « L’OBC est en négociations avec la SNI, société qui gère le patrimoine immobilier des écoles de Saint-Cyr/Coëtquidan. Le projet porte sur le rachat d’un immeuble qui permettra de recevoir aussi bien des étudiants que des salariés sur une courte période. Ce qui laissera le temps aux nouveaux salariés de décider s’ils s’installent définitivement et de trouver un logement définitif… », détaille Yves Josse.

Cette convergence entre les différents clubs sera plus que jamais le fil conducteur de l’année 2019.


'Guer. Pour les entrepreneurs du Cedre, l’union fait la force' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.